L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un "casus belli" technologique nommé TikTok
Guerre commerciale entre Washington et Pékin
Publié dans Liberté le 20 - 09 - 2020

Si la Chine et les Etats-Unis nous ont habitués par le passé à des tensions d'ordre diplomatique et politique, la toile est depuis le mois d'août l'enjeu principal au cœur des différends sino-américains.
La guerre commerciale entre les deux superpuissances mondiales, La Chine et les Etats-Unis, bascule sur le terrain d'"affrontements" technologiques. Au cœur de ce bras de fer d'un genre nouveau, l'application chinoise TikTok détenue par ByteDance, au succès phénoménal en Amérique notamment.
Ce réseau social chinois très populaire fait l'objet de vives critiques par l'administration Trump depuis déjà le début du mois de juillet, dans un contexte de tensions politiques et commerciales avec Pékin. Washington qui accuse TikTok d'espionnage économique, via la récolte de données personnelles, a fini par décider de bannir sur le sol américain cette application, en plus de WeChat, une messagerie chinoise très prisée, à partir d'aujourd'hui.
Pour ce faire, un décret a été même adopté début août par Donald Trump. Vendredi, le secrétariat d'Etat au commerce américain, Wilbur Ross, a annoncé, dans un communiqué, prendre des mesures pour que les applications TikTok et WeChat ne soient plus disponibles aux Etats-Unis, ce qui a provoqué les foudres de Pékin qui a réagi en annonçant hier une série de mesures restrictives visant les entreprises américaines. Le gouvernement américain se prépare également à davantage de limitations.
À partir d'aujourd'hui, WeChat ne pourra plus servir d'interface de paiement aux Etats-Unis (des transactions étant possibles dans l'application). Mais il sera également interdit à l'ensemble des opérateurs américains du réseau internet (fournisseur d'accès à internet, hébergeurs de données, développeurs...) de fournir les infrastructures nécessaires au fonctionnement de l'application.
es mêmes interdictions vaudront également pour le réseau social TikTok, qui devrait donc cesser de fonctionner aux Etats-Unis, mais à partir du 12 novembre seulement, précise le département du commerce américain. Une différence de date qui s'explique par les discussions actuellement en cours pour qu'une entreprise américaine puisse racheter à ByteDance les activités de TikTok aux Etats-Unis – une possibilité laissée ouverte par Washington.
Représailles
Ces négociations sont toujours menées entre le chinois ByteDance et l'entreprise californienne Oracle, spécialiste du cloud et dont des médias ont appris que l'offre de rachat de TikTok aux Etats-Unis avait été préférée à celle de Microsoft. Un tel rachat, dont les contours restent encore flous, doit du reste être approuvé par le président en personne, alors que la Maison-Blanche pèse activement dans ces discussions. Les Etats-Unis ont réitéré récemment les raisons premières pour lesquelles TikTok et WeChat sont la cible de l'administration Trump, en pleines tensions avec le géant asiatique.
"Le Parti communiste chinois a démontré qu'il avait les moyens et l'intention d'utiliser ces applications pour menacer la sécurité nationale, la politique étrangère et l'économie des Etats-Unis", a déclaré vendredi le ministère américain du commerce dans son communiqué. L'entreprise chinoise a pourtant a signifié son "désaccord avec la décision du secrétariat d'Etat au commerce américain", assurant s'être déjà engagée à "des niveaux de transparence bien supérieurs à ce que d'autres applications acceptent de faire", citant la possibilité d'audits effectués par des tiers, "la vérification de la sécurité du code et la surveillance par le gouvernement américain de la sécurité des données aux Etats-Unis". Rien n'y fait.
Et depuis hier, la Chine a instauré, en représailles, un mécanisme lui permettant de restreindre les activités d'entreprises étrangères, américaines notamment. La liste chinoise d'"entités non fiables" – dont les noms des sociétés étrangères visées n'ont pas été rendus publics – comprend des sanctions potentielles allant d'amendes à la restriction d'activités ou d'entrée de matériel et de personnel en Chine.
Son entrée en vigueur est vue comme une réponse à la liste similaire instaurée par Washington pour exclure le géant chinois des télécoms Huawei du marché américain, puis pour s'en prendre aux applications TikTok et WeChat. Le ministère chinois du Commerce avait qualifié la décision américaine d'"intimidation" et prévenu que "si les Etats-Unis persistent dans leurs actions unilatérales, la Chine prendra les mesures nécessaires pour protéger de façon résolue les droits et les intérêts des entreprises chinoises".

K. Benamar/Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.