La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme
Daouadji et trois hirakistes devant le tribunal de Mostaganem
Publié dans Liberté le 21 - 01 - 2020

Le procureur de la République près le tribunal de Mostaganem a requis, hier, 18 mois de prison ferme contre Brahim Daouadji, hirakiste arrêté le 12 octobre 2019, et une année contre ses trois compagnons Oussama Tifour, Djilali Mohamed et Ayatallah Amirat. Mis en délibéré, le verdict devrait être connu le 27 janvier.
Les accusés ont été jugés pour outrages et violences à fonctionnaires de l'Etat (art. 144 du code pénal), exposition au regard du public de documents de nature à nuire à l'intérêt national (art. 96), attroupement non armé (art. 100) et atteinte à l'intégrité nationale (art. 79 modifié). À la barre, Brahim Daouadji et ses coaccusés ont rejeté les accusations portées contre eux en expliquant avoir simplement exprimé leur opinion, ce qui est un droit consacré par la Constitution algérienne. Interrogés sur les appels à boycotter l'élection présidentielle du 12 décembre, les accusés ont, là aussi, répondu avoir exprimé leur opinion et n'ont pas incité les Algériens à bouder les urnes même si, comme l'a souligné Brahim Daouadji, "nous étions déjà sortis du cadre constitutionnel" au moment des faits, soit en octobre 2019.
Au réquisitoire du procureur de la République, la quinzaine d'avocats, venus de plusieurs wilayas pour défendre bénévolement les détenus du hirak, ont opposé l'absence de preuves matérielles soutenant les lourdes accusations pour demander la relaxe pure et simple des prévenus. "En quoi exprimer son opinion peut-il menacer l'intégrité du pays ? En quoi crier ‘makanch intikhabat mâa el-içabat (pas de vote avec la bande)' peut-il porter atteinte à l'unité nationale ?", ont notamment demandé les avocats qui ont plaidé la nécessaire "séparation entre le politique et le judiciaire" dans le traitement du dossier.
Dans leurs interventions, Mes Mebrek, Fatima Zohra Meziane, Mustapha Bouchachi, Abdelghani Badi et tous les avocats qui se sont constitués pour la défense de Brahim Daouadji et ses compagnons, se sont insurgés contre la violation flagrante des libertés garanties par la Constitution, qui ont notamment conduit Daouadji — interpellé et mis en cellule avec son fils de 3 ans, que son grand-père est venu récupérer quelques heures plus tard) — à faire la grève de la faim en signe de protestation. "Il a observé une grève de la faim à deux reprises, ce qui a failli lui coûter la vie", a rappelé Me Abdelghani Badi qui a eu à constater une perte de poids inquiétante chez son client. Brahim Daouadji a, en effet, été hospitalisé en novembre en raison des effets de la grève de la faim sur sa santé, ce qui a suscité l'émoi des hirakistes algériens qui l'ont supplié d'y mettre un terme.
Les accusations portées contre les prévenus "n'étant pas soutenues par des éléments de preuves tangibles", selon ce que les avocats ont estimé, Me Bouchachi a axé son intervention sur l'aspect politique de l'affaire. Après s'être étonné que les accusés n'aient pas été jugés en comparution immédiate, il a affirmé que "l'appel à ne pas voter n'est pas un crime et n'est puni par aucun texte de loi (…) Il y a la nation et il y a le pouvoir politique (…) D'ailleurs, ceux qui ont appelé au rejet de l'élection ont eu raison puisque nous n'avons constaté aucun changement depuis l'élection du 12 décembre". En substance, il a fait l'éloge du hirak qui est "la plus belle chose que l'Algérie a offerte au monde", et qu'il convient de ne pas "le souiller avec ce genre de poursuites judiciaires". À noter que pendant le déroulement du procès, des hirakistes ont organisé, face au tribunal de Mostaganem, un rassemblement de soutien aux accusés.




Samir Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.