Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le Commandant de la GN salue les réalisation et les succès de la femme algérienne    Un texte d'un «autre temps»    Deux ex-ministres appellent à son retrait    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    Lomé pour faire le point sur les réformes    "Nous reprenons confiance"    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Benlamri ouvre son compteur but    «L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc»    Véritable drame à Chlef    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Les passionnés au rendez-vous de la première séance à New York depuis un an    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Tiaret: Nouvelle cité, vieux problèmes    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Ramos a trois semaines pour trancher    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim
Il réclame un procès équitable et une prise en charge médicale
Publié dans Liberté le 21 - 01 - 2021

Le détenu mozabite Mohamed Baba-Nedjar est en grève de la faim depuis hier. Après plusieurs actions similaires engagées — la dernière ayant été entamée en novembre dernier —, le jeune détenu entame une nouvelle grève pour revendiquer, d'abord, "un procès équitable", mais aussi "pour exiger une prise en charge médicale". Malade depuis plusieurs semaines, Mohamed Baba-Nedjar estime qu'il n'est pas "correctement" pris en charge à la prison de Blida, où il est détenu. Mohamed Baba-Nedjar est condamné, en appel, à perpétuité par la cour criminelle de Médéa en 2009 pour meurtre avec préméditation.
Depuis le procès, l'accusé ne cesse de réclamer un procès équitable et de rejeter l'accusation portée contre lui. Mohamed Baba-Nedjar, né en 1984, est accusé du meurtre de Bazine Brahim commis dans la soirée du 20 octobre 2005, à Ghardaïa. Lors de son procès, Baba-Nedjar avait expliqué que le soir du crime, il avait été invité chez son oncle pour rompre le jeûne chez lui et qu'il s'était rendu de son propre gré à la police de Ghardaïa qui l'avait convoqué, alors qu'il était à Zelfana. Il a également affirmé qu'il ne connaissait pas la victime et encore moins le lieu du crime. Face à la constance des propos de l'accusé, la justice le confronte aux témoignages de deux personnes qui ne cessaient de revoir leur version des faits, mais ne sont jamais présentes au procès.
La victime, qui a rendu l'âme deux jours après l'agression, a affirmé qu'elle avait été attaquée par deux individus encagoulés. Lors du procès, la défense de Baba-Nedjar s'était interrogée sur l'absence d'enquête pour identifier cette seconde personne qui aurait participé au crime. Baba-Nedjar a été incarcéré à Ghardaïa, ensuite à Berrouaghia, à Babar dans la wilaya de Khenchela, avant son transfert à la prison de Saïda où il avait recouru à une grève de 110 jours, avant de se retrouver depuis 5 ans à Blida.
Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.