Réunion du Gouvernement: Des mesures d'urgence pour l'industrie et l'agriculture    Le président de la CIPA: «L'objectif premier c'est de combattre la bureaucratie»    Habitat: Les logements LPL font jaser    Revirement ou tactique ? Mohamed VI feint l'apaisement    Lamamra en Egypte: Libye, Tunisie et coopération au menu    Le président Kaïs Saïed rassure: «La Tunisie est sur le bon chemin»    Football - Ligue 1: La relégation hante les esprits    La bonne affaire pour l'Afrique ?    Analyses médicales, tests antigéniques et PCR: Les assurances sociales appelées à faire plus    Un dentiste dément les rumeurs: «Aucun danger de l'anesthésie buccale sur les vaccinés»    Richesses humaines ensevelies    La démocratie en terre d'islam : «Allah ghaleb est inscrit sur tous les fronts» !    Mettez fin à l'occupation du Sahara occidental    Le dinar reprend du poil de la bête face au dollar    Abdelkrim Fergat aux repêchages    Cinquième or pour Dressel    Le trophée pour Zverev    Le temps des solidarités    Alger-Tripoli    Les grandes urgences du secteur de l'industrie    On vaccine les zones d'ombre    Les médecins de la diaspora attendent le feu vert    50000 Employés risquent le chômage    Le formidable élan de solidarité des Algériens    37 décès et 1.172 nouveaux cas en 24 heures    Plus de 200.000 manifestants dans les rues contre le pass sanitaire    L'ONU salue une « réalisation historique » en Libye    Mémoire et traumatisme de guerre    Une figure de la musique andalouse s'éteint    Le TNA et le Cadc optent pour le virtuel    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre prochain    L'échec de Flissi    Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Tennis : Djokovic repart bredouille, et blessé    L'AS FAR valide son billet    Les prix à la consommation en baisse de 1,1% sur un mois en juin    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Retrait de l'accréditation en Algérie    Al Arabia interdite en Algérie    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des hirakistes risquent six mois de prison ferme
Accusés d'avoir voulu perturber le meeting électoral du candidat Belaïd à Oran
Publié dans Liberté le 22 - 12 - 2020

Le tribunal correctionnel de Fellaoucène, à Oran, a examiné hier un dossier dans lequel plusieurs hirakistes et deux journalistes de la presse écrite étaient poursuivis pour "tentative de perturbation d'un rassemblement autorisé", "trouble à l'ordre public" et "attroupement non armé".
Les événements de cette affaire remontent au vendredi 22 novembre 2019 lorsque des acteurs du Hirak ont voulu exprimer leur rejet de l'élection présidentielle en protestant contre le rassemblement populaire que le candidat Abdelaziz Belaïd devait animer à la salle omnisports de Médioni.
Bien que cantonnés sur un trottoir à des dizaines de mètres du lieu du meeting par une police sur les dents, les hirakistes seront brutalement interpellés et conduits au siège de la sûreté de la wilaya où ils seront retenus jusque tard dans la nuit.
Deux journalistes, J. Loukil de Liberté et N. Guellil d'El-Moudjtamaa, pourtant mandatés par leurs rédactions respectives pour la couverture de l'événement, seront interdits d'accès à la salle omnisports avant d'être également embarqués aux côtés des autres hirakistes.
Hier, à la barre, les neuf accusés, dont Kaddour Chouicha, Saïd Kacem, Abdelhadi Abbès, Tadjeddine Abdelatif, ont tous rejeté les faits qui leur étaient reprochés.
Certains ont dénoncé la brutalité aussi injustifiée que gratuite dont la police a usé lors de leur interpellation, d'autres ont assuré avoir été interpellés alors qu'ils étaient simplement de passage. Les journalistes rappelleront qu'ils étaient sur les lieux dans le cadre de leur travail. Les forces de police leur ont interdit de couvrir la manifestation.
Après que la représentante du parquet a laconiquement requis six mois de prison ferme contre l'ensemble des prévenus, les avocats de la défense ont fait le procès de la police qui n'a pas hésité à user de la matraque contre des hirakistes pacifiques.
Me Ahmed Mebrek, qui a affirmé que la répression ciblait systématiquement les activistes du Hirak, s'est, par ailleurs, interrogé sur le sort réservé aux multiples plaintes pour violences policières que des dizaines d'Oranais ont déposées auprès de la justice entre 2019 et 2020. Me Farid Khemisti s'en est également pris à la police qui a empêché les journalistes de faire leur travail et interdit à des citoyens de s'exprimer.
"Il y a eu de nombreux et dangereux dérapages", s'est-il insurgé en n'hésitant pas à parler de hogra. L'avocat a également dénoncé le "harcèlement" exercé sur la personne de Kaddour Chouicha, vice-président de la Laddh, interpellé sept fois, et rappelé que l'homme avait déjà été jugé, condamné avant d'être relaxé en appel pour les mêmes faits qui lui sont reprochés aujourd'hui.
Le 10 décembre 2019, Chouicha avait, en effet, été condamné à une année de prison ferme par le tribunal de Cité Djamel pour "outrage et violence à fonctionnaires et institutions de l'Etat", "offense au président de la République" et "exposition au regard du public de documents de nature à nuire à l'intérêt national", charges retenues par le parquet pour qualifier les faits qui s'étaient, justement, déroulés à l'occasion du meeting d'Abdelaziz Belaïd.
Tous les avocats qui ont affirmé que les accusations retenues n'étaient pas étayées par des éléments de preuves tangibles ont demandé la relaxe de leurs clients. Le verdict a été mis en délibéré pour le 18 janvier 2021.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.