Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bien que son sit-in ait été empêché par la police
Le mouvement Barakat gagne du terrain
Publié dans Liberté le 08 - 03 - 2014

Ils étaient des dizaines à crier leur hostilité et leur opposition à un nouveau quinquennat pour le chef de l'Etat. Initiée par le mouvement Barakat (ça suffit), la manifestation de jeudi à la faculté centrale d'Alger a drainé plusieurs personnes dont la majorité finira dans les commissariats de la capitale. Reportage.
Rien ne présageait une journée mouvementée à Alger. Le temps printanier de jeudi 6 mars, agrémenté d'une brise marine qui chatouille, annonce une fin de semaine calme. Mais la forte présence policière à en mettre plein la vue sur les différentes artères menant vers la place Audin et la faculté centrale altère le décor et augure d'une journée plutôt animée. Il était 9h30 lorsque les premiers manifestants arrivent à la place Audin. Ils prennent place dans les différentes cafétérias du coin. Sur le même boulevard, les policiers scrutent du regard les passants et les dévisagent avec méfiance.
"On y sirote un café et on discute", nous dit une jeune militante. "J'espère que nous serons nombreux aujourd'hui pour dire non à un mandat de la honte", ajoute-t-elle. Le dispositif policier mis en place n'est pas pour rassurer les initiateurs de la manifestation. Mais loin s'en faut. "La liberté d'expression est un droit constitutionnel et je ne reconnais pas l'interdiction des manifestations à Alger", dira, pour sa part, un journaliste membre du mouvement Barakat. À quelques encablures des cafétérias, les premières grappes humaines se forment devant le portail de la faculté centrale. On y reconnaît des journalistes, des militants du mouvement Barakat et, surtout, des citoyens venus exprimer leur refus "d'une présidence à vie" à "un président malade". Contrairement aux deux dernières manifestations initiées par ce même mouvement, celle du jeudi a drainé une foule nombreuse de citoyens.
Arrestations musclées
À peine les premiers slogans lancés par les manifestants que des dizaines de policiers encerclent l'entrée de l'université. Sous les cris de "Djazaïr hourra dimocratia" (Algérie libre et démocratique), "Non à un 4e mandat", "Ni Oujda ni DRS", ou bien "la Présidence n'est pas une maison de retraite", les manifestants ont donné le là à leur mouvement. Au début, les policiers "exfiltraient" les manifestants de la foule qu'ils jettent, illico presto et avec violence, dans les fourgons cellulaires, ancêtres "des paniers à salade", stationnés à un jet de pierre du lieu du rassemblement. Un quart d'heure plus tard et dès le premier groupe embarqué, les policiers chargent les présents et décident "de nettoyer" les lieux. Visiblement pris de panique face aux nombreux citoyens qui affluaient sur les lieux, c'était sans discernement et surtout à travers des arrestations musclées que la police a embarqué plusieurs dizaines de personnes. Dans la soirée du jeudi, les animateurs du mouvement initiateur de l'action ont fait état de 208 arrestations. "Ils sont plutôt des militants du pouvoir", dénonce un journaliste le comportement des policiers. "Ils arrêtent même des journalistes et des photographes venus couvrir l'événement", a-t-il souligné. Il était presque 12h, mais le lieu du rassemblement ne désemplit pas pour autant. Les fourgons cellulaires aussi. Des dizaines d'autres citoyens seront embarqués. Plusieurs animateurs du mouvement Barakat n'ont pas pu rejoindre le lieu du rassemblement. Ils ont été arrêtés aux alentours de la place Audin. "Des policiers en civil procèdent à l'arrestation de nos camarades avant qu'ils rejoignent ce lieu", alerte une animatrice de Barakat. À peine sa phrase entendue, des policières l'embarquent. Même embarqués, ils continuent à clamer leur colère.
Devant les caméras des télévisions
Manifester à Alger est un événement à ne pas rater. Hormis la présence de la presse nationale, quoique attendue, des télévisions étrangères se sont fait inviter. Françaises notamment et des pays arabes, plusieurs chaînes ont couvert le rassemblement. Sur place, leurs journalistes tentaient de faire parler des citoyens, mais c'était compter sans la volonté des policiers qui ont sûrement reçu l'ordre de mettre la main sur quiconque exprimera son refus du 4e mandat pour Bouteflika. Dans le sillage de la fameuse gestion démocratique des foules, un homme a dénoncé "la violence" et "le zèle" avec lesquels "des adolescents ont été passés à tabac par des policiers en civil, alors qu'ils étaient loin de la foule". Cet homme sera arrêté quelques minutes plus tard avant d'être relâché à la suite de l'intervention de plusieurs citoyens. Un journaliste, expliquant son point de vue à la chaîne française France 3, n'a pas été épargné par les policiers. Il sera arrêté alors qu'il parlait devant la caméra de la journaliste. "C'est ainsi qu'ils vont donner une image d'un peuple qui aime son Président", répliquait une femme, avec dérision. 13h, donc deux heures après le début de l'action, la police n'a pas cessé "sa rafle" dans les rangs des manifestants. Ce n'est que vers 14h que la vie reprend son cours normal. Les manifestants ont été emmenés vers différents commissariats de la capitale. C'est la troisième fois que les services d'ordre feront face à un tel scénario en moins de deux semaines. Les animateurs, libérés l'après-midi, ont promis de réinvestir encore la rue pour dire qu'à côté des courtisans de Bouteflika, une société civile libérée du "haut patronage de fakhamatouhou" se mobilise pour rendre la dignité aux Algériens.
M. M
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.