«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Débureaucratiser l'exportation
L'Exécutif fixe un objectif de 4 milliards de dollars hors hydrocarbures
Publié dans Liberté le 07 - 02 - 2021

L'Association nationale des exportateurs algériens estime que les exportations hors hydrocarbures pourraient avoisiner les 3,5 milliards de dollars d'ici à la fin de l'année.
Même si l'objectif des 4 milliards de dollars à atteindre avant la fin de l'exercice 2021, tel que tracé par le président de la République, est difficilement réalisable, les exportations hors hydrocarbures (EHH) connaîtront une nette amélioration pour cette échéance, estiment les acteurs activant dans ce créneau. Ils s'accordent à dire que le chiffre des EHH pour l'année en cours va augmenter par rapport à 2020. Mieux, ils n'écartent pas la possibilité qu'il se rapproche du montant fixé par le chef de l'Etat.
L'Association nationale des exportateurs algériens (Anexal) reste convaincue — une fois n'est pas coutume— que les EHH avoisineront les 3,5 milliards de dollars d'ici à la fin de l'année 2021. En hausse comparé à l'année écoulée où le chiffre n'a pas dépassé les 2,3 milliards de dollars.
En dehors des dérivés du pétrole, des autres produits agricoles et agroalimentaires, les pouvoirs publics peuvent compter pour l'exercice actuel, sur l'apport des exportations de ciment et du rond à béton qui, selon le président de l'Anexal, Ali Bey Nasri, sera évalué à 200 millions de dollars chacun. Il y a lieu de tenir compte également, ajoute Ali Bey Nasri, des exportations du groupe Cevital estimées à 300 millions de dollars pour le sucre et plus de 50 millions de dollars du verre plat de sa filiale MFG (Mediterranean Float Glass).
Les exportations de tous ces produits, cités par le premier responsable de l'Anexal, pourront atteindre les 800 millions de dollars. "Je suis convaincu que le montant des EHH pour l'année 2021 avoisinera les 3,5 milliards de dollars", soutient Ali Bey Nasri. Mais, nuance-t-il, il est impératif de lever au préalable un certain nombre de contraintes qui freinent cette dynamique naissante à l'export.
À commencer par la lancinante question de la réglementation des changes, notamment dans son règlement 07/01, article 29 relatif à la domiciliation, qui, selon les propositions de l'Anexal, doit être préalable à tout transfert, engagement et dédouanement pour les exportations des biens. Le seuil de la valeur des importations/exportations, pour que celles-ci soient dispensées de la domiciliation bancaire, doit être revu à la hausse, soit égal ou inférieur à 150 000 DA au lieu de 100 000 DA actuellement, propose l'Anexal.
L'Association suggère aussi le réexamen du règlement 14-04 régissant les investissements et I'ouverture de bureaux de représentations. Pour elle, l'investissement et/ou la représentation à partir du compte devises exportateur doit être libre et non soumise à ce règlement. L'organisation des exportateurs plaide pour l'abrogation de la note de la Banque d'Algérie n°06194 du 05 avril 1994 et souhaite que "l'exportateur bénéficie de la rétrocession devises au fur et à mesure de leurs rapatriements".
C'est de permettre, en outre, le "rapatriement en espèces par l'exportateur ou son client sous condition d'une déclaration d'importation de devises délivrée par les services des Douanes aux frontières". L'Anexal revendique l'autorisation de manière implicite de l'exportateur à financer les opérations et prestations de service à l'étranger, à savoir le transit, le transport, le dédouanement, la promotion médicale, la publicité, le marketing études, les formations à partir de son compte devises.
Dans le cadre de la dépénalisation de l'acte d'exportation, l'Anexal propose d'adapter I'ordonnance 96-22 relative à la répression des fraudes et au flux de capitaux de et vers l'étranger au dispositif de I'ordonnance 96-06 relative à l'assurance-crédit à l'exportation. "La modification portera, uniquement, sur l'alinéa relatif au défaut de rapatriement des capitaux de l'article premier", précise-t-elle. Ainsi, l'on ne peut parler de défaut de rapatriement de devises si la créance en question est garantie par un contrat d'assurance.
