Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    Chanegriha supervise un exercice tactique avec munitions réelles    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    Djerad aux walis: Les actes d'urbanisme doivent être délivrés dans les délais    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Sahara Occidental : la décision de Trump en cours d'examen    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    CR Belouizdad: Méforme ou accident de parcours ?    Tournoi de l'UNAF - U17: Victoire logique de l'Algérie face à la Libye    Première phase de vaccination contre la Covid-19: 124.000 personnes ciblées    Réalisés pour parer à l'informel: 21 marchés «parisiens» désertés depuis plusieurs années    Aïn El Turck: Une tentative de construction illicite avortée    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    7 longues années d'attente    Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    Session de formation aux métiers de l'export    Prolongation de mandat    Enquête    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Principes et autres considérations    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Repli historique du dinar face à l'euro
Marché des changes
Publié dans Liberté le 30 - 11 - 2020

La glissade de la monnaie nationale s'accélère cette semaine, comme le montrent les cotations hebdomadaires communiquées, hier, par la Banque d'Algérie. La valeur de l'euro a été ainsi fixée à 160,07 DA ; un plus bas historique, alors que la valeur du dollar est fixée à 134,13 DA.
La tendance au repli du dinar face aux principales devises se confirme et devrait se poursuivre dans les mois à venir, puisque le cadrage macroéconomique de la période 2021-2023 anticipe une forte dévaluation du dinar par rapport au billet vert.
En effet, la valeur de la monnaie nationale continuera d'enchaîner d'importants mouvements baissiers dès 2021, à raison de 142,20 DA pour un dollar en moyenne l'an prochain, 149,31 dinars/dollar en 2022 et 156,78 dinars/dollar en 2023.
Depuis début juin, le dinar a cédé plus de 6% de sa valeur face à la monnaie européenne unique. Sur la même période, la parité dollar-dinar était stable ; le billet vert s'échangeant contre 134,40 durant la deuxième semaine de juin 2020 contre 134,13 cette semaine.
La dévaluation du dinar est plus prononcée par rapport à la principale devise du Vieux Continent, puisqu'un euro valait 150,56 DA durant la seconde semaine de juin dernier, contre un plus bas de 160,07 DA cette semaine, marquant ainsi un repli de 10 DA en un laps de temps de cinq mois seulement.
Une dévaluation de cette ampleur s'explique difficilement par le seul facteur lié à la variation des taux de change des principales monnaies sur les marchés internationaux de change. Il faut donc chercher également du côté des fondamentaux de l'économie nationale (prix du pétrole, différentiel d'inflation, dépense publique), dont l'évolution explique, en partie, la dévaluation du dinar par rapport à l'euro et au dollar.
Une tendance au repli a été amorcée pa r le dinar depuis le début de l'année en cours, alors que le cours du Brent rechutait depuis janvier, atteignant 16 dollars le baril en avril dernier. Pendant que les recettes évoluaient en baisse sous l'effet de la chute des prix du pétrole, la dépense publique s'inscrivait en hausse, fragilisant davantage les positions financières internes et externes du pays.
L'évolution des fondamentaux de l'économie nationale traduit ainsi en partie le mouvement baissier que connaît la valeur du dinar. La Banque centrale assumait d'ailleurs sans le moindre détour le fait que le taux de change du dinar jouait dans une large mesure son rôle d'amortisseur de chocs externes.
"Afin de prévenir toute appréciation du taux de change effectif réel dommageable pour la stabilité macroéconomique à moyen terme, la relative flexibilité du cours du dinar sur le marché interbancaire des changes permet d'absorber, en partie, l'effet de la chute des prix du pétrole.
Les interventions de la Banque d'Algérie sur ce marché s'inscrivent dans cet objectif stratégique", soulignait la Banque centrale dans ses dernières notes de conjoncture.
Mais, depuis peu, cette institution avertissait que l'ajustement du taux de change "ne doit pas constituer le principal, voire l'unique levier d'ajustement macroéconomique" et appelait sans relâche à mettre en œuvre des réformes structurelles afin de rétablir durablement les équilibres macroéconomiques.

Ali TITOUCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.