Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les avocats en colère
Suite au traitement "humiliant" réservé au bâtonnier d'Alger Abdelmadjid Sellini
Publié dans Liberté le 27 - 09 - 2020

Le malaise dont a été victime Abdelmadjid Sellini lors du procès en appel de l'affaire Sovac a mis en colère la corporation des avocats. Ils décident de boycotter les tribunaux d'Alger durant une semaine en signe de protestation contre ce qu'ils qualifient "d'humiliation du bâtonnier d'Alger".
Les avocats inscrits au barreau d'Alger ne décolèrent pas. Hier, les membres du collectif de défense de Mourad Oulmi, ancien patron de Sovac, renforcés par nombre de leurs confrères, ont exprimé leur révolte dans l'enceinte de la Cour d'appel après récidive du président de la première chambre pénale à ne pas prendre en compte leur requête portant renvoi du procès.
Selon Me Hafid Tamert, la demande a été motivée par deux raisons : l'absence de plusieurs membres du collectif de défense, dont Me Sellini en convalescence, et le refus de plaider en protestation contre "l'humiliation dont a été victime le bâtonnier d'Alger jeudi dernier". Le juge de siège s'est astreint à permettre aux accusés de prononcer leurs "derniers mots", puis a mis l'affaire en délibéré pour le 30 septembre 2020. Il a quitté la salle sans un regard en direction de avocats.
Furieux, ils ont investi le grand hall du Palais de justice en criant : "Barakat barakat min kadhaa taâlimat" (Nous en avons assez de la justice aux ordres) ; "Nous exigeons la démission du ministre de la Justice". Des membres du Conseil de l'Ordre des avocats d'Alger — une trentaine selon nos sources — ont presque simultanément pris attache avec le président de la Cour d'appel.
Ils ont dénoncé le comportement dudit magistrat et lui ont exposé les préoccupations de la corporation, principalement le respect des droits de la défense et le respect de qualité d'avocat. "Il a été attentif à nos arguments. Nous attendrons un retour de sa part durant cette semaine. Le cas échéant, nous conviendrons de nouvelles actions à entreprendre", nous a indiqué Me Amine Sidhoum.
L'organisation a décidé, à l'issue d'une réunion tenue vendredi, de boycotter toutes les juridictions de la capitale (tribunaux de première instance et Cour) du dimanche 27 septembre au samedi 3 octobre, ainsi qu'un rassemblement prévu pour ce matin à la Cour du Ruisseau.
Boycott de toutes les juridictions de la capitale
Ces actions ont été décidées en réaction au manque de considération du juge de siège dans le procès en appel de l'homme d'affaires, Mourad Oulmi, et ses coaccusés envers le bâtonnier, mais pas uniquement. "C'est un acte qui transcende la personne de Me Sellini. Le magistrat a attenté à la qualité de bâtonnier et par là même à la corporation", s'insurge Me Tamert. Le bâtonnier d'Alger avait requis, jeudi, le renvoi du procès de ses mandants, invoquant des raisons de santé.
Le magistrat a rejeté la demande au motif que le samedi est un jour férié pour le service de l'administration pénitentiaire chargée d'établir la liaison internet (vidéoconférence) entre la prison et la Cour. Il a ordonné tout de go aux agents de la Sûreté nationale de restaurer l'ordre dans la salle, interrompant brutalement l'échange avec Me Sellini. Ce dernier a eu alors un malaise qui a nécessité son transfert vers un établissement hospitalier.
"Il n'est pas possible de parler de procès équitable avant une transition politique qui consacre les droits de l'Homme et de la citoyenneté", corrobore Me Abdelghani Badi, qui série les atteintes aux droits de la défense et, conséquemment, à ceux des justiciables.
Les exemples foisonnent. Les anomalies, qui ont émaillé le procès en appel de Karim Tabbou en mars 2020, sont particulièrement édifiantes — il a été jugé en l'absence de ses avocats et condamné à une année de prison ferme sans être présent au moment du prononcé de la sentence.
"Si l'avocat n'est pas respecté et n'arrive pas à se défendre, comment voulez-vous qu'il défende les intérêts d'autrui. La stabilité de la justice est tributaire d'une défense solide", relève Me Sidhoum. Les barreaux de Blida, de Bouira et probablement ceux de Béjaïa devraient rejoindre la protesta, sans attendre de connaître la position de l'Union nationale des Conseils des Ordres des avocats (UNCOA).
Les membres de l'organisation se réuniront demain matin au siège de la Cour suprême. "Nous sommes obligés d'attendre les décisions de l'Union pour agir", nous a déclaré Me Salah Brahimi, bâtonnier de Tizi Ouzou, plutôt circonspect. "Nous condamnons évidemment ce qui se passe à la Cour d'Alger", souligne-t-il, en reconnaissant que le magistrat n'a pas recouru à la procédure réglementaire en pareil cas.
"Quand un incident d'audience survient, le juge de siège doit suspendre la séance et informer son supérieur, c'est-à-dire le président du tribunal ou de la Cour. Apparemment, il a perdu son sang-froid", suppose-t-il. Il estime, néanmoins, plus sage de distinguer un acte isolé et d'une volonté réelle de nuire globalement aux droits de la défense.
"Il faut éviter les décisions hâtives qui risquent d'être lourdes de conséquences pour les justiciables", insiste-t-il. Il est quasiment acquis que l'UNCOA soutiendra le bâtonnat d'Alger, ne serait-ce que par une journée de protestation engagée à l'échelle nationale.

Souhila H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.