ENCORE UN PAS À FRANCHIR...    La Ligue arabe, l'ONU et l'UE réclament leur retrait    Une période d'incertitude s'ouvre au Tchad    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    "L'EN doit continuer à apporter de la joie aux Algériens"    C'EST DEJÀ LA FIN !    ECUEILS REGLEMENTAIRES ET COLÈRE DES SUPPORTERS    Six personnes arrêtées lors des manifestations    De fausses licences de moudjahidine pour importer des voitures    Lancement de "Lawhati" pour la vente d'œuvres d'art en ligne    CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF    Le salon du livre amazigh est né    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    La sanglante guerre d'usure des Houthis    Une enquête choquante    Les inconnues d'un scrutin    346 Containers abandonnés    768 Logements sociaux électrifiés    Victoire du CRB devant le CABBA    Brèves    Les Africains connaissent leurs adversaires    182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès en 24h    Des milliers de travailleurs investissent la rue    Les raisons de la 2e vague de la hausse des prix    15 quintaux de kif marocain saisis    Le ministère du Commerce sensibilise    Déprime ramadhanesque    Les islamistes rêvent de victoire    L'Algérie ne tombera pas    Dernière ligne droite avant la campagne    «Les centres d'archives sont une vitrine»    Projection de Hassan Terro    Expo «Quelques choses d'Alger»    Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    «Le sondage doit devenir un réflexe»    la liste des membres sélectionnés approuvée    Hausse au premier trimestre 2021    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    La fièvre des stèles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FLN, la disgrâce ?
Il est exclu avec le RND, TAJ et le MPA des consultations politiques
Publié dans Liberté le 17 - 02 - 2021

Alors qu'il semble maintenir sa "feuille de route" en mettant le cap sur les élections législatives, théoriquement attendues pour juin prochain, le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, a repris, dès son retour d'Allemagne, les consultations politiques avec les partis. Jusque-là, il a reçu six partis politiques issus pour la plupart de l'opposition. Mais les partis du pouvoir, notamment le FLN et le RND, en sont exclus.
Ce n'est pas la première fois que le chef de l'Etat mène des consultations politiques. Depuis son accession au pouvoir en décembre 2019, il a reçu à maintes reprises, plusieurs formations politiques et des personnalités. Mais ni le parti du Front de libération nationale (FLN), ni le Rassemblement national démocratique (RND) et encore moins TAJ ou le MPA, n'ont été conviés à ces concertations. C'est à croire qu'ils sont bannis.
Ces formations, qui ont constitué la base sociale et politique du pourvoir d'Abdelaziz Bouteflika, sont comme descendues de leur piédestal. Des cimes du pouvoir o ù elles ont investi nombre d'institutions, elles sont presque devenues infréquentables, une espèce de "parias" d'un système qui pourtant a démontré à maintes reprises qu'il n'a pas coutume d'abandonner ses serviteurs.
Il faut dire que même s'ils n'ont jamais quitté les rouages du pouvoir, ces partis ont été mis en veilleuse depuis le début du mouvement populaire en février 2019. Le FLN et le RND furent, en effet, des cibles privilégiées des manifestants qui ont attaqué certains de leurs bureaux et empêché leurs cadres de participer aux manifestations.
Durant tous les mois qui ont suivi le début des manifestations, des dirigeants de ces partis, associés, à tort ou à raison, à la corruption et aux pratiques maffieuses en vogue durant les quatre mandats d'Abdelaziz Bouteflika, se sont éclipsés. Un effacement probablement tactique pour rebondir dès que la situation le permettrait.
C'est ainsi que les premières tentatives de revenir sur la scène ont commencé avec l'annonce de la tenue de l'élection présidentielle. Alors que le RND avait soutenu, à contrecœur, son secrétaire général par intérim Azedine Mihoubi, candidat à la magistrature suprême, le FLN avait, lui, surpris tout le monde en tournant le dos à un "candidat de la famille".
En effet, ses instances ne s'étaient pas prononcées, mais le secrétaire général de l'époque, Ali Seddiki, avait porté son dévolu sur le "candidat du RND" au détriment du membre du Comité central de son parti, Abdelmadjid Tebboune.
Une fois arrivé à la magistrature suprême, Abdelmadjid Tebboune, interpellé sur cette incartade de son parti, tentera d'éluder la question en affirmant qu'"il est Président de tous les Algériens". Mais le choix du plus vieux parti a certainement laissé des stigmates. Et Tebboune ne l'a sans doute pas oublié.
Eclaboussés par l'emprisonnement de certains de leurs dirigeants pour des affaires de corruption, rejetés par la rue et visiblement indésirables chez le nouveau pouvoir, ces partis, après la bérézina de la Présidentielle, puis celle de la Constitution pour laquelle ils ont fait campagne, ces partis ne semblent pas s'avouer vaincus et tentent de revenir sur la scène.
C'est ainsi qu'ils n'ont pas cessé de multiplier les appels du pied au nouveau pouvoir en déclarant leur inconditionnel soutien au chef de l'Etat. Avec la bénédiction de l'administration, le RND, le FLN et, plus tard, TAJ ont pu organiser des rencontres qui ont permis l'émergence de nouveaux dirigeants.
Au mépris des mesures sanitaires imposées au reste des Algériens, ces partis ont obtenu des autorisations de l'administration alors que les partis de l'opposition ont été obligés de tenir des sessions de leurs instances dans leurs sièges respectifs.
Un traitement de faveur qui a poussé une partie de l'opinion publique à penser à une réhabilitation de partis qui ont symbolisé le système honni de Bouteflika. Il reste que malgré cette apparente mise à l'écart, ces partis du régime Bouteflika ne donnent pas l'impression d'avoir abandonné la partie.
Beaucoup de partis politiques et de personnalités soupçonnent le pouvoir de leur préparer le terrain pour un retour lors des prochaines élections locales et législatives : le projet de la nouvelle loi électorale exige, en effet, pour toute liste électorale de prouver un score d'au moins 4% lors des dernières élections pour prétendre à un nouveau mandat. Or, le RND et le FLN sont les seuls à avoir dépassé ce taux lors des dernières élections qui ne se sont pas déroulées dans des conditions démocratiques.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.