Coupe de la Ligue: le NAHD, l'OM et le NCM passent en 8es de finale    Décès d'Idris Deby : l'Algérie suit avec une grande préoccupation les événements en cours au Tchad    Le Conseil de sécurité appelé à accélérer la décolonisation du Sahara occidental    MCA : Brahmia, nouveau président    Lancement de l'opération de vaccination anti-covid dans les wilayas et les institutions sahraouies    Nette hausse des exportations gazière au 1er trimestre 2021    Le pari électrique officialisé    Sûreté nationale: installation de nouveaux chefs de sûreté de wilayas    Nahda participera avec une trentaine de listes    Le soutien continu de l'Algérie aux efforts visant l'unification des rangs en Libye réaffirmé    Le front anti-Rachad se consolide    Constantine: réception du tunnel de Djebel Ouahch "durant l'année 2025"    Ceferin fustige    Mourinho n'est plus entraîneur des Spurs    Délocalisation de l'AGE bis de la FABB à l'ESSTS    Hausse des prix : Rezig évoque les «spéculateurs»    Accidents de la route: 25 morts et 1322 blessés en une semaine    Gâteau de crêpes    Mécontentement    Naïma Ababsa    "Les stocks des produits alimentaires ont atteint un niveau rassurant"    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Un sans-papiers algérien expulsé de France    Seaal dans le viseur des pouvoirs publics    La mercuriale en roue libre    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Les travailleurs de l'ETRHB veulent sauvegarder leur entreprise    Le greffon de la liberté    Pour une valorisation des ressources archéologiques    Tamazight avance doucement, mais sûrement    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    LE RAMADHAN A BON DOS    Hadj Merine ne s'enflamme pas    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Boumala victime de son paradoxe    Brèves    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    HCA: Une célébration dans la fierté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La marche de vendredi empêchée à Oran
Plusieurs hirakistes interpellés et la place d'Armes interdite
Publié dans Liberté le 27 - 02 - 2021

La manifestation qui devait signer le retour des marches du vendredi à Oran a été étouffée dans l'œuf par un impressionnant dispositif de sécurité qui a été déployé dès la matinée d'hier tout autour de la place du 1er-Novembre.
À pied ou en véhicule, en uniforme ou en civil, les forces de l'ordre ont quadrillé le centre-ville d'Oran comme rarement auparavant. Un peu avant 14h, les nombreux policiers qui se trouvaient place du 1er-Novembre se sont brusquement redressés au son de la voix qui sortait de leurs talkies-walkies leur intimant l'ordre de se rendre au boulevard Maata voisin.
À quelques dizaines de mètres des hirakistes, portant l'emblème national et scandant "Dawla madania machi âskaria", descendaient du boulevard pour rallier la place symbolique du Hirak. Mais ils furent rapidement interceptés par les services de sécurité qui embarquèrent les meneurs et dispersèrent le groupe de manifestants.
Ilyes Rejdel, déjà inquiété — et violenté — par la police depuis le début du Hirak, ne cessait de hurler ce slogan quand un policier lui met la main sur la bouche et le fait monter dans un fourgon stationné à proximité de la place d'Armes.
Plusieurs hirakistes dont des étudiants, tel Oussama Bentoumia, ont également été vigoureusement interpellés et embarqués dans des fourgons de police pour être dispersés dans différents commissariats. Après cette intervention musclée, toute tentative de manifester était empêchée et les activistes qui venaient place du 1er-Novembre étaient refoulés ou interpellés.
À peine arrivé sur les lieux, Kaddour Chouicha, vice-président de la Laadh, a été également intercepté, interrogé pendant quelques minutes devant l'Hôtel de ville avant d'être libéré. Plus tard, Mes Ahmed Mebrek et Omar Boussag, avocats du collectif de défense du Hirak, ont également été interpellés, avant d'être libérés.
"Nous sommes dans un dispensaire. Me Boussag qui a été malmené et blessé à la main, exige un certificat médical", a confirmé Me Mebrek au téléphone. De fait, hormis les membres des services de sécurité chargés d'empêcher coûte que coûte toute manifestation populaire, la place emblématique a été interdite à tous les Oranais, y compris aux citoyens qui voulaient simplement s'y promener.
"Je viens ici depuis 40 ans, bien avant que le Hirak ne commence. Pourquoi m'empêcher de m'asseoir ?", s'est ainsi plaint un quinquagénaire sommé de partir par des policiers en civil.
Comme à leur habitude en temps de marche ou de manifestation, les activistes ont commencé à faire le décompte des arrestations sur les réseaux sociaux en donnant les noms des hirakistes interpellés, relâchés ou maintenus en garde à vue.
Ainsi, selon un bilan partagé vers 16h mais non confirmé de source sûre, une soixantaine de personnes auraient été interpellées un peu partout dans le centre-ville dont toutes les ruelles adjacentes étaient soigneusement surveillées par les forces de l'ordre.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.