Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    L'AC Milan et Tottenham de retour    Macron et l'arabe    Campagne référendaire : le projet d'amendement constitutionnel consacre l'avènement de l'Algérie nouvelle    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le port de Skikda renforcé    La liberté dans le respect de l'autre    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Réalisées sur les abords d'un oued asséché: Démolition de constructions illicites à Aïn El Turck    Musulmans de France, tous coupables ?    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère
Rassemblement hebdomadaire pour la libération de Drareni
Publié dans Liberté le 22 - 09 - 2020

La corporation, les avocats et des militants politiques ont honoré le rendez-vous hebdomadaire du lundi à la Maison de la presse Tahar-Djaout pour exiger sa libération.
La mobilisation pour la libération de Khaled Drareni ne s'émousse pas. Une semaine après sa condamnation à deux ans de prison ferme par la Cour d'appel d'Alger, la corporation, les avocats et des militants politiques ont honoré le rendez-vous hebdomadaire du lundi à la Maison de la presse Tahar-Djaout pour exiger sa libération.
Ils étaient nombreux à exprimer un soutien indéfectible au journaliste incarcéré au centre pénitentiaire de Koléa depuis le 28 mars 2020, par leur présence et leurs slogans.
"Khaled sahafi machi khabardji" ; "Libérez les otages" ; "Khaled Drareni est victime d'une justice aux ordres" ; "Sahafa hourra démocratiya" (presse libre et indépendante)... ont scandé les manifestants à tue-tête pendant presque une heure. "Khaled Drareni n'a commis aucun délit. Son dossier est vide.
Il a été condamné pour des considérations politiques. Sa collaboration avec un média étranger a été assimilée à une atteinte à l'intégrité du territoire national". a attesté Me Mustapha Bouchachi, membre du collectif de défense. "Il y a un réel danger sur les libertés. J'ai peur pour l'avenir de l'Algérie", a-t-il poursuivi sur un ton pessimiste.
La colère apparaît également dans les propos de l'activiste Samir Belarbi, condamné à une année de prison dont huit mois avec sursis dans la même affaire que Khaled Drareni. "Encore une fois, nous nous mobilisons pour lui et pour tous les détenus d'opinion. Nous étions convaincus que le rassemblement de lundi 14 septembre était le dernier.
Malheureusement, il y en aura encore d'autres après la peine qui lui a été infligée pour des faits inexistants dans le dossier. Il a été condamné politiquement avant de l'être par la justice", nous a-t-il déclaré avant d'ajouter : "Nous pensions que le chef de l'Etat n'allait plus interférer dans cette affaire. Pourtant hier, il a affirmé que Khaled Drareni n'est pas journaliste.
Si, il l'est. Il a couvert les événements avec professionnalisme et éthique." Selon les avocats, cette déclaration publique du premier magistrat du pays avait scellé le sort de Khaled Drareni bien avant la programmation de son procès en première instance le 3 août 2020, puis son procès en appel le 8 septembre.
"Nous apportons notre soutien à la bataille pour la libération inconditionnelle de Khaled Drareni. Son affaire a dévoilé clairement que la justice est au service du pouvoir politique", s'indigne Youcef Ramdane Taâzibt, cadre dirigeant du Parti des travailleurs.

Souhila H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.