Abdallah Djaballah appelle au boycott des produits français    Trois anciens walis dans la tourmente    Les délires d'un haineux    Le Mouloudia se neutralise en amical avec les U20 (3-3)    Anthar Yahia satisfait des conditions du stage à Mostaganem    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Benbouzid ne cache plus ses inquiétudes    Plusieurs projets de raccordement au gaz et à l'électricité    Bordj Bou Arréridj : La SDE revient à la charge    Le projet de l'amendement constitutionnel "un défi dicté par les aspirations du peuple''    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Le projet accorde un "privilège constitutionnel" aux communes manquant de sources de financement    Convalescence    PSG: Mahrez ouvre la porte à Leonardo !    Suivre les consignes ou se tirer !    Samir Karim Chaouche nouveau président    GEST-IMMO (AADL) : Prestataire de service ou coquille vide ?    L'Algérie réitère son soutien "inconditionnel" à la cause palestinienne    Regagner sa position    Un fléau à Mostaganem    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Bibliothèque principale de lecture publique «Assia Djebar» à Tipasa : «Nous remercions Mme Sebbah Saâdia pour avoir fait aimer le livre à nos enfants»    Sale temps pour l'opposition    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    10 décès et 250 nouveaux cas    Ni détecteur de température ni gel désinfectant    Exercice de simulation d'un séisme    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    Le Soudan se rapproche d'Israël    "Il y a autant d'intérêts multiples pour que la paix se fasse simplement"    L'Algérie souhaite un accord "permanent, contraignant et respecté"    La passion retrouvée    Les conséquences de la consommation des farines raffinées    Le foncier industriel sous la loupe    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    Et l'ennui naquit à l'université !    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Nouveaux bacheliers: Début des préinscriptions    L'ISSUE DES BRAVADES    Dernière ligne droite du mercato estival    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Satisfaction des autorités, frustration des candidats
épreuves du baccalauréat session 2020
Publié dans Liberté le 19 - 09 - 2020

Les candidats à l'examen du baccalauréat ne s'attendaient surtout pas à des surprises lors des épreuves. Sauf que, contrairement à leur attente, la session de cette année a bel et bien était complexe pour beaucoup d'entre eux, notamment ceux des filières scientifiques. Ainsi, les candidats de ces filières interrogés sur les épreuves ont tous estimé que "des sujets de certaines matières étaient complexes".
Kenza, candidate à l'examen dans la filière sciences naturelles, a regretté la difficulté du sujet de physique. "Les deux sujets au choix de l'épreuve de physique étaient très complexes", a-t-elle dit, soulignant que le second sujet comportait des questions sur la mécanique alors que les "cours n'ont pas été dispensés aux élèves durant l'année scolaire".
Kenza a ajouté, à ce propos, que "les enseignants nous ont pourtant rassurés sur les cours pris en compte". Kenza a, par ailleurs, regretté le fait que les sujets des matières scientifiques "étaient longs".
Aghilès, candidat dans la filière technique mathématiques à Alger, a estimé, quant à lui, que "les sujets étaient certes complexes, mais abordables". "Seul le sujet de l'épreuve d'électricité était compliqué", a-t-il dit, précisant que le sujet "portait sur des leçons étudiées en seconde".
Pour Aghilès, les épreuves de littérature "étaient abordables, sauf celle de philosophie". Il a regretté le fait que "ces matières soient maintenues aux examens du baccalauréat", alors "que les candidats n'auront pas à les suivre une fois à l'université". Le regret d'Aghilès est également exprimé par plusieurs parents.
"Il est anormal de garder certaines matières à l'examen du baccalauréat lorsque celles-ci n'apportent aucune valeur ajoutée aux apprenants", a écrit un parent sur les réseaux sociaux. "Mon fils a passé son bac dans la filière mathématiques, et aujourd'hui, il passe les épreuves relevant des filières littéraires.
Pourquoi maintenir ces matières ?" s'est interrogée une mère. Ahmed, candidat libre au bac dans la filière langues étrangères, a estimé que les épreuves de cette année "ont toutes été abordables" pour "les candidats qui ont bien préparé leur examen".
Il a regretté, en revanche, "la pression exercée sur les candidats à cause de la pandémie". Interrogé sur les épreuves des matières, dites essentielles, il a assuré que le concernant, "les sujets étaient plutôt abordables", même si "certains candidats ont eu du mal à traiter certaines questions". Pour Ahmed, "la plupart des candidats libres au bac se sont concentrés plutôt sur les matières essentielles", dans le but d'"obtenir la moyenne".
Au-delà de cet aspect lié aux sujets proposés pour les épreuves, il y a lieu de relever que cette session s'est déroulée dans de bonnes conditions. Hormis les tentatives avortées de faire fuiter les sujets, rapidement localisées, aucun autre incident n'a émaillé le déroulement des examens. Même le protocole sanitaire décidé par les autorités n'a pas été contesté ou dépassé.
Les comptes rendus de la presse durant la semaine des épreuves ont tous souligné "le respect strict" des mesures barrières. "Aucune direction de l'éducation n'a relevé de dépassements concernant le protocole sanitaire relatif à la lutte contre la Covid-19", a informé le ministère de l'Education, qui s'est félicité, à l'occasion, de la réussite du pari d'organiser les épreuves du bac sans débordements, surtout que la situation sanitaire impose des mesures drastiques.

M. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.