Haut Conseil de Sécurité : Rachad et MAK classés «organisations terroristes»    Coronavirus: 208 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    EdF: Benzema, Di Meco comprend Deschamps    Paix en Libye: Boukadoum appelle le CPS de l'UA à unir ses efforts avec l'ONU    Médiateur de la République: fin de fonction de Karim Younes, nomination de Brahim Merad    JSMB - RCA, duel entre le leader et son dauphin    MCO-WAT en vedette    "Nous ne sommes pas encore qualifiés"    Des directives pour parer à l'urgence    Le cafouillage    Algérie-Egypte: pour une coopération dans le domaine des micro-entreprises    Sous le sceau de la pandémie    La normalisation avec l'Etat d'Israël cautionne les crimes de l'occupant sioniste    L'AC Milan freinée dans sa course à la LDC    Dimanche de penalties et d'accusations    Education: La révision des statuts des travailleurs débattue    «La prévention reste le meilleur moyen», selon le Pr Yacine Kitouni    Campagne de contrôle des motocyclistes    C'est parti pour les épreuves d'éducation physique et de sport (EPS)    Sous le thème «Musée et Mémoire. Les objets racontent votre histoire»    Pierre Augier, Mouloud Mammeri, Frantz Fanon, Germaine Tillon et beaucoup d'autres    Les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Une autre nuit d'horreur à Ghaza    Un fonds spécial pour l'argent détourné    "Des labos d'analyses seront installés dans les aéroports"    Un vrai casse-tête    Découverte de la galère portugaise    Qui part, qui reste ?    L'EXAMEN DU DOSSIER DE LOUNÈS HAMZI DE NOUVEAU REPORTE    38 hirakistes condamnés de 6 à 18 mois de prison ferme    "Faire obstacle aux discours haineux"    Clôture de la 4e session de printemps de l'AP-OTAN avec la participation du CN    Les pays normalisateurs devraient avoir honte de leur position face aux crimes de l'occupant sioniste    Le parti de "Sawt Echaâb" plaide pour une solidarité mondiale avec la Palestine    Inauguration de l'exposition "expressions artistiques de terre et de feu"    Le dénuement du portemonnaie    Hydrocarbures: Sonatrach signe avec le norvégien Equinor    Une solution pour Ghaza !    Samir Hadjaoui est décédé    Une loi «spécifique et exhaustive»    La communication fait défaut    Les indépendants chez Charfi    Les mercenaires de la politique    Début des vaccinations à grande échelle en Afrique du Sud    Cinq terroristes présumés tués près de la frontière algérienne    De quoi sera fait l'après-Covid?    Frida à l'affiche    Boudjima renoue avec le Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à Yamina Mechakra
1ÈRES RENCONTRES MEDITERRANEE - AFRIQUE DES JEUNES ECRIVAINES
Publié dans L'Expression le 01 - 09 - 2018

Cette première édition qui se tiendra d'aujourd'hui et demain comprendra une quarantaine d'écrivains dont Faïza Guène comme invité d'honneur.
Ramaje est le nom de la première édition d'une manifestation littéraire qui fera de la Bibliothèque nationale d'El Hamma et ce durant deux jours, le centre de débats littéraires et intellectuels, célébrant la puissance de l'imaginaire et le pouvoir des mots chez les femmes dans l'écriture, des femmes dans la création.
La première édition de cet événement annuel est organisée en hommage à la célèbre auteure de la Grotte éclatée Yamina Mechakra. A cet effet, un prix littéraire portant son nom sera lancé le 2 septembre 2018. Il sera attribué par un jury exclusivement féminin présidé par Rabia Djelti pour la langue arabe, Lynda Koudache pour le tamazight et Maïssa Bey pour la langue française. Ouvert aux trois langues en usage en Algérie, il sera décerné par un jury exclusivement féminin. L'invité d'honneur de la 1ère édition des Ramaje est Faïza Guène, écrivaine française d'origine algérienne et dont le premier roman Kiffe kiffe demain (Hachette littérature, 2004), considéré comme l'une des meilleures ventes littéraires de cette année, a été traduit en 26 langues. Au programme de cet événement: des rencontres littéraires et des ateliers. Les premières donneront un aperçu de la diversité de la littérature algérienne et de la multiplicité de ses voix en se consacrant aux thèmes de l'écriture (et sa réception), de la traduction et de l'édition, alors que les seconds, destinés aux professionnels, aborderont l'écriture du scénario, la bande dessinée et le rapport de l'université algérienne aux écrivaines de la diaspora. Un atelier d'écriture en tamazight sera dirigé autour du genre de la nouvelle. En effet, des auteurs comme Lynda Chouiten, Amal Bouchareb, Neciba Attalah, Hanane Bouraï, Malika Fecih ou encore Lynda Handala animeront une rencontre sur la liberté dans l'oeuvre littéraire, alors qu'une autre rencontre sur la traduction réunira Rabia Djelti, Asia Baz, Selma Challal, Yasmina Brihoum ou encore Samira Bendris et Sandra Triki qui raconteront leurs expériences respectives. Les femmes dans l'édition seront quant à elles évoquées par une dizaine de professionnelles du livre, éditrices et libraires prendront également part à cette rencontre à l'instar des éditions du Champs libre, El Kalima, Mim, Dalimen, Anep, El Ibriz, Apic ou encore Enag pour évoquer Les parcours d'autres auteures comme Lynda-Nawel Tebbani, Amira-Géhanne Khalfallah, Saliha Laradji, Ouarda Cherifi, Lynda Koudache ou de Naima Guerziz seront également mis en lumière. Cette première édition prévoit des ateliers sur «La place de la littérature de l'ailleurs dans le programme universitaire algérien», en plus d'un autre atelier animé par Fïza Guène, Malika Laïchour, Yasmine Chouikh, Ghania Seddik, et Malika Madi et qui sera dédié à l'adaptation de roman au cinéma. Un atelier sera également réservé à un bilan de la situation du neuvième art en Algérie et au manque d'enthousiasme des éditeurs pour la bande dessinée. Outre les ateliers et rencontres, une librairie sera installée au niveau de la BN pour permettre aux écrivains d'aller à la rencontre de leurs lecteurs et dédicacer ainsi leur livres. Cette première édition Ramaje de la création ambitionne, nous indique t-on, «de devenir une plateforme incontournable de la réflexion autour du féminin dans la littérature, comme création et dans les métiers qui lui sont consacrés, ces Rencontres sont nées de la volonté de mettre en avant la littérature algérienne produite par des femmes vivant et travaillant en Algérie ou s'illustrant en dehors de nos frontières.» Et d'ajouter: «Se voulant fédératrices et ouvertes à toutes les langues et les formes d'écriture, les Ramaje aspirent à incarner l'ouverture sur l'Autre, sur le monde et sur les formes contemporaines de l'écriture. Mais aussi à impulser des idées, à accompagner des initiatives et à constituer une force de propositions.».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.