Algérie-Arabie Saoudite: des perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Nécessité d'identifier les passagers du vol transportant l'italien atteint du coronavirus    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Une médaille pour le hirak à Montréal    Oran : 2 mois de prison requis contre Affif Abderrahmane    Dans le désordre    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Conférence sur le développement des routes et des transports en Afrique    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une boîte automatique intelligente    Le Doyen ressuscité    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    Les Canaris préparent le Chabab à Tigzirt    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    Le Targui    Seddik Chihab conteste son exclusion    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    COA: les membres du Comité exécutif rejettent une démission "verbale" de Berraf    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Bouira : Réhabilitation de la RN 25    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme
Daouadji et trois hirakistes devant le tribunal de Mostaganem
Publié dans Liberté le 21 - 01 - 2020

Le procureur de la République près le tribunal de Mostaganem a requis, hier, 18 mois de prison ferme contre Brahim Daouadji, hirakiste arrêté le 12 octobre 2019, et une année contre ses trois compagnons Oussama Tifour, Djilali Mohamed et Ayatallah Amirat. Mis en délibéré, le verdict devrait être connu le 27 janvier.
Les accusés ont été jugés pour outrages et violences à fonctionnaires de l'Etat (art. 144 du code pénal), exposition au regard du public de documents de nature à nuire à l'intérêt national (art. 96), attroupement non armé (art. 100) et atteinte à l'intégrité nationale (art. 79 modifié). À la barre, Brahim Daouadji et ses coaccusés ont rejeté les accusations portées contre eux en expliquant avoir simplement exprimé leur opinion, ce qui est un droit consacré par la Constitution algérienne. Interrogés sur les appels à boycotter l'élection présidentielle du 12 décembre, les accusés ont, là aussi, répondu avoir exprimé leur opinion et n'ont pas incité les Algériens à bouder les urnes même si, comme l'a souligné Brahim Daouadji, "nous étions déjà sortis du cadre constitutionnel" au moment des faits, soit en octobre 2019.
Au réquisitoire du procureur de la République, la quinzaine d'avocats, venus de plusieurs wilayas pour défendre bénévolement les détenus du hirak, ont opposé l'absence de preuves matérielles soutenant les lourdes accusations pour demander la relaxe pure et simple des prévenus. "En quoi exprimer son opinion peut-il menacer l'intégrité du pays ? En quoi crier ‘makanch intikhabat mâa el-içabat (pas de vote avec la bande)' peut-il porter atteinte à l'unité nationale ?", ont notamment demandé les avocats qui ont plaidé la nécessaire "séparation entre le politique et le judiciaire" dans le traitement du dossier.
Dans leurs interventions, Mes Mebrek, Fatima Zohra Meziane, Mustapha Bouchachi, Abdelghani Badi et tous les avocats qui se sont constitués pour la défense de Brahim Daouadji et ses compagnons, se sont insurgés contre la violation flagrante des libertés garanties par la Constitution, qui ont notamment conduit Daouadji — interpellé et mis en cellule avec son fils de 3 ans, que son grand-père est venu récupérer quelques heures plus tard) — à faire la grève de la faim en signe de protestation. "Il a observé une grève de la faim à deux reprises, ce qui a failli lui coûter la vie", a rappelé Me Abdelghani Badi qui a eu à constater une perte de poids inquiétante chez son client. Brahim Daouadji a, en effet, été hospitalisé en novembre en raison des effets de la grève de la faim sur sa santé, ce qui a suscité l'émoi des hirakistes algériens qui l'ont supplié d'y mettre un terme.
Les accusations portées contre les prévenus "n'étant pas soutenues par des éléments de preuves tangibles", selon ce que les avocats ont estimé, Me Bouchachi a axé son intervention sur l'aspect politique de l'affaire. Après s'être étonné que les accusés n'aient pas été jugés en comparution immédiate, il a affirmé que "l'appel à ne pas voter n'est pas un crime et n'est puni par aucun texte de loi (…) Il y a la nation et il y a le pouvoir politique (…) D'ailleurs, ceux qui ont appelé au rejet de l'élection ont eu raison puisque nous n'avons constaté aucun changement depuis l'élection du 12 décembre". En substance, il a fait l'éloge du hirak qui est "la plus belle chose que l'Algérie a offerte au monde", et qu'il convient de ne pas "le souiller avec ce genre de poursuites judiciaires". À noter que pendant le déroulement du procès, des hirakistes ont organisé, face au tribunal de Mostaganem, un rassemblement de soutien aux accusés.




Samir Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.