Premier League : Everton chute face à Leeds    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    Covid-19: des contacts en cours pour l'acquisition du vaccin dés sa disponibilité    Le documentaire "Objectif Hirak" primé en Inde    Le Maroc veut perturber une manifestation dénonçant l'agression à El Guerguerat    Football / Ligue 1 : cinq autres clubs signent la convention tripartite    Coup d'envoi d'une campagne de reboisement au niveau des structures universitaires    Zetchi donne des nouvelles de Belmadi    Energie: le gouvernement déterminé à instaurer un modèle énergétique durable    Groupe parlementaire FLN : la résolution du Parlement européen dépourvue du moindre fondement diplomatique    Lutte contre l'Islamophobie: L'Algérie réaffirme sa position "immuable"    PSG : Les mots forts de Neymar en hommage à Diego Maradona    Accidents de la route : Six décès et 253 blessés durant les dernières 48 heures    Décès de Aissa Megari : le Premier ministre présente ses condoléances    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    «À Omar-Hamadi pour un résultat positif»    Ciccolini signe sa lettre de licenciement et rentre chez lui    Le Mouloudia décidé à relever le défi !    La dernière de Trump    Des membres du COA convoqués par la justice    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Saisie de 100 grammes de kif traité    7 personnes arrêtées pour des violences dans les quartiers    L'affaire de l'automobile sera rejugée    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    Le dernier Premier ministre élu démocratiquement emporté par le coronavirus    Le président Kaboré tend la main à l'opposition    L'OAIC confirme et précise    Vers l'extension de l'actuel accord de réduction    L'armée s'implique dans la lutte anti-Covid    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Les étudiants maliens en Algérie bloqués à Bamako    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Des campagnes de vulgarisation pour améliorer les récoltes    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Nul sur toute la ligne    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Secteur de l'habitat à Bouira : Les projets de logement social à la traîne    Ruines romaines de Bellimor à Bordj Bou Arréridj : Un patrimoine historique menacé    ANSEJ: Les créances des startups en difficulté rééchelonnées    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Budget primitif 2021 de la wilaya: Plus de 30 milliards pour la réhabilitation du réseau de voirie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE
HOMMAGE
Publié dans Liberté le 29 - 10 - 2020


Kateb Yacine, l'étoile brille toujours
Il est des œuvres qui traversent les âges sans prendre aucune ride. Celles de Kateb Yacine occupent une place de choix dans cette pyramide littéraire. L'auteur de l'inoxydable "Nedjma" l'est aussi. Par ses prouesses littéraires, théâtrales mais surtout par son engagement intellectuel et militant. Au panthéon de la littérature universelle, il est l'une des pierres les plus solides. Quand Louis Aragon publie en 1947 son poème dans "Les Lettres françaises", Yacine n'avait que 18 ans.
Un indigène qui s'est fait arrêter lors du massacre de mai 1945. Au front des combats émancipateurs, il est l'agitateur irrévérencieux des idées. Fortement marqué par la colonisation puis par la guerre d'indépendance, Kateb Yacine – autodidacte – a violemment ferraillé avec les progressistes hésitants. Inscrit dans le cours de l'histoire combattante, l'auteur de "L'homme aux sandales de caoutchouc" a réussi avec talent à forger la conscience des humbles.
A l'opposé de Camus, il avait choisi avec Sénac la justice, le camp des opprimés. Foncièrement communiste, Kateb Yacine a poursuivi son engagement dans l'Algérie indépendante avec un esprit insoumis et indépendant. Sévèrement critique à l'égard du régime politique, Yacine fait le tour du monde "socialiste" pour raconter la tragédie vietnamienne, la trahison de la Palestine, le drame de l'immigration. Mais cet internationaliste revient souvent vers ses racines plongées dans une histoire plusieurs fois millénaire.
Comme ses ancêtres, il redouble de férocité pour défendre une culture, une langue et une histoire que l'on cherche à gommer. Si ses œuvres font objet de thèses dans les plus grandes universités, dans son pays, il est ignoré, quand il n'est pas volontairement exclu par la doxa nationalitaire. En ce 31e anniversaire de sa disparition, Liberté donne la parole à Yahia Belaski, Benameur Mediène, Assia Kacedali et Youcef Aït Mouloud pour raconter les multiples facettes de celui qui fut la voie et la voix des humbles, Yacine.

H. OUALI


HOMMAGE
Yacine, le poète, la liberté
HOMMAGE
voix qui nous surprennent
HOMMAGE
L'engagement d'un poète
ACTION CULTURELLE DES TRAVAILLEURS
Zamoum, Mazouzi,sidi Bel-abbÈs, puis la fin


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.