Gestion des marchandises en souffrance au niveau des ports : La commission d'inspection chargée de renforcer le contrôle    Sahara occidental: le PAM anéantit à son tour" les illusions" du Maroc    Près de 100 policiers mobilisés à travers les plages autorisées à la baignade    Tissemsilt: inhumation de la moudjahida Guerdane Zohra au cimetière "Si Tahar El Othbi" de Lardjem    Cyclisme-stage de l'UAC pour les entraîneurs: Allab et Alloui admis avec mention    Ligue 1-USMA: le recrutement de Guendouz "en bonne voie", assure Anthar Yahia    Oran: 255 citoyens rapatriés des Etats Unis d'Amérique    JO 2021-Covid19: six mois aux nageurs pour retrouver leur forme    Les donneurs de leçons s'en mêlent !    L'animation culturelle sur la toile, un acquis pour les artistes    Covid-19: 477 nouveaux cas, 304 guérisons et 10 décès    Eniem: diversifier les produits pour un retour en force sur le marché    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    Investissement: recensement des actifs de production des secteurs public et privé    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    La traque d'un "sulfureux" général    "Retour au confinement si besoin"    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès
Il vient de paraître aux éditions El Kalima
Publié dans Liberté le 14 - 07 - 2020

Ce roman inachevé, présenté par le professeur Pierre Masson, est une "fresque de la société algérienne de 1956" où se mêlent fiction et faits historiques. Il vient d'être publié par El Kalima dans la série PIM (Petits Inédits du Maghreb) de la collection de poche "DJIB".
Le roman inachevé Printemps d'Alger d'Emmanuel Roblès est le dixième titre de la série Petits Inédits du Maghreb (PIM), qui réunit des textes inconnus ou introuvables tirés d'archives, de romans, d'essais, de théâtre ou encore de recueils de poésie afin de les rendre accessibles au grand public. Les ouvrages sont coupés en deux parties : l'œuvre de littérature maghrébine choisie et reproduite avec toutes les annotations de l'auteur, est précédée d'une présentation réalisée par des historiens, des universitaires ou encore des écrivains.
Ainsi, dans la première partie de Printemps d'Alger, Pierre Masson retrace le passé militant anticolonialiste d'Emmanuel Roblès né en Algérie, grâce à une chronique de celui-ci qu'il décortique. Cela lui permet non seulement de lier la vie de l'auteur au contenu de l'ouvrage, mais également de détailler l'ébauche du roman et d'expliquer les modifications apportées par Roblès sur son manuscrit : changements de noms des personnages, de titres et d'histoire en fonction du contexte historique vécu par l'écrivain.
La deuxième partie de l'ouvrage est consacrée au texte en lui-même. Dans un climat tendu par les attentats et les menaces de mort, les destins des différents personnages s'entremêlent autour de la question du devenir de l'Algérie fin janvier 1956. Alors que le professeur Royer s'interroge sur le sens de sa vie après la mort de son fils, il participe à une réunion d'anticolonialistes au Cercle du Progrès regroupant entre autres Camus, Roblès, Cheikh El Okby et Ferhat Abbas, tandis que les "fascistes" manifestent à l'entrée du bâtiment et scandent des mises à mort. Varennes, l'un des initiateurs des réunions "franco-musulmanes" du comité comprend que la réunion sera vaine, car si "l'essentiel était que les Algériens, d'un bord à l'autre du pays, fussent certains de l'existence d'une masse d'Européens actifs, non racistes, non esclavagistes et inclinant à la construction d'une Algérie nouvelle", aucun accord n'est trouvé sur les solutions possibles et le "contenu de l'expression".
Le soir même se tient une réception de riches colons se servant de leur argent pour asseoir leurs intérêts. La veille, la ferme de Martinez avait été attaquée par des fellaghas qui souhaitent récupérer les armes qu'il détient. Prévenu, il aura tout mis en œuvre pour sauver sa famille et ses possessions et mettre en déroute les équipes de Kader et Messaoud (FLN). Initiée par Guy Dugas, directeur littéraire du projet et professeur émérite de l'université Montpellier 3, la série PIM comprend entre autres les livres de Jean Sénac : L'enfant fruitier (intr. Guy Dugas) ; Abdelkader Hadj Hamou : L'offense (intr. Hadj Miliani) et Driss Chraïbi : La Greffe (intr. Kacem Basfao). Deux autres livres seront publiés au deuxième semestre de 2020 : Les tueurs et autres inédits de Mouloud Feraoun (intr. Safa Ouled Haddar) et Lettre à un jeune Tunisien suivi de Mon retour à Tipasa d'Albert Memmi (intr. Guy Dugas).


Laurine Bazemont


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.