Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Que faire pour réguler le marché ?    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Plus de 600 affaires traitées depuis janvier    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"
Imed Alibi, directeur artistique du festival international de Carthage
Publié dans Liberté le 28 - 02 - 2021

Le festival international de Carthage est l'un des événements musicaux phares en Afrique et sur la scène internationale. Depuis sa création en 1964, de grandes stars ont fait leur passage sur ce site "d'histoire et de mémoire", à l'instar de Ray Charles, Charles Aznavour, Julio Iglesias, Joe Cocker ou encore Warda. Pour cette 56e édition prévue en été, le commissariat s'est lancé dans la production de "trois créations inédites spécialement créées pour cette session". Aussi, cette année sera marquée par des soirées à thème : jazz, musique tunisienne, africaine, moyen-orientale... ainsi qu'un retour au théâtre. Le musicien percussionniste Imed Alibi, nouvellement installé à la direction de cette manifestation, revient sur les grandes lignes du festival qui connaîtra un renouveau...
Liberté : Depuis votre nomination en 2020, vous vous êtes "imposé le défi de questionner l'histoire de ce festival pour mieux envisager son avenir et asseoir son rayonnement au niveau régional et international". Pouvez-vous nous éclairer sur ce point ?
Imed Alibi : Revenir sur les fondements du festival est primordial pour construire une vision basée sur la continuité et la reconstruction. En même temps, il faut une remise en question sur les défis grandissants, auxquels font face les festivals de nos jours. Ces défis se sont accentués avec l'arrivée de la pandémie.
L'absence d'archives pour un festival qui date depuis 1964 a été la première réflexion, un travail a été donc fait dans ce sens : celui de rassembler des archives et les numériser. D'ailleurs, l'équipe du festival a profité de l'arrêt et du report de l'événement pour entamer un travail de collecte et de recherches des archives. Le but est aussi de numériser et mettre en place une plateforme numérique, mediafic.tn, et l'alimenter au fur et à mesure.
Aussi, en revenant sur le passé du festival et ses débuts, on remarque la présence d'artistes et d'intellectuels ayant fait rayonner le festival à l'international. La ligne éditoriale est aussi basée sur la qualité artistique et culturelle, et non sur l'événementiel à but commercial. Notre vision prend en compte tous ces éléments et se base sur la qualité de la programmation et la valorisation du patrimoine.
Les "premières motivations" de votre équipe sont de revenir sur les "visions originelles" du festival. Cet événement a-t-il perdu de son aura d'antan ? Quelles en sont les raisons ?
Un festival étatique ne peut pas être épargné par les changements politiques et les politiques culturelles. C'est le fruit de son contexte historique. Les dernières décennies ont vu une dégradation de l'offre culturelle au détriment de l'animation. L'instabilité des directions joue aussi un rôle dans l'absence de vision, car on ne peut pas avoir un projet pour un festival sur une période courte.
La 56e édition sera marquée par une nouvelle identité. Laquelle ? Le public ne risque-t-il pas d'être désorienté ?
Nouvelle identité visuelle : une autre manière de travailler, à l'instar des festivals internationaux (à l'avance) ; une programmation nationale et internationale variée et équilibrée. Le public cherche la qualité, et une bonne partie des Tunisiens apprécie les spectacles où il y a de la recherche.
Suite à la crise sanitaire, dans quel état se trouve le secteur musical tunisien ?
De nombreuses dates ont malheureusement été annulées. L'avenir est incertain pour ce secteur, qui est déjà fragile. La pandémie n'a fait que dénuder une réalité déjà délicate en Tunisie. Les musiciens souffrent du manque d'infrastructures, de formations..., mais également d'un cadre juridique qui définit le statut de l'artiste, d'une couverture sociale ainsi que les droits d'auteur. Même si la structure existe, il manque une réelle confiance dans les institutions.
Le secteur souffre essentiellement du manque d'encadrement et de connaissances des métiers du spectacle. Il faut ajouter à tout cela les complications administratives qui freinent la création d'emploi. Alors que le secteur digital pourrait être une bonne alternative aux problèmes de distribution, d'échange et d'exportation des œuvres.

Entretien réalisé par : HANA MENASRIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.