Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    ONU: l'Algérie réalise de "grandes avancées" dans la promotion des droits des handicapés    Barça : Le président par intérim regrette que Messi soit resté    Real : Une réunion de crise sans la présence de Zidane ?    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    El-Guerguerat: la violation marocaine du cessez-le-feu largement condamnée    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    La guerre de libération "ne s'arrêtera qu'avec la fin de l'occupation marocaine"    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Changement attendu dans la fabrication automobile    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    "Pour une conférence nationale inclusive"    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    J'irai me plaindre à mon député !    DEVISE ET LOGIQUE DE DIGNITE    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    Une absence et des interrogations    Diego...    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les avocats en colère
Suite au traitement "humiliant" réservé au bâtonnier d'Alger Abdelmadjid Sellini
Publié dans Liberté le 27 - 09 - 2020

Le malaise dont a été victime Abdelmadjid Sellini lors du procès en appel de l'affaire Sovac a mis en colère la corporation des avocats. Ils décident de boycotter les tribunaux d'Alger durant une semaine en signe de protestation contre ce qu'ils qualifient "d'humiliation du bâtonnier d'Alger".
Les avocats inscrits au barreau d'Alger ne décolèrent pas. Hier, les membres du collectif de défense de Mourad Oulmi, ancien patron de Sovac, renforcés par nombre de leurs confrères, ont exprimé leur révolte dans l'enceinte de la Cour d'appel après récidive du président de la première chambre pénale à ne pas prendre en compte leur requête portant renvoi du procès.
Selon Me Hafid Tamert, la demande a été motivée par deux raisons : l'absence de plusieurs membres du collectif de défense, dont Me Sellini en convalescence, et le refus de plaider en protestation contre "l'humiliation dont a été victime le bâtonnier d'Alger jeudi dernier". Le juge de siège s'est astreint à permettre aux accusés de prononcer leurs "derniers mots", puis a mis l'affaire en délibéré pour le 30 septembre 2020. Il a quitté la salle sans un regard en direction de avocats.
Furieux, ils ont investi le grand hall du Palais de justice en criant : "Barakat barakat min kadhaa taâlimat" (Nous en avons assez de la justice aux ordres) ; "Nous exigeons la démission du ministre de la Justice". Des membres du Conseil de l'Ordre des avocats d'Alger — une trentaine selon nos sources — ont presque simultanément pris attache avec le président de la Cour d'appel.
Ils ont dénoncé le comportement dudit magistrat et lui ont exposé les préoccupations de la corporation, principalement le respect des droits de la défense et le respect de qualité d'avocat. "Il a été attentif à nos arguments. Nous attendrons un retour de sa part durant cette semaine. Le cas échéant, nous conviendrons de nouvelles actions à entreprendre", nous a indiqué Me Amine Sidhoum.
L'organisation a décidé, à l'issue d'une réunion tenue vendredi, de boycotter toutes les juridictions de la capitale (tribunaux de première instance et Cour) du dimanche 27 septembre au samedi 3 octobre, ainsi qu'un rassemblement prévu pour ce matin à la Cour du Ruisseau.
Boycott de toutes les juridictions de la capitale
Ces actions ont été décidées en réaction au manque de considération du juge de siège dans le procès en appel de l'homme d'affaires, Mourad Oulmi, et ses coaccusés envers le bâtonnier, mais pas uniquement. "C'est un acte qui transcende la personne de Me Sellini. Le magistrat a attenté à la qualité de bâtonnier et par là même à la corporation", s'insurge Me Tamert. Le bâtonnier d'Alger avait requis, jeudi, le renvoi du procès de ses mandants, invoquant des raisons de santé.
Le magistrat a rejeté la demande au motif que le samedi est un jour férié pour le service de l'administration pénitentiaire chargée d'établir la liaison internet (vidéoconférence) entre la prison et la Cour. Il a ordonné tout de go aux agents de la Sûreté nationale de restaurer l'ordre dans la salle, interrompant brutalement l'échange avec Me Sellini. Ce dernier a eu alors un malaise qui a nécessité son transfert vers un établissement hospitalier.
"Il n'est pas possible de parler de procès équitable avant une transition politique qui consacre les droits de l'Homme et de la citoyenneté", corrobore Me Abdelghani Badi, qui série les atteintes aux droits de la défense et, conséquemment, à ceux des justiciables.
Les exemples foisonnent. Les anomalies, qui ont émaillé le procès en appel de Karim Tabbou en mars 2020, sont particulièrement édifiantes — il a été jugé en l'absence de ses avocats et condamné à une année de prison ferme sans être présent au moment du prononcé de la sentence.
"Si l'avocat n'est pas respecté et n'arrive pas à se défendre, comment voulez-vous qu'il défende les intérêts d'autrui. La stabilité de la justice est tributaire d'une défense solide", relève Me Sidhoum. Les barreaux de Blida, de Bouira et probablement ceux de Béjaïa devraient rejoindre la protesta, sans attendre de connaître la position de l'Union nationale des Conseils des Ordres des avocats (UNCOA).
Les membres de l'organisation se réuniront demain matin au siège de la Cour suprême. "Nous sommes obligés d'attendre les décisions de l'Union pour agir", nous a déclaré Me Salah Brahimi, bâtonnier de Tizi Ouzou, plutôt circonspect. "Nous condamnons évidemment ce qui se passe à la Cour d'Alger", souligne-t-il, en reconnaissant que le magistrat n'a pas recouru à la procédure réglementaire en pareil cas.
"Quand un incident d'audience survient, le juge de siège doit suspendre la séance et informer son supérieur, c'est-à-dire le président du tribunal ou de la Cour. Apparemment, il a perdu son sang-froid", suppose-t-il. Il estime, néanmoins, plus sage de distinguer un acte isolé et d'une volonté réelle de nuire globalement aux droits de la défense.
"Il faut éviter les décisions hâtives qui risquent d'être lourdes de conséquences pour les justiciables", insiste-t-il. Il est quasiment acquis que l'UNCOA soutiendra le bâtonnat d'Alger, ne serait-ce que par une journée de protestation engagée à l'échelle nationale.

Souhila H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.