Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    Chanegriha supervise un exercice tactique avec munitions réelles    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    Djerad aux walis: Les actes d'urbanisme doivent être délivrés dans les délais    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Sahara Occidental : la décision de Trump en cours d'examen    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    CR Belouizdad: Méforme ou accident de parcours ?    Tournoi de l'UNAF - U17: Victoire logique de l'Algérie face à la Libye    Première phase de vaccination contre la Covid-19: 124.000 personnes ciblées    Réalisés pour parer à l'informel: 21 marchés «parisiens» désertés depuis plusieurs années    Aïn El Turck: Une tentative de construction illicite avortée    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    7 longues années d'attente    Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    Session de formation aux métiers de l'export    Prolongation de mandat    Enquête    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Principes et autres considérations    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Large mobilisation en France
opposition à la loi "sécurité globale"
Publié dans Liberté le 29 - 11 - 2020

Les passages à tabac et les violences physiques contre des Français, issus surtout des minorités, sont devenus monnaie courante.
Des milliers de personnes se sont rassemblées, hier, un peu partout en France, pour dénoncer une loi en préparation jugée liberticide par les organisateurs, dans un pays secoué depuis jeudi par une nouvelle affaire de violences policières qui met le gouvernement sous pression.
Paris, Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Marseille, Grenoble, Clermont-Ferrand, Caen... de multiples rassemblements ont eu lieu contre ce texte dénoncé comme attentatoire à la liberté d'expression et à l'Etat de droit. Dans certaines villes, les manifestations ont commencé dès hier matin.
Ainsi à Lille (nord), entre 1 000 et 1 500 personnes, avec à leur tête la maire Martine Aubry, se sont rassemblées sous le slogan "Liberté, égalité, filmez !". "On se fait frapper pendant les scènes coupées !", "Floutage de gueule", lit-on notamment sur les pancartes brandies au milieu de drapeaux et badges du Club de la presse, de différents syndicats, notamment de journalistes, ou encore de la Ligue des droits de l'homme.
À Montpellier (sud), ils étaient 4 à 5 000, brandissant des pancartes clamant "Plus de flics que de médecins - sens des priorités" ou "Démocratie floutée". À Rennes (ouest), Maud, 45 ans, était là pour protester contre ce "réel déni démocratique" et la "dérive autoritaire".
Au cœur de la contestation qui a débordé jusqu'à entraîner une crise politique, figurent trois articles de la proposition de la loi "Sécurité globale", qui a déjà reçu le feu vert de l'Assemblée nationale la semaine dernière, encadrant la diffusion de l'image de policiers, l'usage de drones et des caméras-piétons des forces de l'ordre.
"Cette proposition de loi vise à porter atteinte à la liberté de la presse, à la liberté d'informer et d'être informé, à la liberté d'expression, en somme aux libertés publiques fondamentales de notre République", juge la coordination appelant aux rassemblements.
L'article 24, qui a focalisé les attentions, réprime d'un an de prison et 45 000 euros d'amende la diffusion "malveillante" d'images de policiers et gendarmes.
Le gouvernement avance que cette disposition vise à protéger les policiers victime d'appels à la haine et au meurtre sur les réseaux sociaux. Mais ses détracteurs font valoir que bon nombre de violences policières seraient restées impunies si elles n'avaient pas été capturées par les caméras de journalistes et les smartphones de citoyens.
Ils pointent aussi une disposition inutile, l'arsenal juridique actuel étant suffisant pour réprimer de tels délits. Deux affaires de violences policières cette semaine, révélées par des vidéos, ont transformé une passe difficile pour le gouvernement en véritable crise.
Lundi, lors d'une opération médiatique d'organisations pro-migrants, la police a évacué brutalement ceux qui s'étaient installés sur une place du centre de Paris, malmenant également des journalistes sous l'œil des caméras et des smartphones.
Mais le paroxysme a été atteint jeudi après la publication d'images de vidéosurveillance montrant le passage à tabac d'un homme noir, producteur de musique, par trois policiers.
La presse, les réseaux sociaux et certains grands noms du sport ont dénoncé ces violences policières. "Des images qui nous font honte", a admis vendredi soir le président Emmanuel Macron, qui avait déjà demandé jeudi des sanctions très claires contre les policiers incriminés.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.