Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Santé: une "grande importance" accordée à l'application des protocoles thérapeutiques en oncologie    JM Oran-2022 : engouement populaire sans précédent, l'autre succès de la 19e édition    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    JM/lutte féminine: Soudani Mestoura en demi-finale    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    Crise alimentaire: la FAO appelle à des mesures urgentes    JM: les podiums de la 2e journée    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    OL : Aouar ne va pas prolonger son contrat    Face aux séismes    Lorsque la consommation domestique menace l'exportation: Déperdition énergétique et gaspillage    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le terroriste Benhalima révèle la structure organisationnelle de " Rachad ", ses sources de financement et ses relations avec le " MAK "    Riga débarque    Le club otage des forces occultes    Des contrats menacés par le blocus pétrolier    Plus de 30 villageois dont des enfants tués    La base constitutionnelle seule au menu    Tosyali décroche le trophée    Echos d'un procès figé    Bâtonnat d'Alger: au boulot    Plus de peur que de mal    La réussite au BEM fêtée avec faste    Le FFS dérange les forces occultes    Comme une lettre à la poste    Peut-on réussir la transition?    Comment l'émigration a lutté contre l'OAS    C'est parti pour la 13e édition    Karima et Yousra enchantent le public    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    "M'tember", exposition collective d'artistes inaugurée à Alger    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le FMI se penche sur l'économie algérienne
La politique budgétaire et la crise sanitaire au centre des discussions
Publié dans Liberté le 28 - 11 - 2020

Les perspectives économiques de l'Algérie ont été au centre des discussions par visioconférence, mercredi dernier, entre le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, et une équipe du Fonds monétaire international (FMI), conduite par Geneviève Verdier, cheffe de division au département Moyen-Orient et Asie Centrale du Fonds.
La délégation du FMI a effectué une mission virtuelle en Algérie, pilotée par le Banque d'Algérie, du 9 au 23 novembre 2020.
L'objectif de la mission était d'actualiser le cadrage macroéconomique et de discuter des perspectives et priorités économiques pour l'Algérie, notamment suite au double choc de la Covid-19 et de la chute des prix des hydrocarbures.
Les discussions, révèle un communiqué du ministère des Finances, "ont porté sur les répercussions de la Covid-19 sur les agrégats macroéconomiques et budgétaires". Le grand argentier du pays, indique le communiqué, a présenté, à l'équipe du FMI, "le plan de riposte de l'Algérie en réponse à la pandémie".
Le ministre a, également, "exposé les contours du projet de loi de finances pour 2021, dont les dispositions visent à faire face aux répercussions de cette pandémie et à jeter les bases d'un plan de relance post-crise", note le communiqué.
Aymen Benabderrahmane a assuré "qu'en dépit de la crise, l'Algérie est résolument engagée dans un processus ambitieux de réformes et de modernisation, touchant divers domaines à l'instar des réformes fiscale, budgétaire, bancaire, ainsi que la redynamisation du marché des capitaux".
Concomitamment à ces réformes structurelles, ajoute le communiqué, le ministre "a détaillé le nouveau modèle de développement adopté par le gouvernement algérien basé sur la diversification économique et la recherche d'autres alternatives pour le financement de l'économie nationale".
Selon le communiqué du ministère des Finances, "les responsables du FMI ont reconnu que le gouvernement algérien a pris en 2020 plusieurs mesures qui ont permis d'atténuer l'impact de la Covid-19, même si ces dernières ont nécessité de déployer d'importants efforts financiers en vue d'améliorer la situation sanitaire dans le pays et soutenir les populations affectées par la crise".
Les discussions ont, par ailleurs, porté sur "les instruments à envisager pour contenir le déficit budgétaire, stimuler la croissance et promouvoir une diversification de l'économie nationale".
Pour rappel la loi de finances 2021, votée avant-hier par le Conseil de la nation, prévoit un déficit budgétaire estimé à 2 784,8 milliards de dinars. Selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), l'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 135,2 dollars pour équilibrer son budget pour l'année 2021.
Dans son dernier rapport sur les perspectives mondiales, l'institution de Bretton Woods avait estimé que l'Algérie devrait s'attacher à agir de manière bien ciblée, à bien réorienter ses dépenses.
L'Algérie, recommande le FMI, devrait réorienter les dépenses non prioritaires vers la santé, l'éducation et le secteur social, et prévoir des dispositifs d'apport de liquidités d'urgence plutôt que d'engager de nouvelles dépenses.

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.