Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Palestine: le plan d'annexion se poursuivit en prétextant de la création de "réserves naturelles"    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le prix Yamina-Mechakra toujours dans l'attente d'un agrément"
Association des Rencontres annuelles Méditerranée-Afrique des jeunes écrivaines
Publié dans Liberté le 28 - 09 - 2020

Le Ramaje avait pour optique de promouvoir la production littéraire de femmes d'ici et d'ailleurs, ainsi que l'organisation annuelle du Prix littéraire Yamina-Mechakra, qui récompense les écrivaines algériennes dans les trois langues (arabe, amazighe, française).
Aucune autre édition des "Ramaje" n'a l'air de se crayonner sur les flyers de ses organisatrices depuis la clôture des "Rencontres annuelles Méditerranée-Afrique des jeunes écrivaines", qui s'étaient tenues les 1er et 2 septembre 2018 à la Bibliothèque nationale du Hamma (Alger).
Organisé sous le label "Une femme qui écrit vaut son pesant de poudre" (Kateb Yacine), ce rendez-vous d'obédience littéraire a été dédié à la mémoire de l'écrivaine Yamina Mechakra (1949-2013) et s'orientait strictement vers le talent de la gent féminine, afin d'évoquer "la puissance de l'imaginaire et le pouvoir des mots chez les femmes dans l'écriture et des femmes dans la création".
Sur ce point, les "Ramaje" se devaient d'être pérennes, conformément aux résolutions prometteuses votées à l'issue du colloque qui s'était tenu à la salle de conférences Mohammed-Lakhdar-Essaïhi. D'ailleurs, c'est lors de ce rendez-vous qu'il a été décidé la création du "Prix littéraire Yamina-Mechakra" pour récompenser les œuvres littéraires d'écrivaines algériennes dans les langues arabe, amazighe et française.
Contactée à ce sujet,Dalila Nedjem, initiatrice et organisatrice des Ramaje, a déclaré : "Le Ramaje n'a pu s'institutionnaliser en raison de la turbulence que l'on sait. Néanmoins, nous sommes toujours dans l'attente de l'octroi de l'agrément pour l'association Ramaje d'obédience nationale et pour le prix littéraire Yamina-Mechakra.
Pour notre part, même si l'on ne peut plus organiser la grande librairie à cause du déficit en matière de sponsors, nous maintenons toutefois l'esprit des Ramaje avec l'octroi de distinctions du prix littéraire Yamina-Mechakra."
Pour rappel, la tenue des "Ramaje" avait pour optique de promouvoir la production littéraire de femmes d'ici et de celles qui s'illustrent au-delà de nos frontières, à l'instar de la romancière et scénariste Faïza Guène, qui a été l'invitée d'honneur de la première édition des Ramaje, mais n'a pas pu y assister. En ce sens, les Ramaje c'est aussi ce clin d'œil sur le panorama varié de la littérature algérienne et de la pluralité de ses plumes.
Mais pas que, car dans cette perspective, l'écriture scénaristique et la bande dessinée n'étaient pas en reste tout comme l'ouverture d'un atelier d'écriture en tamazight. Et à moins d'une autre rencontre à venir, le succès qui a entouré la première édition des "Ramaje" a laissé un goût d'inachevé chez les participantes. "C'était une excellente initiative et un premier rendez-vous réussi qui devait se renouveler chaque année, mais en vain.
Cette manifestation culturelle a pourtant brillé par son apport en matière d'échanges d'expériences entre opératrices du secteur de l'édition", s'est désenchantée Samira Bendris Oulebsir, directrice des éditions El Ibriz, qui avait pris part en sa qualité d'éditrice à la Grande librairie qui a été installée sur le lieu des Rencontres afin de créer le contact entre les écrivaines et leurs lecteurs.
À cet égard, il y a eu des participantes, dont les autrices Lynda Koudache avec son livre Tamacahut tanegarut (le dernier conte), Farida Saffidine pour la présentation de son roman Voix de femmes, voies de fait (éd. El Ibriz), Ouarda Baziz Cherifi pour Les Survivants de l'Oubli et Faïza Stambouli dite Acitani pour son recueil de poésie Nos entre-vagues (éd. El-Maârifa 2016).

LOUHAL Nourreddine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.