Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les non-dits
27e partie
Publié dans Liberté le 26 - 09 - 2020

Résumé : Nedjma et Fadhéla ont obtenu leur visa et partent à Londres, sans avoir prévenu Rédha. Le taxieur, un compatriote, leur déconseille l'hôtel et leur propose de louer des chambres dans un cottage. Il conseille à Nedjma d'appeler son fils avant de lui rendre visite. Mais elle tient à le surprendre...
Le taxieur Ali a appelé les propriétaires du cottage afin de réserver une chambre double dans une petite maison élégante de campagne dont les grandes fenêtres sont ouvertes sur un jardin fleuri. Les propriétaires sont assis sous un parasol. Ils se lèvent pour les accueillir chaleureusement. Ali insiste pour les conduire où elles veulent durant leur séjour.
Nedjma et Fadhéla se sont installées dans une chambre. Etant impatientes de voir Rédha, il les emmène au quartier où il réside au deuxième étage d'un bâtiment.
Elles le remercient puis montent rapidement. Nedjma sonne à la porte plusieurs fois avant qu'on leur ouvre. Rédha bat des paupières, bouche bée, figé par la surprise.
- Pas de bonsoir ? Pas de bienvenue ?
- Vous, ici ? souffle-t-il.
Nedjma est vraiment déçue par son accueil et aussi par sa tenue. En fait, il ne porte rien qu'une grande serviette de bain, nouée à la taille. De l'eau ruisselle de ses cheveux.
- Tu vas prendre froid, dit Nedjma, une boule dans la gorge. Soit tu nous invites à entrer, soit nous repartons.
Rédha s'efface et les laisse entrer, encore sous l'effet de la surprise.
- Je m'excuse, dit-il. Je ne vous attendais pas...
- Tu veux dire que nous aurions dû appeler avant, rétorque Nedjma, livide. Qu'ai-je fait au bon Dieu pour mériter cet accueil ?
Rédha veut se rattraper en voulant la prendre dans ses bras, mais elle le stoppe d'un geste de la main.
- Mais non, tu es la bienvenue. Vous, rectifie-t-il. J'étais surpris, c'est tout.
- Va t'habiller. Nous parlerons après.
- Rédha ! C'est le livreur de pizzas ? demande un jeune homme, arrivant dans le salon en sortie de bain, avant de s'arrêter, le regard interrogateur.
- Bonsoir !
Nedjma ne répond pas. Elle a eu la chair de poule.
- Où est Bryan ?
- Il vit ailleurs maintenant, répond le jeune homme, à la place de Rédha qui a rougi. Pourquoi ? Êtes-vous là pour lui ?
- Non. Je suis là pour... mon fils.
- Je m'excuse alors.
- Yemma, je te présente Saïd. Saïd, ma mère et ma femme.
Il s'empresse de tendre la main mais Nedjma ne la saisit pas.
- Vous devriez aller vous habiller si vous ne voulez pas prendre froid.
Tous deux se dirigent vers un couloir. Nedjma s'assoit, imitée par Fadhéla qui n'a pas dit un mot. Elle est inquiète.
- Je crois qu'il est fâché, murmure-t-elle. Yemma, nous n'aurions pas dû venir. Il ne vit pas seul. Nous ne serons jamais à l'aise ici? Je crois que nous ferions mieux de repartir. Je ne veux pas me fâcher avec lui.
- Il n'a rien à te reprocher. C'est mon idée. Ne t'inquiète pas, ma fille, je suis avec toi. Je ne le laisserai jamais te faire de mal.
Quelques minutes plus tard, Rédha revient habillé. Son colocataire aussi, mais ce dernier part après leur avoir souhaité une bonne soirée.
- Vous auriez dû m'appeler, leur reproche-t-il. Je serais venu vous chercher. J'aurais mis de l'ordre dans l'appartement, dit-il en débarrassant la table basse de cartons de pizzas et des cannettes de bière.
- Premièrement, il aurait fallu que tu répondes aux coups de fil. Quant à ça, ça ressemble plus à un dépotoir qu'à un appartement, réplique Nedjma. Jamais je n'aurais cru que tu puisses supporter de vivre ainsi. Je ne te reconnais plus. Que t'est-il arrivé ? Et puis pourquoi Bryan est parti ?
Rédha lui apprend qu'il s'est marié. La réponse l'aurait soulagée si elle l'avait trouvé seul et dans un appartement mieux entretenu, s'il les avait mieux accueillies. Il y a tant de si qu'elle en a le tournis. Elle se sent mal...

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.