Soufiane Djilali craint des dérapages    Nouvelle loi électorale: la dernière ligne droite    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    La capitale sénégalaise à l'aube d'une journée sous tensions    Les Ivoiriens aux urnes samedi pour élire 255 parlementaires    Klopp calme le jeu pour Salah    Brèves    Brèves des Fédérations    Une approche intelligente    100 kg de drogue saisis et 11 suspects arrêtés    170 quintaux de kif saisis    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    «L'Algérie prend acte avec satisfaction»    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Assassinat de Ali Tounsi : la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Célébration de la fête du printemps    2.735 appels reçus sur le numéro vert et de secours    Le Président Tebboune reçoit trois dirigeants de partis    L'Algérie respecte toujours sa promesse de baisse de sa production    La CNMA lance une campagne de sensibilisation    Générale de la pièce «Cadavre»    Le MCA en quête de sa première victoire    La militante sahraouie Sultana Khaya reçoit le prix "Citoyenneté pour les droits de l'Homme" à la Rioja    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rue fait monter la pression au Soudan
Dénonçant la mainmise de l'armée sur la transition
Publié dans Liberté le 17 - 01 - 2021

Avec la pandémie de coronavirus, qui a imposé des restrictions sanitaires, les Soudanais ont renoué avec les premières formes de lutte qui a mené à la chute de l'ancien régime de Omar al-Bachir en 2019.
Une série de manifestations et d'actions politiques nocturnes est prévue pour cette semaine au Soudan, après la reprise de la contestation populaire le 19 décembre, qui a coïncidé avec le deuxième anniversaire d'une révolution aux acquis très fragiles.
Exaspérés par les errements des autorités de transition et la volonté manifeste des militaires de reprendre le contrôle du pouvoir par la force, les Soudanais ont décidé de réoccuper l'espace public, malgré la pandémie de coronavirus, en revenant aux premières formes de mobilisation, c'est-à-dire en organisant des manifestations et des conférences politiques nocturnes au niveau des quartiers et à travers l'ensemble du pays.
Après une première action réussie la semaine dernière, l'Association des professionnels soudanais, à l'origine de la révolte populaire fin 2018, a appelé à une première marche nocturne dès ce soir, dans chaque quartier de la capitale Khartoum et des autres villes du pays.
Deux autres actions sont prévues durant cette semaine : des conférences-débats pour mardi et encore des marches nocturnes suivies de conférences politiques jeudi. Ce mode de mobilisation a permis au mouvement de contestation de se maintenir depuis la mise en place des autorités de transition, conjointement dirigées par les militaires et des civils depuis août 2019.
Mais aujourd'hui, le but de cette nouvelle mobilisation est de dénoncer les agissements des forces paramilitaires qui agissent en toute impunité, depuis quelques mois, contre certaines figures de l'opposition et militants de la société civile, allant des arrestations arbitraires aux disparitions forcées.
Ces atrocités sont l'œuvre des Janjawid, cette milice paramilitaire héritée de l'ancien régime du président déchu Omar al-Bachir et qui est également au cœur de nombreux massacres au Darfour. Cela, sans compter son implication dans le conflit libyen, où des centaines de ses éléments sont allés combattre au sein des forces dirigées par le controversé général Khalifa Haftar.
Ces Janjawid disposent aussi de centres de détention secrets que l'Association des professionnels soudanais dénonce, exigeant des autorités de transition d'agir pour leur fermeture. Le personnel politique à la tête des autorités de transition n'est pas en reste dans cette colère qui monte progressivement à travers tout le Soudan.
Il est ouvertement accusé de servir des intérêts personnels et d'œuvrer en faveur du statu quo. "L'autorité de transition et ses structures insistent toujours pour ne pas tenir compte des mérites et des exigences de la révolution, naviguant à contre-courant des aspirations des masses et de leurs aspirations au changement radical", dénonce un communiqué de cette association, rendu public en fin de semaine. La situation économique explosive que vit le Soudan sert également de carburant à une révolution qui retrouve un second souffle.

Lyès MENACER


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.