Les propositions du mouvement El-Islah    Toujours pas de conclusions    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Incendie au niveau du siège    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    Gâteau au chocolat sans gluten    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    Un an de prison ferme requis    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Sensibilisation des éleveurs à l'insémination artificielle    L'incontournable rendez-vous des hirakistes    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination    APC d'Oran : Des logements vides mais difficiles à distribuer    La pâleur d'une façade    Tournoi de l'UNAF - U17 : Algérie - Tunisie, aujourd'hui à 14 h 30: Les Verts à une marche de la CAN    Football - Ligue 1: Un état des lieux préoccupant    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les non-dits
78e partie
Publié dans Liberté le 24 - 11 - 2020

Résumé : Karima est bouleversée, elle est enceinte. La nouvelle ne la réjouit pas. En fait, elle pense à se suicider. Elle est persuadée que le raqy a abusé d'elle sexuellement. Samra lui conseille d'aller porter plainte, mais elle refuse. Son mari ne voudra plus d'elle et sa famille le lui reprochera. Une double peine pour les victimes. Samra la quitte la rage au cœur.
-Mais qu'est ce qui te prend de claquer la porte ? Wesh biki ?, l'interroge Nedjma.
-Tu veux vraiment savoir ?
-Parle ! Arrête de m'énerver !
Samra lui raconte sa rencontre avec Karima et sa dramatique situation.
-Karima ne peut pas porter plainte, car elle perdrait tout ! Elle est victime de ton cher raqy ! Elle s'était rendue pour soigner sa stérilité et il a abusé d'elle. Le résultat est qu'elle est enceinte de lui. Elle voulait devenir mère, mais pas de ce monstre !
-C'est peut-être son mari ?
-Yemma, elle était inconsciente et mal en point pendant un bon moment. Il en a profité. Quand elle a fait sa toilette intime, elle a eu la preuve qu'il s'était passé quelque chose ! Un mois après, elle est enceinte. Ton faiseur de miracles est un monstre ! Je suis sûre qu'il a fait le coup à d'autres avant elle ! Je comprends pourquoi il insistait pour recevoir uniquement le malade. Il les a tous eus !
-Tu n'as aucune preuve !
-Tous ressortent dans un état second, lui rappelle Samra, agacée et en larmes. Tu aurais vu et parler à cette fille que tu n'aurais plus de doutes. Yemma, elle est si jeune. Je me sens impuissante, pourtant, je voudrais l'aider !
-Tu as dénoncé le raqy et il a été arrêté, dit Nedjma. Qu'il soit un escroc ou un guérisseur, il ne pourra plus profiter des gens. Samra, si c'est vrai, j'ai de la peine pour cette fille. Inchallah qu'elle trouvera du réconfort et du soutien auprès de sa famille !
-J'ai vraiment peur pour elle. Quoi qu'elle fasse, elle ne trouvera pas la paix. Le bonheur de devenir mère s'est transformé en cauchemar. Lorsque je l'ai vue la première fois, j'ai vite senti, deviné que la crise qu'elle faisait dans la salle avait une raison cachée et grave. J'ai envie d'appeler la police pour les mettre au courant et pour qu'ils fassent une vraie enquête !
-Enquête ou pas, elles ne diront rien, affirme Nedjma. On vit dans un pays où il ne fait pas bon d'être femme !
-Ni un homme... Yemma, Rédha doit rentrer chez lui. Fadhéla doit mourir d'inquiétude et ce n'est bon ni pour elle ni pour son bébé. Yemma, laisse-le reprendre sa vie. Je pense que ces deux séances l'ont changé et lui ont ouvert les yeux, sur ce qui compte vraiment pour lui.
Nedjma retire ses lunettes et essuie ses larmes.
-Tu crois vraiment ?
-Il est prêt à mourir pour que tu lui pardonnes ! Yemma, crois-moi ! Il a assez souffert. Il a subi de la torture et en portera les marques à vie ! Je t'en prie, libère-le. Laisse-le repartir. Sinon...
-Sinon quoi ?, lui demande Nedjma.
-Tu ne me reverras plus, menace Samra. Mon frère a assez souffert. En vous accompagnant, je suis toute coupable des sévices qu'il a subis ! Je refuse de vous soutenir dans cette folie. Je dois le protéger, mais si tu refuses de l'aider et s'il refuse de m'écouter, je partirais d'ici et je ne reviendrais plus !
-Tu me fais du chantage ?, demande Nedjma en se rapprochant d'elle alors qu'elle est en train de ranger ses affaires dans un sac. Tu veux que j'abandonne ton frère à ce démon ?
-Yemma, tu ne veux pas entendre raison ! Je suis lasse de te forcer à ouvrir les yeux sur la réalité. Rédha n'a ni démon, ni djinn. Il faut que tu acceptes qu'il soit différent. Laisse-le repartir. Si les brûlures peuvent guérir, les blessures émotionnelles qu'il porte seront difficiles à guérir. Ne sois pas surprise et peinée si un jour, il perd confiance, s'il a peur, s'il est confus. Moi, je crains qu'il devienne fou. J'ai peur pour lui. Yemma, je ne te fais aucun chantage, tu es notre mère, tu lui veux le meilleur autant que je puisse le lui vouloir ! J'accepte Rédha tel qu'il est. C'est par amour que je pars. Prends ta décision maintenant avant que je ne franchisse cette porte. Après, ce sera trop tard !

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.