Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Man Utd : Fernandes répond à Klopp    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'exigence de la libération du journaliste réaffirmée
Sit-in hebdomadaire de soutien à Khaled Drareni
Publié dans Liberté le 20 - 10 - 2020

Le rassemblement hebdomadaire de soutien au journaliste incarcéré, Khaled Drareni, s'est tenu hier à la maison de la presse Tahar-Djaout d'Alger. Comme à l'accoutumée, ils étaient plusieurs journalistes, militants, avocats et responsables politiques à répondre, encore une fois, à l'appel du comité de soutien au journaliste pour exiger sa libération.
C'est vers midi que les manifestants, rassemblés à l'intérieur de la Maison de la presse, ont déployé leurs banderoles et brandi leurs pancartes appelant au respect de la liberté de la presse, à la libération de Khaled Drareni et des autres détenus politiques.
"Khaled est un journaliste professionnel", n'a cessé de crier la foule, précisant que l'emprisonnement du journaliste "est une atteinte à la liberté d'expression", pourtant "garantie par la Constitution".
Durant près de deux heures, les dizaines de manifestants ont appelé, également, "à une période de transition", à travers laquelle, "le peuple décidera de son avenir".
"Quand la liberté meurt, la parole s'enterre", a écrit un manifestant sur une pancarte. Les manifestants ont dénoncé les arrestations des activistes et ont appelé à la libération des détenus qu'ils considèrent être "des otages" dans les geôles du pouvoir.
"Algérie libre et démocratique", "Le journalisme n'est pas un crime", "Abdelkrim Zeghilèche est un journaliste libre", "Drareni est un journaliste et non un informateur", "On va poursuivre le combat pour les libertés", "Pour un Etat civil", "Libérez le journalisme, libérez la justice", "Pas d'élections"..., tels sont les slogans scandés par les manifestants qui se sont donné rendez-vous pour la semaine prochaine pour une action similaire.
"Tant que notre confrère Drareni est en prison, nous viendrons exprimer notre soutien et notre solidarité avec lui, et ce, jusqu'à sa libération", ont-ils dit. Rappelons que Khaled Drareni a été incarcéré une première fois le 7 mars 2020 après avoir couvert une manifestation du mouvement populaire à Alger.
Il sera libéré, mais placé sous contrôle judiciaire quelques jours plus tard, avant sa mise sous mandat de dépôt par le tribunal de Sidi M'hamed. Il est accusé d'"incitation à attroupement non armé" et d'"atteinte à l'unité nationale".
Son procès a été programmé le 10 août dernier, lors duquel il a écopé de trois années de prison ferme et de 50 000 DA d'amende. Lors du procès en appel le 15 septembre dernier, Drareni sera condamné à deux ans de prison ferme qu'il purge depuis à la prison de Koléa, dans la wilaya de Tipasa.
À noter également que depuis son incarcération, l'élan de solidarité avec le détenu s'élargit. Plusieurs actions de soutien en sa faveur ont lieu à travers plusieurs capitales occidentales.
Des militants politiques, des avocats, des syndicalistes, des artistes et des journalistes se solidarisent avec le détenu et exigent sa libération. Plusieurs pétitions de soutien ont été également signées par des journalistes et des intellectuels de plusieurs pays.

Mohamed MOULOUDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.