L'Association estime aussi que l'exportateur doit disposer librement de son compte devises sans aucune restriction de la Banque d'Algérie. Ces écueils sont évoqués aussi par de nombreux exportateurs affiliés à la Confédération des industriels et producteurs algériens (Cipa). Son président, Abdelwahab Ziani, avoue que l'objectif présidentiel des 4 milliards de dollars d'EHH est faisable et que l'Algérie peut même aller au-delà. Mais encore, faut-il "assainir l'environnement de l'entreprise".
Création de zones franches
Pour lui, "nous ne disposons pas d'une culture d'exportation". La Cipa affirme faire sien l'intérêt des plus hautes autorités du pays pour l'exportation. Cette organisation a commencé par identifier tous les exportateurs en activité et ceux à même d'investir ce créneau. "L'outil et le savoir-faire existent pour peu que les lenteurs bureaucratiques qui brident toute initiative des investisseurs soient levées", argue-t-elle.
La Confédération a tenu plusieurs réunions avec la tutelle du Commerce, ainsi que tous les intervenants dans le volet exportation dont les opérateurs, les experts, la société Tassdir, filiale de la Safex dédiée à l'export, et Logistrans, spécialisée dans le transport terrestre et la logistique. "Nous avons choisi de partir de l'existant, puis de nous agrandir. Avec tous ces acteurs, nous avons parlé des moyens existants", affirme Abdelwahab Ziani. Ainsi, des zones franches devront être créées pour accompagner l'exportateur qui est, en fait, un producteur qui sait produire, mais qui n'est pas doté d'une culture à l'export.
La société Tassdir sera ainsi classée zone sous-douanes et deviendra une vitrine permanente à longueur d'année pour tous les produits exportables à Alger. Les salons traditionnels au sud du pays seront, de ce fait, considérés comme des zones franches. À Tamanrasset, l'Assihar sera une autre vitrine permanente d'exportation au Sud. Idem pour le Mouggar dans la wilaya de Tindouf, ainsi que Debdeb à Illizi. Des espaces de stockage et un guichet unique (douanes, banques, services phytosanitaires, chambre de commerce...) sont prévus pour ce type d'opérations.
"Le producteur désireux d'exporter pourra se contenter d'emmener sa marchandise vers ces zones et le reste sera effectué par d'autres personnes au niveau de ces zones franches, et le transport vers le pays de destination sera assuré par Logistrans", explique notre interlcuteur. Dans une première étape, trois pays voisins de la Cedeao (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest) sont ciblés avec une population globale de 350 millions d'habitants. Ces pays importent près de 400 milliards de dollars.
L'Algérie ne détient même pas 1% de ces chiffres. "Notre but dans un premier temps, c'est de réaliser au moins 5 à 10% de ces statistiques au sein de la Cedeao. Une part de 5% représente un montant de 20 milliards de dollars", précise le président de la Cipa. Ces zones franches au Sud peuvent attirer les clients de ces pays comme le Mali, le Tchad, le Niger, le Nigeria, la Mauritanie, la Libye... qui veulent travailler avec l'Algérie.
La proximité de ces espaces commerciaux constitue un atout pour susciter l'intérêt de ces pays. Logistrans est prête à mobiliser plus de 170 camions dont 50 réfrigérés pour le transport des marchandises vers ces régions. Ce qui équivaut à plus de 20 000 tonnes de produits qui peuvent sortir chaque mois. C'est l'équivalent de deux bateaux.
Toutes cette logistique doit, cependant, être accompagnée par le Fonds spécial pour la promotion des exportations (Fspe). Ainsi, l'exportateur payera le transport à raison de 50%. Le reste sera récupéré par Logistrans au niveau du Fspe puisque c'est l'Etat qui assure la moitié des frais.

Badreddine KHRIS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.