«Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    Liste contestée    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Le pire est à craindre    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    Décès de la Moudjahida Annie Steiner    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Grandiose marche nocturne à Akbou    Un procès peut en cacher un autre    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous préparons une édition complète du Journal pour 2022"
Ali Feraoun, Président de la fondation Mouloud-Feraoun
Publié dans Liberté le 20 - 12 - 2020

Fils et ayant droit de l'écrivain, Ali Feraoun revient dans cet entretien sur les textes rares et inédits proposés dans le 11e numéro des PIM ainsi que sur les projets de sa fondation.
Liberté : Que pensez-vous de ce dernier numéro des PIM, qui offre aux lecteurs des textes inédits et rares de votre père ?
Ali Feraoun : Pour commencer, je pense qu'il faut aller à la genèse de cet ouvrage. La fondation Mouloud-Feraoun, que je préside, a initié un travail colossal qui est la numérisation des archives et surtout des manuscrits de Mouloud Feraoun. À l'occasion de la commémoration du centenaire de la naissance de cet écrivain, José Lenzini (journaliste-auteur), qui, pour la préparation de cet événement, a écrit une belle biographie de Feraoun parue en 2013 chez Acte Sud et Casbah Editions en 2017 avec une préface de votre serviteur, a su, grâce à son intérêt pour l'œuvre de Feraoun, nous trouver l'aide très précieuse de l'Institut français pour conduire et supporter les frais de ce grand projet de numérisation pendant une durée de trois ans : achat de matériel, organisation d'un stage de numérisation de deux sessions et conduite d'un véritable chantier avec des experts de l'institut en manuscrits, qui ont fait de nombreux séjours à Alger. Claire Riffard et M. Sanson, pour la partie française, et pour la partie algérienne Abdelwahab Medjadj, secrétaire général de la fondation Mouloud-Feraoun pour la culturel et l'éducation, s'y sont attelés pendant une bonne quarantaine de mois. C'est ainsi que nous avons, depuis 2017, numérisé les manuscrits de Feraoun, qui sont désormais sauvegardés pour la postérité. Le lien de cette opération avec le livre édité par El Kalima est Olivier Sanson. En effet, Naïma Beldjoudi a eu à consulter, grâce à Olivier Sanson, à ce que j'ai compris, le travail de numérisation, et Olivier a attiré son attention sur l'existence de pages inédites du Journal de Feraoun.
Le texte À Alger, c'est la terreur, dernière page du Journal, n'a jamais été publié par les éditions du Seuil et ce, "pour des raisons inconnues"...
En fait, en juin 1962, lorsque, après la débandade des intégristes français, ma famille et moi-même avons pu réintégrer notre maison à Alger, je me suis attelé à dactylographier le dernier cahier du Journal de Feraoun, qui était la seule partie de l'ouvrage non encore remise aux éditions du Seuil. Le Journal devait être édité en septembre, et je tenais à ce que ce dernier cahier y soit intégré. Cependant, Emmanuel Roblès, directeur de la collection Méditerranée où paraissaient les livres de Feraoun, m'a parlé d'un problème d'espace, vu que la maquette était déjà conçue. C'est ainsi que du cahier de 32 pages Roblès n'a pu en retenir qu'une maigre partie ou parfois des bribes de pages. Mais même cette sélection, m'avait signalé Sanson, était très tendancieuse, puisque les parties de textes pouvant donner une sale et vraie image des intégristes français avaient été systématiquement écartées par Roblès.
Cet ouvrage propose également la nouvelle Les Tueurs. Un texte "prémonitoire" sur l'assassinat de Mouloud Feraoun ?
Ce texte va dans la continuité des autres pages du Journal ; il n'a pas été individualisé comme une nouvelle et n'avait pas non plus reçu de titre. Quant aux menaces, Feraoun en recevait déjà à Fort-National, mais plus encore à Alger par téléphone et par lettres, où on lui demandait de "préparer son drap", "l'heure du grand saut étant proche". Feraoun n'avait pas peur de mourir. Il avait une attitude très sereine vis-à-vis de la mort, sachant que la vie était un passage, qui a un début et une fin. Bien sûr, disait-il dans le Journal, qu'il ne voulait pas mourir. Mais la mort ne le terrorisait pas. Il avait une foi immense qui l'aidait à surmonter bien des épreuves.
Pourquoi depuis sa publication dans une revue américaine en 1982 cette œuvre est-elle restée méconnue du grand public ?
Pourquoi ce texte est-il resté inconnu du grand public ? En fait, pour nous, c'est une partie du Journal de Feraoun. Le projet de la fondation est de préparer une édition complète du Journal pour 2022, l'anniversaire du 60e anniversaire de l'indépendance et de l'assassinat de Feraoun. Nous préparons également une édition intégrale du Fils du pauvre, dont l'édition connue jusqu'à présent (excepté celle parue chez Casbah) est une édition amputée du tiers de son contenu. Pour le reste des textes de l'ouvrage, comme Les Beaux Jours ou Mon village, je pense qu'une bonne partie se trouve dans Jours de Kabylie et dans L'Anniversaire.
Ce numéro est appuyé par des dédicaces et des poèmes destinés à Emmanuel Roblès et à Jules Roy. Pouvez-vous nous raconter des anecdotes sur l'amitié qui liait ces trois écrivains ?
Feraoun avait une amitié fraternelle pour Emmanuel Roblès depuis toujours. Il était lié avec beaucoup d'écrivains français et algériens, mais je pense que l'amitié qui le liait à Jules Roy était vraiment fraternelle. Jules Roy était un homme d'une grande simplicité, franc et direct.

Entretien réalisé par : Hana Menasria


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.