Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La démonstration de force d'Ennahdha
Des milliers de manifestants ont marché samedi dernier à Tunis
Publié dans Liberté le 01 - 03 - 2021

Le mouvement tunisien Ennahdha a battu le rappel de ses troupes, ce samedi, pour un grand rassemblement destiné à apporter son soutien au gouvernement, à "la légitimité des institutions" et à la protection du "processus démocratique".
Les milliers de manifestants qui ont afflué vers l'avenue Mohamed V, quadrillée par les forces de l'ordre dès la veille, ont scandé des slogans dédiés à la démocratie et à "la légitimité" et arboré l'emblème du pays. "Le peuple veut une stabilité politique, un Parlement stable et une renaissance nationale", a crié la foule sous un fond de chants patriotiques. Lors d'une prise de parole, le leader du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, a appelé tous les partis et toutes les forces politiques au dialogue, en évitant l'exclusion et la rancœur.
"Le peuple veut le dialogue, n'aime pas le populisme et l'anarchie mais préfère la démocratie (...) Les Tunisiens considèrent que la révolution est encore d'actualité", a affirmé en substance le chef du parti. Placée sous le thème "La marche pour la stabilité et la défense des institutions", cette manifestation du principal parti en Tunisie a lieu, en fait, alors que le Parlement prépare une motion de censure en vue de la destitution de Rached Ghannouchi de son perchoir de l'ARP.
Cette démonstration de force, à laquelle a appelé le leader du mouvement Ennahdha et qui intervient aussi au moment où la crise au sommet de l'état prend la forme d'un duel entre ce dernier et le président de la République Kaïs Saïed, aura servi à adresser un message politique au locataire du palais de Carthage prouvant sa capacité de mobilisation de la rue.
Toutefois, cette marche n'a pas rassemblé tous les Tunisiens, comme elle n'aurait pas fait l'unanimité, y compris au sein même du parti de Ghannouchi et de tous ses alliés politiques, comme en témoignent la défection d'une figure connue de cette formation et le boycott du parti Al-Karama, principal allié d'Ennahdha, qui y voient une tentative d'instrumentalisation de la rue à des fins partisanes.
Un membre du conseil de la présidence du parti Al-Amal a également accusé le parti islamiste d'aggraver la crise politique. "Par la manifestation organisée aujourd'hui, Ennahdha veut faire une démonstration de force et déplacer le conflit politique dans la rue", a-t-il alerté. "Ennahdha avait déjà agi de cette manière par le passé et a utilisé la rue pour ses luttes politiques.
Et cela avait produit des conséquences désastreuses sur la vie politique et surtout sur la stabilité et la sécurité du pays", a-t-il déploré. Le député Attayar Hichem Ajbouni estime, quant à lui, que le parti islamiste cherche à camoufler ses échecs depuis dix ans de pouvoir. Le Parti des travailleurs a également tenu un rassemblement parallèle pour "dénoncer le système au pouvoir" et exprimer son "opposition au mouvement Ennahdha", parti majoritaire au Parlement, qu'il accuse d'être "responsable de la crise politique, économique, sociale et morale dans le pays".
Un fait qui a poussé à l'interrogation des médias du pays s'il fallait bien y avoir recours pour prouver sa légitimité. D'aucuns parmi les observateurs de la scène tunisienne ont relevé aussi le caractère inopportun de cette démonstration, qui intervient dans une conjoncture où la Tunisie entrevoit le bout du tunnel de la crise sanitaire et vit la multiplication de nombreuses initiatives de sortie de crise.
Dans ce sillage, l'entretien téléphonique entre le chef de l'exécutif, Hichem Mechichi, et le président de la République, Kaïs Saïed, est perçu par le gouvernement comme une démarche positive dans la bonne direction. "Les Tunisiens ont aujourd'hui besoin de ce qui les rassemble, pas de ce qui les divise. L'appel a contribué à briser la barrière psychologique entre les deux parties. La situation actuelle exige beaucoup d'audace face aux problèmes du pays", a estimé un conseiller du chef du gouvernement.

Amar R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.