Chaînes humaines devant les bureaux de poste et les GAB: Force publique et huissiers face à la grève    Des citoyens protestent à Tizi-Ouzou    A l'instar des précédents ramadhans: Tension sur le lait en sachet    Fin de mission ou redéploiement ?    L'ASELCT, une association SDF !    MC Oran: Une copie à revoir pour Madoui    ES Sétif: Une Entente en demi-teinte    MARMELADE DES TEMPS NOUVEAUX    Fruits et légumes: Les prix de la pomme de terre et la tomate continuent leur flambée    Adrar: 90 étudiants victimes d'une intoxication alimentaire    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    Quand la vie se résume à un poème    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Mbappé préféré à Haaland    Brèves Omnisports    Tirage au sort mercredi    L'Abef allège le recours au Credoc    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Le rêve inachevé    Les mesures de Rezig invisibles    Le chiffre «insolite» de la vaccination    Les spécialistes s'y opposent    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le Conseil de sécurité de l'ONU soutient le mécanisme    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Témoignage inédit et émouvant sur Matoub Lounès    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Moins nombreux, mais toujours déterminés    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Le gouvernement allège la procédure    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    La libération des détenus d'opinion réclamée    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Le processus électoral est inéluctable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Union syndicale menace de radicaliser la protesta
Le sit-in de deux jours des travailleurs de la formation professionnelle a pris fin hier
Publié dans Liberté le 26 - 01 - 2021

Les sit-in de deux jours (dimanche et lundi) observés par les travailleurs, tous corps confondus, relevant du secteur de la formation et de l'enseignement professionnels, ont pris fin sur un air de désolation extrême face au silence de la tutelle qui n'en a soufflé mot. "Notre mouvement de protestation a mobilisé 85% des effectifs de la formation professionnelle adhérents à notre union sans que cela fasse réagir d'aucune manière notre tutelle.
C'est inadmissible et plutôt méprisant envers un personnel dévoué à ses missions", a déploré Omar Boureghda, président de l'Union nationale des travailleurs de la formation professionnelle affiliée au Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (Snapap).
Celui-ci, visiblement ragaillardi par tant de mobilisation, menace même de radicaliser la protesta : "Dans les tout prochains jours, nous tiendrons un conseil national pour une très large consultation. Il n'est pas du tout exclu que la prochaine étape soit la grève."
L'Union nationale des travailleurs de la formation professionnelle, qui exige "l'amélioration des conditions socioprofessionnelles", nous a confié, hier, que "c'est le ras-le-bol général chez des travailleurs qui ne comprennent pas pour quelles raisons, le secteur de la formation professionnelle est quelque peu marginalisé".
Il explique : "Notre secteur a beaucoup évolué, mais cela ne se ressent pas, car les conditions de travail demeurent contraignantes et surtout, nous sommes très loin de bénéficier du même traitement que le secteur de l'éducation. Nous ne demandons pas la copie conforme, mais une plus grande considération."
Et de poursuivre : "Nous ne sommes pas un secteur qui récupère les élèves qui ont échoué dans leur cursus dans l'éducation comme on aime à le penser. Je préfère parler d'élèves qui choisissent d'autres orientations que des études universitaires avec des diplômes qualifiants. Nous sommes d'ailleurs les mieux placés pour pourvoir le secteur économique avec les profils souhaités."
Et pour jouer ce rôle important, les travailleurs de l'éducation réclament un statut particulier plaçant cette revendication au plus haut rang des priorités. Boureghda réclame, aussi, "la levée des entraves dans l'exercice syndical, les promotions automatiques (tous les dix ans), des vacances comme celles accordées aux travailleurs de l'éducation, le droit aux promotions pour ceux qui ont obtenu leur diplôme au cours de leur carrière professionnelle, sans oublier les contractuels et ceux des corps communs".
Depuis le début des sit-in, le ministère de la Formation et de l'Enseignement professionnels se mure dans un silence inexplicable. Hoyem Benfreha, en charge de ce département, s'est pourtant exprimée, via un communiqué rendu public vendredi dernier, en soulignant "ses efforts constants pour consacrer la culture du dialogue sérieux et constructif avec les partenaires sociaux, à travers ses nombreuses rencontres avec les enseignants et l'ensemble des personnels du secteur".

Nabila Saïdoun


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.