Chaînes humaines devant les bureaux de poste et les GAB: Force publique et huissiers face à la grève    Des citoyens protestent à Tizi-Ouzou    A l'instar des précédents ramadhans: Tension sur le lait en sachet    Fin de mission ou redéploiement ?    L'ASELCT, une association SDF !    MC Oran: Une copie à revoir pour Madoui    ES Sétif: Une Entente en demi-teinte    MARMELADE DES TEMPS NOUVEAUX    Fruits et légumes: Les prix de la pomme de terre et la tomate continuent leur flambée    Adrar: 90 étudiants victimes d'une intoxication alimentaire    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    Quand la vie se résume à un poème    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Mbappé préféré à Haaland    Brèves Omnisports    Tirage au sort mercredi    L'Abef allège le recours au Credoc    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Le rêve inachevé    Les mesures de Rezig invisibles    Le chiffre «insolite» de la vaccination    Les spécialistes s'y opposent    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le Conseil de sécurité de l'ONU soutient le mécanisme    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Témoignage inédit et émouvant sur Matoub Lounès    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Moins nombreux, mais toujours déterminés    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Le gouvernement allège la procédure    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    La libération des détenus d'opinion réclamée    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Le processus électoral est inéluctable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boudour et Tounsi de nouveau devant le tribunal le 2 mars
Condamnés par défaut à une année de prison
Publié dans Liberté le 30 - 01 - 2021

Après avoir fait opposition à leur condamnation par défaut en novembre dernier, le cyberjournaliste Saïd Boudour et le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi devraient recomparaître le 2 mars prochain devant le tribunal correctionnel de Fellaoucène, a-t-on appris auprès de la défense.
Les deux hommes qui avaient été jugés pour menaces et tentative de chantage sur la personne de Kliliche Cheikh, entrepreneur établi à Sénia, ont été condamnés à une année de prison ferme assortie d'une amende de 50 000 DA et à verser à la partie civile la somme de 500 000 DA à titre de dommages et intérêts.
Lors du procès qui a eu lieu le 27 octobre dernier, le procureur de la République avait requis la peine de deux années de prison ferme et une amende de 100 000 DA, alors que les avocats de la défense n'avaient pas pu plaider en raison de l'absence de leurs mandants : Saïd Boudour ne s'était pas présenté et Noureddine Tounsi n'avait pas été extrait de la prison dans laquelle il se trouve depuis son arrestation le 23 septembre dans le cadre d'un autre dossier. "L'audience aurait dû être ajournée parce que les conditions du déroulement d'un procès équitable n'étaient pas réunies", s'étaient insurgés les avocats qui devaient faire opposition au verdict.
Il est utile de rappeler que les faits de cette sombre affaire remontent à octobre 2019, lorsque Saïd Boudour et Noureddine Tounsi ont été arrêtés à la suite d'une plainte pour chantage déposée par Kliliche Cheikh. Déférés devant la justice, les deux hommes avaient été remis en liberté, le magistrat instructeur du tribunal correctionnel de la Cité Djamel (aujourd'hui Fellaoucène) ayant estimé qu'ils présentaient suffisamment de garanties de représentation.
Le procureur de la République, qui avait requis leur placement en détention préventive, avait fait appel devant la chambre d'accusation de la cour d'Oran qui, plus tard, avait annulé la décision du magistrat instructeur et ordonné le mandat de dépôt de Saïd Boudour et la mise sous contrôle judiciaire de Noureddine Tounsi.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.