Le FLN dément et désavoue son propre porte-parole !    Congrès ordinaire à la fin de l'année    La nomination de Bedoui et Lamamra parue dans le JO    L'urbanisme intelligent à l'honneur    Extension    Parler de corde sans s'étrangler avec    Pour une charte fondatrice d'un renouveau    130 civils massacrés pendant une visite de l'ONU, envoi d'une délégation gouvernementale    Une dizaine d'athlètes sacrés    Khallouni ! Khallouni !    Le magazine «France Football» évoque les Verts    L'Algérie s'engage à éradiquer la tuberculose d'ici 2030    Sujets du bac    10 astuces pour avoir les dents blanches    Merveille de manifestation !    Dans la protesta, la voix des femmes !    Naissance du CNCTD    Sollicitée encore une fois par l'opposition: Que fera l'armée ?    Bedoui va-t-il ou non constituer son gouvernement ?    Violence dans les stades: Des mesures draconiennes s'imposent    FAF: Kheireddine Zetchi défend son bilan    L'opposition se prononce sur la transition    Décrassage pour les titulaires, entraînement pour les remplaçants contre la Gambie    Les dates des trois derniers matchs fixées    Le Cameroun valide son billet face aux Comores    Plus de 650 morts, un désastre humanitaire    11 000 officines touchées par une pénurie de 370 médicaments    La feuille de route d'une partie de l'opposition    Lancement d'une campagne de reboisement de 500 plants de pins maritimes au parc méditerranéen    3 morts et 2 blessés dans un glissement de terrain à Oued Sebbah    Les Assemblées populaires communales se joignent au mouvement    Benmihoub recommande d'aller vers la transition avant le 28 avril    Algérie Poste poursuit l'opération d'acquisition des TPE    Ouverture du festival du printemps    Le parcours du chahid Mustapha Benboulaïd revisité par des écoliers    Musique afro-américaine : John Lee Hooker    Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    Hausse inexpliquée des prix des fruits et légumes : Les ménages désemparés    29 suspects arrêtés à Alger    Colère contre Benghabrit    11 morts, dont 1 vice-ministre, dans une attaque des shebab    Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record    USA: La Fed ne prévoit plus de hausse de taux en 2019    Selon l'ONS : L'inflation à 4,1% sur un an en février 2019    Sit-in des avocats à Alger : Le corps de la justice exige "le respect de la Constitution"    Sahara occidental: La 2ème table-ronde se termine sans avancées    Nouvelle pièce théâtrale à l'affiche à Oran    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à Yamina Mechakra
1ÈRES RENCONTRES MEDITERRANEE - AFRIQUE DES JEUNES ECRIVAINES
Publié dans L'Expression le 01 - 09 - 2018

Cette première édition qui se tiendra d'aujourd'hui et demain comprendra une quarantaine d'écrivains dont Faïza Guène comme invité d'honneur.
Ramaje est le nom de la première édition d'une manifestation littéraire qui fera de la Bibliothèque nationale d'El Hamma et ce durant deux jours, le centre de débats littéraires et intellectuels, célébrant la puissance de l'imaginaire et le pouvoir des mots chez les femmes dans l'écriture, des femmes dans la création.
La première édition de cet événement annuel est organisée en hommage à la célèbre auteure de la Grotte éclatée Yamina Mechakra. A cet effet, un prix littéraire portant son nom sera lancé le 2 septembre 2018. Il sera attribué par un jury exclusivement féminin présidé par Rabia Djelti pour la langue arabe, Lynda Koudache pour le tamazight et Maïssa Bey pour la langue française. Ouvert aux trois langues en usage en Algérie, il sera décerné par un jury exclusivement féminin. L'invité d'honneur de la 1ère édition des Ramaje est Faïza Guène, écrivaine française d'origine algérienne et dont le premier roman Kiffe kiffe demain (Hachette littérature, 2004), considéré comme l'une des meilleures ventes littéraires de cette année, a été traduit en 26 langues. Au programme de cet événement: des rencontres littéraires et des ateliers. Les premières donneront un aperçu de la diversité de la littérature algérienne et de la multiplicité de ses voix en se consacrant aux thèmes de l'écriture (et sa réception), de la traduction et de l'édition, alors que les seconds, destinés aux professionnels, aborderont l'écriture du scénario, la bande dessinée et le rapport de l'université algérienne aux écrivaines de la diaspora. Un atelier d'écriture en tamazight sera dirigé autour du genre de la nouvelle. En effet, des auteurs comme Lynda Chouiten, Amal Bouchareb, Neciba Attalah, Hanane Bouraï, Malika Fecih ou encore Lynda Handala animeront une rencontre sur la liberté dans l'oeuvre littéraire, alors qu'une autre rencontre sur la traduction réunira Rabia Djelti, Asia Baz, Selma Challal, Yasmina Brihoum ou encore Samira Bendris et Sandra Triki qui raconteront leurs expériences respectives. Les femmes dans l'édition seront quant à elles évoquées par une dizaine de professionnelles du livre, éditrices et libraires prendront également part à cette rencontre à l'instar des éditions du Champs libre, El Kalima, Mim, Dalimen, Anep, El Ibriz, Apic ou encore Enag pour évoquer Les parcours d'autres auteures comme Lynda-Nawel Tebbani, Amira-Géhanne Khalfallah, Saliha Laradji, Ouarda Cherifi, Lynda Koudache ou de Naima Guerziz seront également mis en lumière. Cette première édition prévoit des ateliers sur «La place de la littérature de l'ailleurs dans le programme universitaire algérien», en plus d'un autre atelier animé par Fïza Guène, Malika Laïchour, Yasmine Chouikh, Ghania Seddik, et Malika Madi et qui sera dédié à l'adaptation de roman au cinéma. Un atelier sera également réservé à un bilan de la situation du neuvième art en Algérie et au manque d'enthousiasme des éditeurs pour la bande dessinée. Outre les ateliers et rencontres, une librairie sera installée au niveau de la BN pour permettre aux écrivains d'aller à la rencontre de leurs lecteurs et dédicacer ainsi leur livres. Cette première édition Ramaje de la création ambitionne, nous indique t-on, «de devenir une plateforme incontournable de la réflexion autour du féminin dans la littérature, comme création et dans les métiers qui lui sont consacrés, ces Rencontres sont nées de la volonté de mettre en avant la littérature algérienne produite par des femmes vivant et travaillant en Algérie ou s'illustrant en dehors de nos frontières.» Et d'ajouter: «Se voulant fédératrices et ouvertes à toutes les langues et les formes d'écriture, les Ramaje aspirent à incarner l'ouverture sur l'Autre, sur le monde et sur les formes contemporaines de l'écriture. Mais aussi à impulser des idées, à accompagner des initiatives et à constituer une force de propositions.».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.