Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    12 objectifs fixés pour le gouvernement de transition    Neuf militaires tués au Mali    La JS Saoura provisoirement leader    Le Béninois Jacques Bessan bloque le MOB    Les matchs contre la Zambie et le Botswana fixés    "Le variant britannique deviendra dominant"    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    "Les incendies de février sont d'origine criminelle"    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    "L'œuvre théâtrale de Mammeri doit être déconfinée"    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Béni Amrane : Détournement à la Cnas    Man City : Guardiola aurait décidé de sa priorité pour le recrutement    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Célébration de la Journée internationale de la langue maternelle    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Retards dans la remise des clefs des 7.800 logements AADL de Misserghine: Les bénéficiaires lancent un ultimatum de 3 jours avant la reprise de la contestation    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Groupe Centre: Suspense à Blida et Mohammadia    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Un gâchis irrécupérable ?    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    «La pensée libre» à la barre    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Les avocats obtiennent gain de cause    Salah Goudjil confirmé    Les dossiers de réhabilitation de 32 sites historiques à l'étude    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Mandat d'arrêt international contre le principal responsable    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Relaxe pour les hirakistes d'Oran
Tentative de perturbation du meeting électoral d'Abdelaziz Belaïd
Publié dans Liberté le 19 - 01 - 2021

Les 11 hirakistes et les deux journalistes poursuivis à Oran pour "tentative de perturbation d'un rassemblement autorisé", "trouble à l'ordre public" et "attroupement non armé" (voir Liberté du 22 décembre 2020) ont été relaxés hier par le tribunal correctionnel de Fellaoucène. Abdelhadi Abbès, Tadjeddine Abdelatif, Kaddour Chouicha, Saïd Kacem et les autres accusés encouraient une peine de six ans de prison ferme, de même que J. Loukil du quotidien Liberté et N. Guellil d'El Moudjtamaâ, journalistes pourtant missionnés pour la couverture du meeting d'Abdelaziz Belaïd.
Les prévenus avaient été interpellés le vendredi 22 novembre 2019 à l'occasion d'un sit-in de protestation contre le rassemblement populaire que le candidat Belaïd devait animer à la salle omnisports de Médioni. Empêchés dans un premier temps d'approcher de la salle, les hirakistes ont été brutalement arrêtés quelques dizaines de mètres plus loin et conduits au siège de la sûreté de la wilaya, où ils ont été retenus jusque tard dans la nuit. Les journalistes ont été interdits d'accès au meeting avant d'être également interpellés aux côtés des manifestants.
Lors du procès qui s'est tenu le 21 décembre 2020, les accusés ont rejeté les faits qui leur étaient reprochés. Certains ont dénoncé la brutalité gratuite dont la police a usé lors de leur interpellation, tandis que d'autres ont assuré avoir été interpellés alors qu'ils étaient de passage. Les journalistes, eux, ont soutenu avoir été arrêtés alors qu'ils étaient sur les lieux dans le cadre de leur travail.
Plaidant la relaxe pour absence d'éléments matériels soutenant les accusations, les avocats du collectif de défense du Hirak n'ont pas omis de dénoncer l'attitude violente des forces de police à l'endroit des hirakistes pacifiques exerçant leur droit de manifester contre l'organisation de l'élection présidentielle.
S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.