Souk Ahras : Grogne chez les salariés    Pénétrante autoroutière de Béjaïa : Un chantier de confortement ouvert    APC d'Oran : Des logements vides mais difficiles à distribuer    Activités des femmes rurales à Biskra : Des actions pour une autonomisation économique    Ath Mansour (Bouira) : A quand la livraison du stade communal ?    Liga : Le Real se ressaisit face à Alavés avec un doublé de Benzema    La pâleur d'une façade    Football - Ligue 1: Un état des lieux préoccupant    Football - Changements d'entraîneurs: Un mouvement perpétuel    CS Constantine: Des défaillances criantes    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    Des écarts de 500 dinars entre les villes du Nord et du Sud: Appel à réguler les prix des viandes rouges    Hassi Ameur et Bethioua: Plus de 120 milliards pour la mise à niveau des zones industrielles    Covid-19: «Le prix n'a jamais été un critère dans le choix du vaccin»    Nouvelles règles pour les auto-écoles    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Selon des historiens: Le rapport Stora doit interpeller la classe politique française    Les petites bourses à rude épreuve    Les syndicats de la santé interpellent Benbouzid    Le lait en sachet sera mieux distribué    Le rapport Stora doit "interpeller la classe politique française    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Le procès de nouveau reporté    Le Hirak réinvestit la rue    Le boy-scout révolté    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Décès de l'ex-joueur Mohamed Zaoui    La Tunisie s'impose sur le fil et s'offre une finale contre l'Algérie    Farès retrouve la compétition    Loi électorale : un autre recadrage pour brider les votes ?    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    Importation de véhicules : Tirs groupés contre Ferhat Aït Ali    Début de la période des candidatures pour l'autorité exécutive unifiée    La Centrafrique proclame l'état d'urgence    HRW demande une enquête "rapide et impartiale"    Calme relatif en Tunisie    Le processus s'accélère    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Il a tancé plusieurs de ses ministres : Abdelaziz Djerad insatisfait du staff gouvernemental    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    ...CULTURE EN BREF...    Béjaïa "La perle de la Méditerranée"    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Le Liban restitue deux icônes religieuses du XVIIIe siècle à la Grèce    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procès de 14 hirakistes ajourné au 21 décembre
Tribunal de FellaoucÈne (ORAN)
Publié dans Liberté le 01 - 12 - 2020

Ils sont poursuivis pour "tentative de perturbation d'un rassemblement autorisé", "trouble à l'ordre public" et "attroupement non armé".
Le procès des 14 hirakistes et journalistes poursuivis dans le cadre de l'affaire dite du meeting électoral d'Abdelaziz Belaïd a été reporté par le tribunal de Fellaoucène au 21 décembre prochain pour absence de quatre prévenus. Kaddour Chouicha, Saïd Kacem, Jamila Loukil, Noureddine Guellil, Abdelhadi Abbes, Tadjeddine Abdelatif et neuf autres personnes, dont deux femmes, sont poursuivis pour "tentative de perturbation d'un rassemblement autorisé", "trouble à l'ordre public" et "attroupement non armé" et pour avoir organisé une manifestation de protestation contre la tenue, le vendredi 22 novembre 2019, du meeting populaire du candidat à la présidentielle du 12 décembre, Abdelaziz Belaïd.
Rassemblés à quelques dizaines de mètres de la salle omnisports de Medioni où Belaïd devait animer son rassemblement, les hirakistes avaient à peine commencé à manifester qu'ils ont été interpellés sans ménagement par des éléments de la police et conduits au siège de la sûreté de la wilaya où ils ont été retenus jusque tard dans la nuit.
Une année plus tard, soit le 26 octobre dernier, un procès a été programmé sans que les accusés et les avocats du collectif de défense du Hirak d'Oran soient avertis. Le juge a dû ajourner l'audience à hier 30 novembre. Aucun autre accusé n'a reçu de convocation, selon Me Farid Khemisti qui n'a pas caché son étonnement quant aux procédures suivies dans ce procès. "Non seulement les accusés n'ont pas reçu de convocation, mais encore, il faut signaler que Kaddour Chouicha a déjà été jugé pour les faits pour lesquels il est poursuivi dans cette affaire." Le 10 décembre 2019, le vice-président de la Laddh avait, en effet, été condamné à une année de prison ferme par le tribunal de Fellaoucène pour "outrage et violence à fonctionnaires et institutions de l'Etat", "offense au président de la République" et "exposition au regard du public de documents de nature à nuire à l'intérêt national".
Ces accusations avaient été retenues par le parquet pour qualifier les faits qui s'étaient, justement, déroulés lors du meeting de Belaïd et pour lesquels, les 14 hirakistes s'apprêtaient à être jugés. "En mars 2020, la cour d'appel a prononcé la relaxe en faveur de Kaddour Chouicha, et aujourd'hui, on veut le rejuger pour les mêmes faits", déplore Me Khemisti. Parmi les accusés cités dans ce dossier figure Kechour Hassan, dit Ammi Hassan, activiste connu du Hirak oranais, décédé de la Covid-19 en juillet dernier.
S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.