Inter Milan-Milan AC : Les compositions d'équipes    Ligne ferroviaire Saïda-Tiaret-Tissemsilt : Le projet sera-t-il livré cette année ?    Belmadi s'exprime sur l'avenir de Guardiola avec Man City    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Charfi répond aux «petits» partis    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    L'Entente face au révélateur Médéen    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Le monde en bref...    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Paroles d'un porte-parole    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un hymne à l'amour et à la jeunesse
"Mi Amor", le nouvel album de Mohamed Allaoua sortira aujourd'hui
Publié dans Liberté le 05 - 12 - 2020

Aux côtés de titres comme "Astehzi-m", "Attan n ttayri", l'opus contient des textes engagés en faveur du Hirak avec L3issaba et le sort dramatique des jeunes harraga.
Le nouvel album de l'artiste kabyle Mohamed Allaoua sortira dès aujourd'hui, samedi 5 décembre. Intitulé Mi Amor, ce nouvel album contient au total neuf titres dans lesquels Allaoua surfe entre plusieurs thématiques dont notamment l'amour et la jeunesse, avec tout ce qu'ils charrient comme désillusions, espoirs et désespoirs.
Mais parmi les sujets abordés figure aussi le thème le plus brûlant de l'actualité nationale, à savoir le mouvement populaire le Hirak, évoqué à travers la chanson L3issaba. Une chanson qui est aussi disponible en clip, depuis le 27 novembre dernier. Dans cette chanson, Allaoua parle notamment de la situation sociale et politique du pays et la lutte populaire pour un changement radical du système.
L'album Mi Amor qui sera disponible en CD chez les disquaires dès ce samedi sera aussi disponible sur des plateformes digitales et numériques telles que YouTube, Itunes et Spotify, a affirmé Mohamed Allaoua sur sa page officielle. Quant au choix musical, l'artiste est resté fidèle à son style, en plongeant ses fans dans une atmosphère électrique avec une musique rythmée. À propos des thèmes chantés, Allaoua a opté pour des sujets diversifiés. Dans la première chanson de l'album, Mi Amor, qui existe aussi au clip, Mohamed Allaoua parle d'amour et de voyage. Il revient aussi avec trois autres chansons d'amour intitulées Astehzi-m, Attan n ttayri et Ruh a rruh où Allaoua évoque la quête d'un amour perdu.
Dans cet album, on retrouve aussi des textes engagés comme L3issaba où Mohamed Allaoua évoque, en plus de la situation sociale et politique du pays, le sort dramatique des jeunes harraga qui risquent leur vie pour fuir vers des terres plus clémentes. Dans la même optique, Allaoua a chanté l'exil devenu une "nécessité" pour une vie et un destin meilleurs. Un exil qui avait depuis des décennies consommé la force de nos aînés et continue de consommer celle de nos jeunes. "Après nos aînés, voilà encore la jeune génération qui court derrière les portes de l'Europe pour vivre sous d'autres cieux", a regretté Mohamed Allaoua dans cette chanson.
Dans le même sillage, il a chanté La3lam, l'emblème, qui est un hymne à la patrie et dont la tonalité musicale nous fait rappeler le chant révolutionnaire Kker a mmis umazigh, composé en 1945 par Mohand Idir Aït Amrane. À rappeler que Mohamed Allaoua n'en est pas à son premier coup essai dans la chanson dite engagée tant il a déjà été auteur d'une chanson intitulé Tilleli (la liberté), un titre où il adresse un message à un pouvoir "corrompu". "L'Algérie aux Algériens", a-t-il fredonné. Allaoua a choisi une fin sur un ton d'espoir et d'un changement qui fera de l'Algérie le berceau d'une jeunesse en quête d'espoir.

K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.