Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    ONU: l'Algérie réalise de "grandes avancées" dans la promotion des droits des handicapés    Barça : Le président par intérim regrette que Messi soit resté    Real : Une réunion de crise sans la présence de Zidane ?    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    El-Guerguerat: la violation marocaine du cessez-le-feu largement condamnée    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    La guerre de libération "ne s'arrêtera qu'avec la fin de l'occupation marocaine"    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Changement attendu dans la fabrication automobile    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    "Pour une conférence nationale inclusive"    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    J'irai me plaindre à mon député !    DEVISE ET LOGIQUE DE DIGNITE    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    Une absence et des interrogations    Diego...    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réunion du comité de suivi de l'Opep+
Marché pétrolier
Publié dans Liberté le 19 - 10 - 2020

Très attendue, la 23e réunion du Comité ministériel mixte de suivi de l'accord Opep et non-Opep (JMMC) se tiendra aujourd'hui par visioconférence. Composé de sept pays membres de l'Opep (Algérie, Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Irak, Koweït, Nigeria et Venezuela) et de deux pays non-membres de l'Opep (Russie et Kazakhstan), le Comité va examiner la situation des marchés pétroliers et voir comment faire face à la tension actuelle qui y prévaut.
Aujourd'hui, les marchés reçoivent plus de pétrole qu'ils n'en ont besoin, alors que la demande reste faible. En effet, selon des estimations établies par l'agence américaine Bloomberg, les marchés ont besoin "d'environ 600 000 à 2,2 millions de barils par jour de moins et ce, jusqu'à fin 2021, pour équilibrer l'offre et la demande de brut".
Ainsi, et face à des marchés qui regorgent de pétrole et à une demande au fond du puits, l'Opep et ses alliés sont appelés à revoir à la baisse leurs prévisions. Il y a quelques mois, rappelle l'agence américaine, l'Opep était optimiste quant à l'évolution des marchés, soulignant que "la demande mondiale de pétrole allait augmenter de 860 000 barils par jour sur la période d'avril à juin dernier".
Effectivement, la demande avait repris à la faveur du déconfinement dans plusieurs pays. Mais l'euphorie n'a été que de courte durée, puisque la demande s'est repliée sous l'effet de la crise sanitaire, avec une pandémie de coronavirus qui se répand comme une traînée de poudre, notamment aux Etats-Unis et en Europe, où les chiffres sur les contaminations font froid dans le dos. Les marchés sont ainsi dans le brouillard et, par conséquent, les cours de l'or noir dégringolent.
Ils ont reculé vendredi 16 octobre, sous le poids des doutes sur la demande, alors que le rythme de la pandémie de Covid-19 continue de s'accélérer. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a fini à 42,93 dollars à Londres, en baisse de 0,53% ou 23 cents par rapport à la clôture de jeudi.
Pour lutter contre la pandémie, certains pays ont élaboré des mesures plus contraignantes comme l'instauration d'un couvre-feu nocturne en France. Cela entrave la consommation de carburants (les gens utilisent moins leurs véhicules) et ne rassure pas les marchés, en exerçant davantage de pressions sur la demande de pétrole qui risque de baisser encore.
Le tableau reste, pour ainsi dire, sombre du côté de la demande. Face à cette situation, le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), Mohammed Barkindo, a appelé, jeudi dernier, les membres de l'Organisation, lors de la conférence Energy Intelligence Forum, "à être réalistes, car la reprise de la demande ne se fait pas au même rythme que ce que nous avions prévu plus tôt dans l'année". "C'est pourquoi, la demande reste anémique", a-t-il ajouté.

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.