Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Elections, ANP, économie nationale: Tebboune s'explique    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Relance des enquêtes ménages à Aïn El Turck: Les mal-logés crient leur désarroi    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    La brindille que tu méprises t'éborgnera    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une fake news fait flamber les prix    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    La 2A devient GIG-Algeria    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le plasticien El-Bahi Belkheiri célèbre le berceau de l'humanité
Son exposition "Here Africa" se tient à la galerie Ifru-Design
Publié dans Liberté le 28 - 01 - 2021

Dans ces œuvres, visibles jusqu'au 10 février à la galerie Ifru-Design, le jeune plasticien autodidacte, originaire de la wilaya de Djelfa, fait parler ‘sa terre natale, la terre africaine et ces visages qui ont une histoire à conter et à raconter, ces regards qui en disent long sur leurs vécus".
Depuis la reprise des activités des galeries d'art il y quelques mois, Ifru-Design ouvre grand ses portes à des artistes de tous bords, des jeunes particulièrement, et le peintre Belkheiri El-Bahi fait partie de ceux-là.
À l'occasion de la Journée mondiale de la culture africaine et afro-descendante célébrée le 24 janvier de chaque année, le "berceau de l'humanité" est au cœur de son exposition qui se tient dès aujourd'hui et jusqu'au 10 février sous l'intitulé "El-Bahi au cœur de l'Afrique".
Dans ces œuvres, le jeune plasticien autodidacte, originaire de la wilaya de Djelfa, fait parler "sa terre natale, la terre africaine et ces visages qui ont une histoire à conter et à raconter, ces regards qui en disent long sur leurs vécus", lit-on dans le dossier de présentation de l'exposition.
Sensible à son environnement, au passé glorieux d'un continent qui a vu défilé tant de civilisations, l'artiste-peintre fait écho, dans ces œuvres, à la richesse d'un territoire multiculturel, riche de par son passé, les hommes et les femmes qu'ils l'ont bâti et sa singularité, qui en font l'une des terres les plus fascinantes– et les plus fantasmées– que l'Homme ait foulée.
Dans son process artistique, El-Bahi innove et crée sans cesse afin de développer une œuvre qui parle aux personnes sensibles à la beauté et à l'originalité. Ces tableaux rendent hommage, dans leur grande majorité, tout comme à la terre nourricière, à celle qui donne la vie : la femme.
Dans ces tableaux-portraits, il dessine des modèles féminins, représentatifs des coutumes et traditions par les foulards et turbans africains qu'ils arborent fièrement. Le berceau de l'humanité est aussi présent à travers les couleurs qui symbolisent ses contrées, l'ocre, rouge, doré, jaune...
Il est à souligner que Belkheiri El-Bahi, originaire de Djefla, est né le 3 octobre 1994. "Il a découvert son amour pour la peinture au lycée en s'inscrivant au hasard à l'atelier de dessin".
Au début de son parcours, cet étudiant en master 1, spécialité littérature française, s'essaye d'abord aux natures mortes et à la reproduction de quelques tableaux connus comme ceux d'Etienne Dinet.
Mais très vite, il abandonne ces œuvres "un peu trop coutumières" pour développer son propre style. Sa technique, mixte, mêle la peinture traditionnelle aux calligraffitis, comprenez par là une combinaison de calligraphie et de graffitis.
En 2019, il participe à la septième édition du concours "Jeune artiste peintre" organisé par la Société Générale Algérie. Il fut sélectionné parmi les 10 finalistes grâce au tableau La vision, un autre hommage au continent noir.

Yasmine AZZOUZ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.