L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministre de l'Habitat élude la question
Propagation des constructions illicites à Tamanrasset
Publié dans Liberté le 17 - 02 - 2021

La délégation ministérielle s'est rendue dans plusieurs projets au chef-lieu de wilaya, à l'occasion d'une visite de travail effectuée lundi et mardi, en empruntant des itinéraires "nettoyés" la veille de la visite afin d'éviter au ministre le spectacle des montagnes d'ordures sous lesquelles croule toute la ville depuis des mois.
La wilaya Tamanrasset a bénéficié d'un quota supplémentaire de 1000 logements ruraux et d'un ambitieux programme d'aménagement en mesure de répondre aux "besoins signalés" en matière d'électricité, d'assainissement et d'AEP. C'est ce qu'a déclaré le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, Kamel Nasri, en marge de la visite qui l'a conduit, lundi 15 et mardi 16 février, dans la wilaya de Tamanrasset.
Aux villages de Tit et d'Outoul, situés respectivement à 40 et 20 km du chef-lieu de la commune de Tamanrasset, le ministre a visité le projet des 50 logements dont les travaux sont achevés à 100%, et procédé à la pose de la première pierre d'un autre projet portant réalisation de 25 logements de type LPL. De prime abord, il a insisté sur le respect des normes de réalisation en prenant en considération les spécificités géographiques et architecturales de cette région saharienne.
Comme il fallait s'y attendre, le ministre a été "apostrophé" par des habitants qui se disent "exclus" de la dernière liste des logements non encore attribués, en raison des "dépassements" constatés par la commission de recours et de la détermination du wali à rétablir les postulants lésés dans leur droit à un toit décent.
La construction des logements de fonction devant profiter aux personnels de l'éducation, visiblement épuisés par les navettes quotidiennes, a également été réclamée à M. Nasri qui a promis d'étudier cette problématique. Interrogé sur la propagation du béton illicite et des constructions prosaïques qui défigurent l'image de la capitale du tourisme saharien, le ministre a préféré botter en touche à défaut de solutions concrètes à ce qui s'apparente à une véritable métastase urbaine qui n'est pas sans conséquence sur le développement local.
L'hôte de l'Ahaggar a toutefois reconnu l'ampleur qu'a connue ce phénomène à Tamanrasset. "Je connaissais cette wilaya avant, et je vois clairement ce qu'elle est devenue aujourd'hui. Les constructions illicites et les extensions anarchiques sont inacceptables. On a programmé plusieurs opérations d'aménagement relatives aux réseaux divers, et les constructions à vocation d'habitat ne doivent s'ériger qu'après l'achèvement de ces opérations.
Les besoins en logement ne justifient aucunement cette anarchie", a-t-il répondu. Pour ce qui est des lots qui attendent leur viabilisation depuis 1994, dont une bonne partie des 350 lotissements publics situés à la cité Tihagouine dans la ville de Tamanrasset, le ministre a éludé la question, en signifiant que l'objet de cette visite se limite à l'inspection de quelques projets d'équipements publics et des logements qui seront très prochainement attribués à l'occasion de la journée nationale du chahid.
Sauf que ces logements à attribuer sont lézardés par de profondes fissures avant même leur occupation, a-t-on constaté de visu. À la question sur la possibilité de programmer d'autres formules de logements (LPP et Aadl) dans la commune de Tamanrasset qui cumule à elle seule plus de 14 000 demandes de logement, M. Nasri répond : "Je ne reconnais pas ce chiffre, puisque la demande doit obéir à certains paramètres et critères pour déterminer le nombre réel des postulants ainsi que le type de logement à demander."
Il faut surtout noter que la délégation ministérielle s'est rendue dans plusieurs projets au chef-lieu de wilaya, en empruntant des itinéraires "nettoyés" la veille de la visite, afin d'éviter au ministre le spectacle des montagnes d'ordures sous lesquelles croule toute la ville depuis des mois.

RABAH KARÈCHE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.