La vice-présidence confiée à l'Algérie    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Mohamed Rabie Meftah agresse Banouh    L'Algérie qualifiée au bout du suspense    Almas, 10e président en 7 ans    Saisie de 60 kilogrammes de viandes impropres à la consommation    Arrestation de 7 individus    Journée d'information sur le cancer du sein    La troupe de danse de Chengdu subjugue le public    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'Algérie et l'Italie partagent "une vision commune"    Le Sénat américain ouvre solennellement le procès en destitution de Trump    TLS Contact Algérie annonce de nouvelles procédures    Les manifestants dénoncent toute atteinte à l'unité nationale    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    Ghoulam dans le viseur    Belhocini se rapproche de l'Espérance    Adil Djabout fait son retour    «Eniem en voie de trouver des solutions à sa crise financière»    11 personnes arrêtées à Constantine    Un navire algérien bloqué en Belgique depuis décembre    Dernier délai aujourd'hui pour les inscriptions    Le smecta déconseillé aux enfants de moins de deux ans !    Le baril algérien a perdu près de 7 dollars en 2019    Tebboune recevra mardi prochain les responsables    Un colloque national sur la procédure de communication les 19 et 20 janvier    Le patrimoine et l'héritage culturels algériens à l'honneur    Evaluation de leur situation et des perspectives d'avenir au menu    La position de l'Algérie partagée par l'Italie    Réunion samedi du Conseil des ministres    Handball / CAN-2020 : l'Algérie domine le Congo et assure la qualification au 2e tour    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Djamel Ould Abbas de nouveau à la barre    TLEMCEN : Saisie de 117 bouteilles de spiritueux à Remchi    BEDRABINE EL MOKRANI (SIDI BEL ABBES) : Un ouvrier communal écrasé par une benne tasseuse    VOL ET BRAQUAGE DE CITOYENS A ORAN : Un groupe de motocyclistes sème la terreur    CORRUPTION DANS UNE BANQUE PUBLIQUE : Arrestation de 11 personnes impliquées à Constantine    PRATIQUES COMMERCIALES : Défaut d'affichage des prix à Mostaganem    LA FIRME ‘'ALPHYT'' EN COLLABORATION AVEC LA SRPV DE MOSTAGANEM : Journée de sensibilisation sur le traitement d'hiver des arbres fruitiers    TRIBUNAL DE BOUMERDES : L'ancien chef de la sûreté de Tipasa incarcéré    Le fils d'Amirouche porte plainte à cause de Mehenni    La FAF s'oppose à la domiciliation de la CAN Futsal 2020 dans la ville de Laâyoune occupée    Le moudjahid Mohamed Kechoud n'est plus    L'Algérie et l'Italie conviennent de renforcer la coordination et la concertation concernant la situation en Libye    Archives nationales: un colloque national sur la procédure de communication les 19 et 20 janvier    La pièce GPS du TNA primée au Festival du Théâtre arabe 2020    L'Algérie, la seule puissance arabe capable de rétablir les équilibres dans le dossier libyen    Batna : Ouverture du Café culturel "Thaziri" en présence de nombreux intellectuels de la ville    Le président du Conseil italien achève sa visite de travail en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etat des lieux, en attendant la décantation
Candidature à la présidentielle
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 10 - 2019

Le ballet des candidats souhaitant briguer la magistrature suprême se poursuit. L'Autorité chargée de les recevoir n'en finit pas d'en faire le décompte. La liste des candidats à la candidature comporte autant de personnalités ayant déjà occupé de hautes fonctions que de parfaits inconnus. L'opposition y est, cependant, le grand absent.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Le début aura été timide avant que la machine ne s'emballe. A peine une dizaine au début, le nombre de candidats à la candidature a fini par dépasser la centaine. Le siège de l'Autorité indépendante des élections a vu, ainsi, passer des personnes dont le seul souci est de faire le buzz, mais également des prétendants plus sérieux.
Le rejet par la rue de l'élection a certainement été à l'origine de l'hésitation de beaucoup de candidats. Les partis de la désormais ex-Alliance présidentielle sont ceux qui ont dû faire face à un sérieux dilemme.
Directement impliqués dans la gestion de la chose politique du temps de l'ancien Président, ils ont eu les pires difficultés à se repositionner. Les choses se sont davantage compliquées pour le FLN, le RND, TAJ, mais également le MPA, dont les premiers responsables ont tous été incarcérés.
Le FLN, qui a publiquement fait part de sa crainte de se voir totalement écarté du processus devant mener à l'élection d'un Président, temporise toujours. Aucune position n'a, pour l'heure, été prise à ce sujet.
Le parti de Amara Benyounès est, quant à lui, en hibernation. Celui de Amar Ghoul vient tout juste de trancher. Il ne boycottera pas l'échéance électorale mais ne présentera pas de candidat du parti.
Le RND s'est, quant à lui, jeté à l'eau. Son secrétaire général par intérim a bel et bien retiré les formulaires de signature devant lui permettre de se porter candidat. Les membres du conseil national du Rassemblement national démocratique (RND) ont approuvé, ce vendredi, à «l'unanimité» la candidature de Azzedine Mihoubi.
Du côté des islamistes, les candidatures ne foisonnent pas. ni Abderrezak Makri ni Abdallah Djaballah n'ont souhaité prendre part à une élection pour laquelle, disent-ils, les conditions sont loin d'être réunies. Leurs instances dirigeantes respectives ont, en effet, tranché en faveur d'un boycott pour le cas du MSP et de la possibilité de soutenir un candidat «consensuel» pour le Front de la justice et développement de Djaballah.
Abdelkader Bengrina, un ancien du MSP, se retrouve comme l'unique représentant du courant islamiste. S'il y a un parti politique qui n'a, cependant, eu aucune hésitation à se positionner, c'est bien le RCD.
Clairement positionné du côté du mouvement populaire, hostile à la tenue des élections, le parti n'a jamais caché son rejet de cette consultation, dont ni le timing ni les conditions de sa tenue ne répondent aux attentes populaires. Invitées «surprise» de ce processus, les figures ayant déjà servi sous Bouteflika. Beaucoup de noms ont circulé à commencer par les anciens chefs de gouvernement que sont Hamrouche et Belkhadem. Si le premier a publiquement démenti toute intention de briguer un mandat présidentiel, expliquant clairement que les conditions actuelles ne le permettaient nullement, le second ne s'est pas exprimé sur la question publiquement mais tout comme Hamrouche, il ne compte pas faire partie de la course à El-Mouradia.
Ali Benflis et Abdelmadjid Tebboune ont, néanmoins, sauté le pas. Le premier, soutenu par les instances de son parti qui ont validé sa candidature, le second, en tant que candidat «libre». Tous deux clament qu'ils avaient pris, en temps voulu, leurs distances avec le régime Bouteflika.
La décantation se fera, néanmoins, après l'étude des dossiers de candidature par l'Autorité chargée des élections. La liste des candidats se raccourcira certainement.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.