Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    Le nouveau gouvernement se fixe 12 objectifs durant la phase transitoire    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    50 kilomètres en deux ans    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grogne à la formation professionnelle
Les travailleurs organisent deux jours de protestation
Publié dans Liberté le 25 - 01 - 2021

Les protestataires réclament, entre autres, la révision du statut particulier et veulent bénéficier de certains avantages consacrés exclusivement aux travailleurs de l'éducation.
La vague de protestation ne cesse de gagner plusieurs secteurs d'activité parmi les institutions publiques. Après des grèves et des sit-in organisés par les inspecteurs du travail, ceux de la santé et de l'éducation, et les personnels du commerce, c'est au tour des travailleurs de la formation et de l'enseignement professionnels de se joindre à la liste des protestataires.
En sit-in depuis hier, et ce, pour deux jours, les travailleurs, tous corps confondus, de ce secteur réclament, entre autres, un statut particulier plaçant cette revendication au plus haut rang des priorités. C'est du moins ce qui nous a été affirmé, hier, par Omar Boureghda, président de l'Union nationale des travailleurs de la formation professionnelle.
Contacté par nos soins, ce dernier nous a confirmé "une large mobilisation au niveau national" à l'appel aux sit-in atteignant les "90% des adhérents aux quarante sections syndicales". M. Boureghda, qui insiste sur la "légitimité des revendications" formulées auprès de la tutelle, explique : "Nous avons eu plusieurs séances de travail avec la ministre, mais jusqu'à présent, nous ne voyons rien venir."
Le ministère, en charge de Hoyem Benfreha, a tenté, pour sa part, de "désamorcer" la protesta en faisant part, à travers un communiqué rendu public vendredi dernier, de "sa détermination à régulariser la situation des enseignants spécialisés du 2e degré, s'employant à trouver les moyens de leur promotion, en coordination avec les services de la Direction générale de la Fonction publique et de la réforme administrative et le ministère des Finances". Pour ce faire, "une commission mixte a été chargée de se pencher sur la question et de proposer des solutions idoines dans les meilleurs délais".
Le ministère a, également, souligné "ses efforts constants pour consacrer la culture du dialogue sérieux et constructif avec les partenaires sociaux à travers ses nombreuses rencontres avec les enseignants et l'ensemble des personnels du secteur". Mais cela a été loin de convaincre les protestataires et de les faire revenir sur leur décision d'aller vers un arrêt de travail durant deux matinées entre hier et aujourd'hui.
Le président de l'Union des travailleurs de la formation professionnelle activant sous l'égide du Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (Snapap) déplore, d'ailleurs, "le laxisme de la tutelle" qui, selon lui, "ne fait qu'accentuer le malaise".
À ce titre M. Boureghda espère "avoir de véritables solutions" et non "des promesses à ne plus en finir" pour pouvoir réellement calmer les travailleurs "déterminés" à radicaliser la protesta en usant de tous les moyens légaux. En définitive, il n'exclut pas le recours à la grève.
"À la fin de notre mouvement, une réunion du bureau décidera des suites à donner à notre action. Mais il est très clair que cette fois-ci, nous sommes déterminés à aller jusqu'au bout."
Outre le statut particulier, M. Boureghda réclame la levée des entraves dans l'exercice syndical, les promotions automatiques (tous les dix ans), des vacances avec ceux de l'éducation, le droit aux promotions pour ceux qui ont obtenu leur diplôme au cours de leur carrière professionnelle, sans oublier les contractuels et ceux des corps communs.

Nabila SAIDOUN


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.