Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    Le nouveau gouvernement se fixe 12 objectifs durant la phase transitoire    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    50 kilomètres en deux ans    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un juge face à ses pairs
Saâdeddine Merzoug aujourd'hui devant le conseil de discipline du CSM
Publié dans Liberté le 25 - 01 - 2021

Une année après avoir été suspendu de ses fonctions, le juge Saâdeddine Merzoug comparaît, ce matin, devant le conseil de discipline du Conseil supérieur de la magistrature.
Une année après avoir été suspendu de ses fonctions, le juge Saâdedine Merzoug comparaît, ce matin, devant le Conseil supérieur de la magistrature. Il est poursuivi par le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, qui lui reproche des écrits critiques sur Facebook. Il est également accusé d'être l'instigateur de la grève menée par les magistrats en octobre 2019.
Après des mois de lutte contre la chancellerie, Saâdedine Merzoug, juge près la cour de justice de Boumerdès, reçoit, le 12 décembre 2019, une notification lui annonçant sa suspension de ses fonctions de juge. Le choix du jour est symbolique : cela coïncide avec la tenue de l'élection présidentielle. Mais fait inédit, le jeune magistrat était déjà suspendu quelques jours auparavant.
"C'est une procédure totalement illégale", réplique le magistrat, totalement serein et surtout "convaincu" de son "innocence". Au téléphone, le juge, à qui nous avons parlé hier, a la voix d'un homme serein et déterminé. Des publications sur Facebook, de ses déclarations dans la presse, l'homme ne nie rien.
Il dit maintenir ses positions. Pour lui, Belkacem Zeghmati avait été nommé "illégalement" ministre de la Justice du temps où Abdelkader Bensalah assurait l'intérim de la présidence de la République. Merzoug persiste à rappeler que durant l'intérim de la présidence de la République, aucun ministre ne peut être démis.
C'est cette affirmation qui semble avoir suscité l'ire du garde des Sceaux. Mais il n'y pas que cela. Ce n'est pas que par ses publications sur Facebook que Saâdedine Merzoug s'est distingué. Le porte-parole du Club des magistrats algériens –qui n'a jamais été agréé – a été le porte-voix de la contestation des magistrats au lendemain du soulèvement populaire de 22 février 2019.
Le jeune homme, alors juge à Oued-Souf, a exprimé publiquement le ralliement des magistrats à la cause du peuple. Le club qu'il représente a vite été "abandonné" par le Syndicat des magistrats (SNM), qui s'est contenté de formuler des revendications socioprofessionnelles même s'il continue de clamer la consécration de l'indépendance de la justice. Merzoug est donc isolé et devenu une cible facile.
Ce qui ne l'empêchera pas d'annoncer, le mois d'octobre de la même année, une grève des magistrats. Une nouvelle fois, le SNM a décidé de casser la grève malgré la répression des juges à l'intérieur de la cour de justice d'Oran. Saâdedine Merzoug ne suivra pas le mot d'ordre du syndicat.
Un affront de trop à la chancellerie qui reproche au magistrat sa rébellion. Un argument de plus pour porter l'accusation d'organisation illégale de la grève. Son dossier est alors transmis au Conseil supérieur de la magistrature (CSM).
Prévue en juin 2020, la séance du Conseil supérieur de la magistrature qui devait "juger" Saâdedine Merzoug n'a pas eu lieu en l'absence du représentant de la chancellerie. Depuis, le garde des Sceaux a bien tenté une conciliation assortie de l'obligation faite au magistrat de présenter des excuses et de retirer ses publications. "Il n'en est pas question", balaie d'un revers de la main le juge qui est déterminé à défendre ses idées.
S'il se dit conscient d'être tenu par l'obligation de réserve imposée à tous les magistrats, Saâdedine Merzoug rappelle que cela ne "signifie pas obligation de se taire". "La liberté d'expression est garantie à tout le monde, y compris aux magistrats", a-t-il clamé. Pour lui, ses déclarations ne sortent pas de ce cadre. à la veille de sa comparution, le magistrat se dit confiant. "Si la loi est appliquée, je suis certain que je serai innocenté ou, au pire, j'aurai une sanction administrative", a-t-il confié.
Dans le cas contraire, le Conseil supérieur de la magistrature peut transférer son dossier vers une juridiction et il fera objet de poursuites judiciaires. Au pire, il sera radié des rangs des magistrats. Un scénario difficile à imaginer surtout que la séance va être présidée par le premier président de la Cour suprême. Mais une telle éventualité constituerait un précédent.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.