Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Djerad présente ce jeudi la démission de son gouvernement    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    «L'autodétermination, du seul ressort du peuple sahraoui»    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Medaouar devant l'intransigeance de la CAF et le «cas JSK» !    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Dépôt de 26 demandes pour l'exercice de l'activité de concessionnaires de véhicules neufs    L'urgence de faciliter l'acte d'investir    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    La mauvaise note !    Comment vaincre les réticences    Peu de communication, beaucoup de spéculation    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Boukadoum prend part aux travaux de la conférence de "Berlin 2" sur la Libye    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Brèves Omnisports    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Tous les chemins mènent à Oran    Les recherches se poursuivent toujours    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Vers une agence d'accréditation et d'assurance-qualité ?    Arrestation de 8 éléments    Désormais valables pour l'Algérie    Redistribution des cartes    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Calme relatif en Tunisie
Les manifestations nocturnes en baisse
Publié dans Liberté le 23 - 01 - 2021

En Tunisie, les manifestations contre le système ont cessé durant le week-end amorçant une relative accalmie, après six nuits de heurts entre manifestants et forces de l'ordre; des troubles nocturnes survenus dans les quartiers défavorisés des principaux gouvernorats du pays.
Les délégations (communes) de Mazzouna, Meknassy et Menzel Bouzayane du gouvernorat de Sidi Bouzid, ont retrouvé leur calme jeudi, après une nuit de manifestations et d'affrontements avec les forces de l'ordre, a annoncé Mosaïque FM, en rappelant que "des jeunes ont bloqué les accès et les routes principales près des sièges d'entreprises publiques". "Des pneus ont été brûlés et des barricades ont été installées.
Des heurts ont éclaté forçant les unités sécuritaires à utiliser le gaz lacrymogène pour disperser les manifestants", a rappelé en outre ce média. "Une baisse relative de nombre de mouvements nocturnes ayant secoué le grand district de Tunis durant les derniers quatre jours a été constatée mercredi", a déclaré le porte-parole de la Garde nationale, Houssemedine Jebabli. Profitant de ce calme, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a appelé, jeudi, les étudiants à regagner progressivement les foyers universitaires afin de se préparer à la reprise des cours et des examens, le 25 janvier 2021.
C'est ce moment qui a été choisi aussi par un certain nombre de représentants de la société civile et les familles des personnes emprisonnées pour organiser une manifestation à Siliana pour exiger la libération de leurs enfants arrêtés. En effet, sur les revendications exprimées lors des manifestations à l'occasion du 10e anniversaire de la chute du régime de Benali, le 14 janvier 2011, portant notamment sur la chute du régime politique, au jugement des corrompus et à la démission du gouvernement, est venue se greffer une nouvelle demande pour la libération des personnes arrêtées lors des troubles nocturnes.
Dans ce contexte, les familles qui s'étaient réunies, mercredi, devant le tribunal de première instance de Tunis ont demandé la libération de leurs enfants. Ces derniers font partie d'au moins 1000 personnes, dont 30% de mineurs qui ont fait l'objet d'arrestations du 17 au 20 janvier, selon un décompte fait par des ONG, qui dénoncent des "campagnes d'arrestations arbitraires", un "usage excessif de la force" et de nombreux cas de "maltraitance".
"Certains ont été arrêtés sans avoir participé aux manifestations, suite à des interventions à leur domicile", a indiqué Bassem Trifi, de la Ligue tunisienne des droits de l'Homme (LTDH) lors d'une conférence réunissant une dizaine d'associations, dont la LTDH, le Syndicat de journalistes ou encore l'Association tunisienne des jeunes avocats.
D'autres sont mis en examen et écroués pour leurs activités militantes ou des publications sur Facebook soutenant le mouvement de protestation, dont l'un au moins encourt six ans de prison selon les ONG. Ces pratiques "ne feront qu'alimenter la colère de la rue contre le système sécuritaire et aggraver la crise de rejet envers l'Etat", ont-elles averti.
Les heurts qui ont opposé des jeunes de quartiers populaires à la police six nuits durant, ont fait également d'importants dégâts matériels, des actes de violence, de vandalisme et de pillage des biens publics, qui ont fait réagir le gouvernement de Hichem Mechichi, la classe politique (Ennahda, Qalb Tounes et beaucoup d'organisations syndicales notamment la puissante organisation syndicale, l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), en dénonçant "les actes de vandalisme".

AMAR R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.