Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Charfi répond aux «petits» partis    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    "Difficile de prédire le vainqueur de la League anglaise"    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    Les réactions s'enchaînent en Algérie et en France    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Distinction des lauréats du concours de la "Meilleure interprétation théâtrale"    Paroles d'un porte-parole    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    US Biskra : La dégringolade semble inexorable    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Le monde en bref...    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    Exercices pour soigner les douleurs du nerf sciatique    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Tiaret: Prochaine connexion de la wilaya avec l'autoroute Est - Ouest    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etat des lieux, en attendant la décantation
Candidature à la présidentielle
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 10 - 2019

Le ballet des candidats souhaitant briguer la magistrature suprême se poursuit. L'Autorité chargée de les recevoir n'en finit pas d'en faire le décompte. La liste des candidats à la candidature comporte autant de personnalités ayant déjà occupé de hautes fonctions que de parfaits inconnus. L'opposition y est, cependant, le grand absent.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Le début aura été timide avant que la machine ne s'emballe. A peine une dizaine au début, le nombre de candidats à la candidature a fini par dépasser la centaine. Le siège de l'Autorité indépendante des élections a vu, ainsi, passer des personnes dont le seul souci est de faire le buzz, mais également des prétendants plus sérieux.
Le rejet par la rue de l'élection a certainement été à l'origine de l'hésitation de beaucoup de candidats. Les partis de la désormais ex-Alliance présidentielle sont ceux qui ont dû faire face à un sérieux dilemme.
Directement impliqués dans la gestion de la chose politique du temps de l'ancien Président, ils ont eu les pires difficultés à se repositionner. Les choses se sont davantage compliquées pour le FLN, le RND, TAJ, mais également le MPA, dont les premiers responsables ont tous été incarcérés.
Le FLN, qui a publiquement fait part de sa crainte de se voir totalement écarté du processus devant mener à l'élection d'un Président, temporise toujours. Aucune position n'a, pour l'heure, été prise à ce sujet.
Le parti de Amara Benyounès est, quant à lui, en hibernation. Celui de Amar Ghoul vient tout juste de trancher. Il ne boycottera pas l'échéance électorale mais ne présentera pas de candidat du parti.
Le RND s'est, quant à lui, jeté à l'eau. Son secrétaire général par intérim a bel et bien retiré les formulaires de signature devant lui permettre de se porter candidat. Les membres du conseil national du Rassemblement national démocratique (RND) ont approuvé, ce vendredi, à «l'unanimité» la candidature de Azzedine Mihoubi.
Du côté des islamistes, les candidatures ne foisonnent pas. ni Abderrezak Makri ni Abdallah Djaballah n'ont souhaité prendre part à une élection pour laquelle, disent-ils, les conditions sont loin d'être réunies. Leurs instances dirigeantes respectives ont, en effet, tranché en faveur d'un boycott pour le cas du MSP et de la possibilité de soutenir un candidat «consensuel» pour le Front de la justice et développement de Djaballah.
Abdelkader Bengrina, un ancien du MSP, se retrouve comme l'unique représentant du courant islamiste. S'il y a un parti politique qui n'a, cependant, eu aucune hésitation à se positionner, c'est bien le RCD.
Clairement positionné du côté du mouvement populaire, hostile à la tenue des élections, le parti n'a jamais caché son rejet de cette consultation, dont ni le timing ni les conditions de sa tenue ne répondent aux attentes populaires. Invitées «surprise» de ce processus, les figures ayant déjà servi sous Bouteflika. Beaucoup de noms ont circulé à commencer par les anciens chefs de gouvernement que sont Hamrouche et Belkhadem. Si le premier a publiquement démenti toute intention de briguer un mandat présidentiel, expliquant clairement que les conditions actuelles ne le permettaient nullement, le second ne s'est pas exprimé sur la question publiquement mais tout comme Hamrouche, il ne compte pas faire partie de la course à El-Mouradia.
Ali Benflis et Abdelmadjid Tebboune ont, néanmoins, sauté le pas. Le premier, soutenu par les instances de son parti qui ont validé sa candidature, le second, en tant que candidat «libre». Tous deux clament qu'ils avaient pris, en temps voulu, leurs distances avec le régime Bouteflika.
La décantation se fera, néanmoins, après l'étude des dossiers de candidature par l'Autorité chargée des élections. La liste des candidats se raccourcira certainement.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.