La résolution du Parlement européen, une ingérence flagrante dans les affaires de l'Algérie    Energies renouvelables: M. Chitour et l'ambassadeur de Chine examinent les perspectives de coopération bilatérale    Disparition : Henri Teissier est décédé    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Madjer revient sur son limogeage de l'EN    VIH Sida: plus de 2000 nouvelles infections dont 150 décès en Algérie depuis 2019    Deux terroristes abattus mardi à Jijel    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : "L'Algérie fait l'objet d'un flot d'agressions verbales''    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    LDC : Le programme de ce mardi    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    L'hommage du procureur à... Abassi Madani    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    L'UGTA s'oppose à l'arrêt technique décidé par la direction    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Le fisc peine à taxer les fortunes    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    21 décès et 978 nouveaux cas    Le procès de 14 hirakistes ajourné au 21 décembre    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Le positivisme, le négativisme, et mille et une choses encore    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Sila aura bien lieu !
Contribution
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2020

Le Sila n'aura pas lieu cette année. Pour garder le lien entre écrivains, éditeurs et lecteurs, Liberté ouvre ses colonnes et leur donne la parole...
Par : KAOUTHER ADIMI
ECRIVAINE
Le Salon international du livre d'Alger aura bien lieu ! La Covid ne gagnera pas. Chacun, chacune peut choisir la date qui lui convient. N'allez pas au Palais des expositions : cette année, ce sera ailleurs ! Ne remerciez pas le ministère de la Culture, il nous a délégué l'organisation. À nous tous : auteurs confirmés ou en herbe, lecteurs, éditeurs, journalistes, traducteurs. À vous aussi donc. Qu'est-ce qu'un salon du livre ?
Un lieu de rencontre, d'écoute, de questionnement. Un lieu pour débattre, pour s'engueuler, pour s'accorder. Un lieu où l'on se retrouve, où l'on se découvre, où l'on revit. Le Salon international du livre d'Alger aura bien lieu, mais oubliez la cohue infernale, le plan mal fichu qui me fait penser à cette fameuse scène du formulaire B12 dans Astérix et Obélix (La maison qui rend fou).
Oubliez aussi la programmation qu'on aime tant détester parce qu'on regrette l'absence de certains, la sempiternelle présence de tel ou tel autre. Si ces deux dernières années nous ont appris quelque chose, c'est bien à quel point les Algériens et les Algériennes sont capables de tout réinventer, de tout réimaginer. C'est bien leur capacité à résister.
Un virus, aussi puissant soit-il et quelle que soit sa nationalité ne pourra pas avoir raison de la détermination de ce peuple. Si vous le voulez, le Sila aura bien lieu car, après tout, qu'est-ce qu'un lieu ? Un espace considéré du point de vue de son affectation, me dit le Larousse. Un endroit, aussi petit soit-il, où il est possible d'être libre. Totalement libre. Un bout de terre où l'on peut rêver. Un coin où il est possible de s'isoler. Un bord de route où s'asseoir. Une porte à fermer ou à entrouvrir.
Le Salon international du livre d'Alger aura bien lieu. Chez vous, chez moi. Le même jour, à la même heure. Ou pas. Trouvez un livre. Déjà lu ou non. Neuf ou d'occasion. Qui vous appartient ou que vous aurez emprunté. Un livre qui a servi, beaucoup, ou peut-être pas, peut-être qu'il sera neuf et qu'il faudra l'ouvrir bien à plat pour qu'il ne se referme pas. Lisez-le. Abandonnez-le. Reprenez-le.
Postez une photo de sa couverture sous le hashtag SILA2020. Prêtez-le à un ami, une voisine, un parent, une amoureuse, un inconnu, une âme perdue. Et s'il n'y a plus de livre papier, relisez un classique en accès libre sur internet. Un livre d'un auteur russe. D'un auteur égyptien. De l'auteur qui vous plaira ! Lisez des femmes parce qu'on ne les lit pas assez. Allez dans une librairie.
Si je ne devais vous conseiller qu'un seul livre, ce serait La Soif d'Assia Djebar (Editions Barzakh). Roman épuisé partout sauf en Algérie, et c'est réellement un privilège que de pouvoir y avoir accès. Lisez un livre dans la langue qui vous plaira. Un roman, un recueil de nouvelles. Un livre épistolaire. Un livre de poésie. Un essai ou un document. Lisez en étant allongé ou assis.
À l'ombre ou en plein soleil. Comme une fuite en avant, un pas de côté, un pied de nez à ce virus qui nous éloigne tant des êtres aimés, qui nous enferme alors que nous venions à peine de sortir, mais qui ne pourra pas, non qui ne pourra jamais nous empêcher de lire. Le Salon international du livre d'Alger aura bien lieu. Moi, j'y serai. J'y suis déjà. Et je n'ai qu'à fermer les yeux – très fort, certes – pour vous retrouver, lecteurs et auteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.