Le projet de l'amendement constitutionnel "début de reforme et de changement dans la nouvelle Algérie"    Le projet d'amendement de la constitution consacre un article important pour la protection des terres agricoles    Algérie-Hongrie: approfondir le dialogue politique au service du partenariat bilatéral    AG ordinaire de la FAF: adoption des bilans moral et financier    CAN-2021: le match Algérie-Zimbabwe officiellement à huis clos    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    REVISION DE LA CONSTITUTION : La campagne électorale s'achève aujourd'hui    Le Président ne sera pas présent à la Grande Mosquée    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortir plus forte    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Rahmoun Yazid en renfort    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Lutte antiterroriste : Reddition d'un terroriste à Tamanrasset    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    Tamanrasset: l'Alliance citoyenne pour le changement, une initiative pour soutenir le projet d'amendement constitutionnel    Erdogan appelle au boycott des produits français    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    8 décès et 276 nouveaux cas    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    Le Real de Madrid doit réagir    Boukadoum s'entretient avec le Secrétaire général des Nations unies    Rue Marcel-Bigeard remplacée par rue Maurice-Audin    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    MC Saïda: Un effectif chamboulé    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un sage médiateur dans une "région poudrière"
Décès de l'Emir du Koweit, Sabah al-Ahmad al-Jabir al-Sabah
Publié dans Liberté le 01 - 10 - 2020

Sous son règne, le Koweït a joué le rôle de médiateur dans une dizaine de conflits régionaux.
S'il est souvent cité dans son pays pour ses qualités humaines, son altruisme et sa modestie, l'émir du Koweït, Sabah al-Ahmad al-Sabah, décédé mardi à l'âge de 91 ans, était considéré à l'extérieur comme une des figures marquantes des relations internationales. Diplomate chevronné au long cours, l'Emir du Golfe a brillé dans le concert des nations avec son tempérament d'homme calme, sage et médiateur apprécié à travers notamment une approche apaisée et pragmatique de la diplomatie.
Le Koweït sous son règne a joué au médiateur dans une dizaine de conflits dans la région et dans le monde arabo-musulman de manière générale. C'est que cet homme d'Etat, avant son accession à la plus haute fonction du pouvoir en 2006, a officié en tant que ministre des Affaires étrangères pendant 40 ans (de 1963 à 2003). Quatre décennies durant lesquelles Al-Sabah s'est patiemment forgé une approche novatrice de la diplomatie et qui a fini par donner au petit Etat richissime du Golfe, le surnom de facilitateur ou de faiseur de paix.
En témoigne l'hommage du chef de l'ONU, Antonio Guterres qui a salué la mémoire d'un homme exceptionnel. "Je suis profondément ému par l'information que je viens de recevoir concernant le décès de Son Altesse l'émir du Koweït.
L'émir du Koweït était un extraordinaire symbole de sagesse et de générosité, un messager de paix, un constructeur de ponts", a-t-il déclaré aux journalistes, en apprenant la nouvelle du décès de l'Emir du Koweït. Avec sa disparition, c'est toutes les monarchies du Golfe qui viennent en effet de perdre un influent négociateur. Il était le dernier architecte des relations internationales de la région, après le décès en janvier dernier, d'une autre grande figure de la diplomatie, le Sultan Qabous d'Oman en l'occurrence.
Facilitateur
Dans une région marquée par des soubresauts et des tensions récurrentes le Cheikh koweitien a joué un rôle de premier plan dans le maintien des équilibres. Durant le conflit yéménite des années 1960, il a servi de médiateur habile et faisant montre d'un équilibrisme sans pareil pour le dénouement de cette crise. En 1968, les bons offices du Koweït ont été déterminants également en vue de parvenir à un règlement pacifique entre l'Arabie saoudite et l'Egypte.
En 1982, Al-Sabah a également servi de médiateur entre l'Arabie saoudite et la Libye. Il avait en outre joué un rôle important dans les conflits opposant l'Iran aux autres pays de la région ou encore durant la guerre civile libanaise, dans les années 1980. A l'international, il se distingue par son soutien éclatant et indéfectible aux Palestiniens. Il a fait de cette question une de ses causes arabes prioritaires. Avec son savoir-faire il réussit aussi un tour de force remarquable dans la désescalade entre les principaux pays du Golfe où la tension était montée à son paroxysme en 2017, dans la crise opposant le Qatar à l'Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis et à plusieurs autres pays musulmans.
En prenant en main ce dossier brulant, le Cheikh Sabah s'est distingué en réussissant à apaiser les tensions et à convaincre les parties en conflits à privilégier la voie du dialogue et des négociations pour mettre à plat les affaires litigieuses de la région. Son alliance historique avec les Etats-Unis et de l'Arabie Saoudite ne l'empêcheront pas à entretenir par ailleurs une relation apaisée avec Téhéran, pourtant extrêmement hostile à Washington et à Riyad, les deux alliés historiques du Koweït. Après l'annonce de son décès, Téhéran a d'ailleurs salué « la modération et l'aplomb » du défunt.
Dans un Yémen dévasté par la récente guerre depuis 2014, le défunt émir du Koweït n'a pas cessé de peser de tout son poids pour le rétablissement de la paix. Le ministre des Affaires étrangères Mohammed al-Hadhrami, a présenté ses « sincères condoléances aux frères au Koweït ».
Et le porte-parole des rebelles Mohammed Abdelsalam a affirmé que les Houthis « n'oublieraient jamais le rôle (de l'émir) en faveur des négociations de paix (...) ni son amour pour le Yémen ». Homme d'Etat libéral, il a initié dans son pays, de réformes économiques et sociales ambitieuses permettant une stabilité aujourd'hui jalousée dans toute la région.

Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.