Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    Le nouveau gouvernement se fixe 12 objectifs durant la phase transitoire    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    50 kilomètres en deux ans    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars
Perturbation du référendum sur la Constitution
Publié dans Liberté le 25 - 01 - 2021

La militante des droits de l'Homme et porte-parole des chômeurs à Mostaganem, Dalila Touat, comparaîtra début mars prochain devant la cour d'appel pour répondre des chefs d'accusation d'"incitation au boycott du référendum sur la Constitution" et "outrage à fonctionnaire". Accusations pour lesquelles la jeune femme a été jugée et condamnée, en novembre dernier, à deux années de prison ferme sans mandat de dépôt.
Le 1er novembre 2020, Dalila Touat s'était rendue dans un centre de vote de Mostaganem pour exhorter les citoyens à ne pas prendre part au référendum, ce qui a provoqué une altercation verbale avec le chef du centre. Alertée, la police est intervenue pour arrêter la perturbatrice et la placer en garde à vue, avant de la remettre en liberté pour un procès en comparution directe qui a eu lieu fin novembre.
Au lendemain de l'énoncé du verdict – contre lequel la défense a interjeté appel –, une vague de condamnations émanant de citoyens a inondé les réseaux sociaux. Ulcérés par la sentence, ces citoyens ont vu dans cette condamnation, comme une volonté de museler la liberté d'expression et de réprimer les voix discordantes pour, à terme, en finir avec le mouvement du Hirak.
Cette conviction, largement partagée au sein de l'opinion, a été confortée par la condamnation à 18 mois de prison ferme, prononcée la semaine passée par le même tribunal correctionnel de Mostaganem contre la même activiste, jugée, cette fois-ci, pour outrage à corps constitués, diffamation et publications portant atteinte à l'ordre public.
Trois chefs d'accusation que le parquet a choisis pour qualifier les publications que Dalila Touat partageait sur les réseaux sociaux : "Je suis une citoyenne algérienne et j'ai le droit d'exprimer mon opinion (...)", avait-elle soutenu à l'audience, en expliquant avoir partagé son opinion sur des sujets liés à l'actualité nationale et sur des questions d'intérêt public.
"Ce sont de graves atteintes aux libertés et nous allons tout mettre en œuvre pour que Dalila Touat – ou tout autre hirakiste poursuivi ou condamné – soit réhabilitée", a assuré Ahmed Mebrek, avocat du Collectif de défense du Hirak d'Oran, après une visite rendue à la porte-parole des chômeurs de Mostaganem.
Selon le défenseur, l'enseignante emprisonnée a interrompu la grève de la faim qu'elle avait entamée il y a trois semaines.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.