«Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    Liste contestée    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Le pire est à craindre    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    Décès de la Moudjahida Annie Steiner    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Grandiose marche nocturne à Akbou    Un procès peut en cacher un autre    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dalila Touat entame une grève de la faim
pour dénoncer ses conditions de détention
Publié dans Liberté le 04 - 02 - 2021

Alors que les paroles de Walid Nekkiche sur les sévices qu'il aurait subis continuent de hanter les esprits et de faire jaser, un autre cri s'élève de la wilaya de Mostaganem où Dalila Touat affirme faire l'objet de mauvais traitements de la part de ses geôliers de la prison d'Aïn Tédlès. "Nous lui avons rendu visite mardi dernier et nous l'avons trouvée dans un état de stress psychique... Elle se plaint de subir des vexations et des intimidations diverses de la part des gardiens de la prison... En signe de protestation, depuis vendredi dernier, elle est en grève de la faim", confirme Me Farid Khemisti qui a fait le déplacement à Mostaganem en compagnie des avocats Me Ahmed Mebrek et Me Messaoud Aït Rahmane, également membres du collectif de défense de Dalila Touat.
Tout aurait commencé la semaine dernière par une querelle entre une détenue et une gardienne de la prison d'Aïn Tédlès, localité sise à une vingtaine de kilomètres de Mostaganem-ville. Une banale prise de bec qui se serait muée en une altercation physique lorsque la détenue aurait sauté sur la gardienne. Dalila Touat serait alors intervenue pour les séparer. "Une demi-heure après les faits, Dalila Touat a été interrogée par des responsables de la prison sur l'incident et aurait essuyé une salve d'insultes et d'injures. Depuis, elle affirme vivre l'enfer...", relate Me Khemisti en rapportant les confidences de sa cliente.
Pour protester contre ses conditions de détention, Dalila Touat a entamé une autre grève de la faim (après celle qu'elle avait observée entre le 3 janvier et la fin du même mois, ndlr), mais a aussi saisi le procureur général de Mostaganem et le ministère de la Justice.
"En tout cas, elle leur a envoyé des plaintes, mais elle n'a aucun moyen de vérifier si elles sont parvenues à destination ou non", poursuit Me Khemisti qui avoue craindre un transfert de Dalila Touat dans une prison du Sud en guise de représailles. Le collectif de défense Touat compte agir vite en déposant plainte auprès du parquet général de Mostaganem.
"Nous exigeons une enquête sur les mauvais traitements que notre cliente affirme endurer depuis plusieurs jours", ajoute l'avocat.
Rappelons que Dalila Touat, porte-parole des chômeurs de Mostaganem, purge une peine de 18 mois de prison, prononcée en première instance, pour "outrage à corps constitués", "diffamation" et "publications portant atteinte à l'ordre public". Le 3 mars prochain, l'activiste doit comparaître en appel pour répondre à "incitation au boycott du référendum sur la Constitution" et "outrage à fonctionnaire". Accusations pour lesquelles elle avait été jugée et condamnée, en novembre dernier, à deux années de prison ferme sans mandat de dépôt.
S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.