"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Oran : 1 an de prison ferme pour Kaddour Chouicha
Face au juge, il a revendiqué son droit de défendre ses opinions
Publié dans Liberté le 11 - 12 - 2019

Le tribunal correctionnel de Cité Djamel, à Oran, a condamné, hier, le militant des droits de l'Homme et vice-président de la Laddh, Kaddour Chouicha, à 1 année de prison ferme et 10 000 DA d'amende pour outrage et violence à fonctionnaires et institutions de l'Etat, offense au président de la République et exposition au regard du public de documents de nature à nuire à l'intérêt national.
L'affaire remonte au jour du meeting d'Abdelaziz Belaïd au cours duquel une quinzaine de hirakistes, dont Kaddour Chouicha, avaient été interpellées avant d'être relâchés dans la soirée. Pour les avocats du collectif de défense du hirak, ces "accusations sont dénuées de fondement et ont pour objectif réel de faire taire un activiste connu pour son travail pour la défense des droits de l'Homme", ont-ils affirmé.
Dans leurs plaidoiries respectives, les six avocats ont également dénoncé "un complot, un règlement de comptes politique contre un défenseur des droits de l'Homme" le jour même de la commémoration des 71 ans de la Déclaration universelle des droits de l'Homme. Le complot, les avocats l'ont vu à travers les circonstances de l'arrestation de Kaddour Chouicha, "piégé par les éléments de la police".
"La BMPJ l'avait invité par téléphone à se rendre chez eux pour récupérer le téléphone qui lui avait été confisqué il y a quelques semaines à l'occasion d'une interpellation opérée lors d'un rassemblement de soutien à une femme hirakiste devant comparaître dans le même tribunal. Et il s'est retrouvé devant le procureur de la République..."
Jugé en comparution immédiate, Kaddour Chouicha est resté droit dans ses bottes, assumant ses convictions et l'ensemble des actions qu'il a menées en tant que militant des droits de l'Homme.
Déclarations à des chaînes étrangères ? "Oui, parce que les télévisions nationales sont fermées au débat contradictoire et ne répercutent pas la voix de l'opposition", a-t-il répondu, en substance, à une question du président d'audience. L'homme a également fait valoir son droit, consacré par la Constitution et la Déclaration universelle des droits de l'Homme, de militer pour ses convictions et de défendre ses opinions.
Le représentant du parquet a considéré que Kaddour Chouicha était coupable des faits reprochés et a requis une année de prison ferme et 20 000 DA d'amende. Ce que les avocats de la défense ont trouvé "scandaleux" dans la mesure où "le dossier de l'accusation est vide", selon eux.
À l'énoncé du verdict, des citoyens venus soutenir Kaddour Chouicha ont exprimé leur colère. Dans l'agitation, le propre fils de Chouicha a été interpellé, ainsi qu'un membre de la Laddh et un responsable du FFS.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.