Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Budget 2021: le secteur de l'Habitat détient la part du lion    Sahara occidental : créer une ONG pour plaider en faveur de l'indépendance du peuple sahraoui    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Palestine: le plan d'annexion se poursuivit en prétextant de la création de "réserves naturelles"    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Louisa Hanoune pointe "une régression des libertés"
Réunion du comité central du Parti des travailleurs
Publié dans Liberté le 26 - 09 - 2020

La SG du PT a mis en garde contre le danger qui guette le pays, tout en dénonçant "les pratiques restrictives et répressives dont sont victimes les militants de la démocratie".
La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune a dépeint, hier à l'ouverture de la réunion du comité central de son parti, un tableau sombre de la situation politique et socioéconomique du pays. Elle a indiqué qu'à sa sortie de prison, elle a retrouvé "une Algérie en régression totale dans tous les domaines, et qui se poursuit en matière de droits et de libertés démocratiques qui se rétrécissent chaque jour davantage, de même que la situation socioéconomique qui se détériore de plus en plus".
"La décision du confinement sanitaire, anarchique et aveugle a permis de mettre totalement en veille les libertés démocratiques et le lancement d'une campagne de répression, d'arrestations et de musellement des médias publics et privés, et, de là, celle des partis et des opinions", a-t-elle affirmé, ajoutant que "ce confinement quasi total a induit un effondrement économique".
Selon elle, cette crise a dévoilé "une non-maîtrise totale de la gestion de la situation de confinement", en en voulant pour preuve que "des pans entiers de la société ont sombré dans la misère dont des commerçants, des transporteurs, des artisans, des professions libérales. Et qui, même après la levée partielle du confinement, continuent à en subir les conséquences".
Dans son intervention, Louisa Hanoune, a affirmé que "la continuité de la République est en danger", s'interroge : "Pourquoi maintenir l'interdiction du transport interwilayas lorsqu'après le déconfinement partiel, la Covid-19 a régressé ?" Et de se questionner sur le maintien du confinement lui-même et ce, avant de suggérer une instrumentalisation de ce dossier à des fins politiques, notamment pour réduire les droits et les libertés et faire passer des lois antisociales.
Elle a porté ses critiques aussi sur le flou entourant la rentrée scolaire, avant de juger qu'"un gouvernement, qui ne peut assurer une rentrée scolaire en fournissant les outils nécessaires, ne peut gouverner un pays, mais constitue un danger pour le présent et l'avenir du pays".
Sur le plan économique, elle relève un retour de la politique de la désertification imposée par le FMI, durant les années 90, et une augmentation de la détresse sociale. Elle fait remarquer, en outre, la mise en place d'"une politique de terreur pour faire taire les voix dissonantes des jeunes qui veulent revendiquer leurs droits". "Mais cela ne marchera pas", a-t-elle estimé en en voulant pour preuve "les explosions de colère de citoyens de par le monde, ainsi que la multiplication des grèves des travailleurs des secteurs de la santé et de l'éducation". "Une mobilisation qui a besoin de s'unifier sur le plan national", a-t-elle estimé.
S'agissant de la révision de la Constitution, Louisa Hanoune a souligné l'absence de débat en s'interrogeant sur le pourquoi de la promulgation de cette révision dans la situation actuelle, marquée par une fermeture totale due au Covid-19, et son passage devant un Parlement de la "îssaba" qui a perdu sa crédibilité. Il s'agit d'une campagne pour le "oui", a-t-elle jugé, avant de conclure que son parti ne peut contribuer à l'aggravation du "système présidentialiste".
L'intervenante a, par ailleurs, attribué ses déboires et ceux de son parti à des "attaques virulentes" de certains cercles du pouvoir en vue de la faire revenir sur sa position au soutien du processus révolutionnaire du 22 février 2019 engagé par le Hirak, et qui exigeait le départ du système en entier.


A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.