Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon
Quatre artistes y prennent part jusqu'au 12 février
Publié dans Liberté le 16 - 01 - 2021

Le vernissage de l'exposition collective "L'année art graire", regroupant les œuvres de quatre artistes dans les domaines des arts plastiques, le design et la poterie traditionnelle remise au goût du jour avec une touche de modernité, a eu lieu mardi à Alger. Prévue jusqu'au 12 février à la galerie d'art Le Paon, sise au centre commercial de l'Office Riadh El-Feth (Oref), l'exposition se veut une passerelle entre "l'art et le travail de la terre" (d'où son intitulé), explique la fondatrice de la galerie et organisatrice de l'exposition, Amel Mihoub. Ce "clin d'œil à Yennayer" présente au regard du visiteur 20 toiles du peintre et seul artiste présent au vernissage, Mohamed Boucetta, plusieurs œuvres au design moderne de Tarek Boulifa, des poteries d'art au label Bacha et d'autres façonnées des mains de Yemna, dernière potière du mont Chenoua (Tipasa).
Sur des toiles peintes à l'huile, Mohamed Boucetta présente, dans un élan expressif aux couleurs vives réalisé avec minutie au "pinceau et au couteau", le "quotidien des paysans kabyles" dans différentes situations de vie. Diplômé en 2013 de l'Ecole régionale des beaux-arts d'Azazga, ce jeune artiste estime que "les artistes plasticiens sont à l'agonie", car les opportunités censées donner de la visibilité sur leur travail se font "de plus en plus rares", remerciant au passage la galerie Le Paon de lui avoir "offert son espace". Tarek Boulifa, ou "le Sirocco du Nord" comme il est prénommé, expose plusieurs objets du quotidien : lampe, table, tabouret, coussins et vases, entre autres, façonnés dans un design empreint de modernité, une manière pour lui de redonner vie et renouveler l'attention, à travers un habillage aux formes actualisées, sur des objets authentiques de "tous les jours" aux fonctions ordinaires, que le temps et l'habitude ont fini par éclipser du regard.
La maison d'art Bacha sublime quant à elle les poteries à travers plusieurs objets exposés d'utilité et d'usage quotidiens, à l'instar des bocaux, des vases et des jarres, travaillés avec la méthode Racco, une technique de cuisson chinoise qui consiste à traiter la matière sous une température très élevée, intelligemment ramenée à la culture berbère. Les ornements, les motifs et les perforations géométriques sur les poteries d'art Bacha racontent des histoires ancestrales de personnes et de lieux et mettent en valeur dans un rendu hautement esthétique le patrimoine amazigh dans toute sa richesse et sa diversité. "L'homme pense parce qu'il a des mains", a murmuré un visiteur, au regard admiratif devant l'œuvre de Yemna, dernière potière du mont Chenoua (Tipasa) à exercer sa magnificence sur des ustensiles fabriqués et adornés à la main, regrettant l'"absence de relève" d'une "grande artiste" qui a su faire sentir au visiteur "l'attention et la délicatesse du toucher" sur des objets qui ravivent notre "attachement au patrimoine et aux souvenirs du passé". L'exposition collective "L'année art graire" est organisée par la galerie d'art Le Paon.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.