Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Ligue 1 (mise à jour) : La LFP fixe les dates de deux matches de la JSK    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    «Je m'inspire des couleurs et des personnalités de mon pays»    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    MC Oran: Encore une saison ratée !    RC Relizane: Le maintien en bonne voie    Malgré un flux d'estivants relativement faible: La corniche renoue avec les embouteillages et les bouchons    Mascara: Trois morts et quatre blessés dans une collision    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    La session parlementaire clôturée demain    Belazri retenu comme juge de ligne    Lagab et Mansouri abandonnent    Melih et Sahnoune officiellement engagés    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    L'unité aérienne de la protection civile dépêchée    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Rym Feroukhi sur le podium    Situation catastrophique à Sétif    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    208 migrants secourus en 48 heures    Confinement à Hanoï    Le baril efface ses pertes    Le paiement en ligne est opérationnel    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    ALGER RIPOSTE    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'exigence de la libération du journaliste réaffirmée
Sit-in hebdomadaire de soutien à Khaled Drareni
Publié dans Liberté le 20 - 10 - 2020

Le rassemblement hebdomadaire de soutien au journaliste incarcéré, Khaled Drareni, s'est tenu hier à la maison de la presse Tahar-Djaout d'Alger. Comme à l'accoutumée, ils étaient plusieurs journalistes, militants, avocats et responsables politiques à répondre, encore une fois, à l'appel du comité de soutien au journaliste pour exiger sa libération.
C'est vers midi que les manifestants, rassemblés à l'intérieur de la Maison de la presse, ont déployé leurs banderoles et brandi leurs pancartes appelant au respect de la liberté de la presse, à la libération de Khaled Drareni et des autres détenus politiques.
"Khaled est un journaliste professionnel", n'a cessé de crier la foule, précisant que l'emprisonnement du journaliste "est une atteinte à la liberté d'expression", pourtant "garantie par la Constitution".
Durant près de deux heures, les dizaines de manifestants ont appelé, également, "à une période de transition", à travers laquelle, "le peuple décidera de son avenir".
"Quand la liberté meurt, la parole s'enterre", a écrit un manifestant sur une pancarte. Les manifestants ont dénoncé les arrestations des activistes et ont appelé à la libération des détenus qu'ils considèrent être "des otages" dans les geôles du pouvoir.
"Algérie libre et démocratique", "Le journalisme n'est pas un crime", "Abdelkrim Zeghilèche est un journaliste libre", "Drareni est un journaliste et non un informateur", "On va poursuivre le combat pour les libertés", "Pour un Etat civil", "Libérez le journalisme, libérez la justice", "Pas d'élections"..., tels sont les slogans scandés par les manifestants qui se sont donné rendez-vous pour la semaine prochaine pour une action similaire.
"Tant que notre confrère Drareni est en prison, nous viendrons exprimer notre soutien et notre solidarité avec lui, et ce, jusqu'à sa libération", ont-ils dit. Rappelons que Khaled Drareni a été incarcéré une première fois le 7 mars 2020 après avoir couvert une manifestation du mouvement populaire à Alger.
Il sera libéré, mais placé sous contrôle judiciaire quelques jours plus tard, avant sa mise sous mandat de dépôt par le tribunal de Sidi M'hamed. Il est accusé d'"incitation à attroupement non armé" et d'"atteinte à l'unité nationale".
Son procès a été programmé le 10 août dernier, lors duquel il a écopé de trois années de prison ferme et de 50 000 DA d'amende. Lors du procès en appel le 15 septembre dernier, Drareni sera condamné à deux ans de prison ferme qu'il purge depuis à la prison de Koléa, dans la wilaya de Tipasa.
À noter également que depuis son incarcération, l'élan de solidarité avec le détenu s'élargit. Plusieurs actions de soutien en sa faveur ont lieu à travers plusieurs capitales occidentales.
Des militants politiques, des avocats, des syndicalistes, des artistes et des journalistes se solidarisent avec le détenu et exigent sa libération. Plusieurs pétitions de soutien ont été également signées par des journalistes et des intellectuels de plusieurs pays.

Mohamed MOULOUDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.