Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse
à l'appel des deux sections SNAPAP de BEjaïa
Publié dans Liberté le 03 - 03 - 2021

Une journée de protestation a été observée, hier, à l'appel des deux sections du Syndicat national des personnels de l'administration publique (Snapap), de la direction de la Jeunesse et des sports (DJS) et de l'Office des établissements de jeunes (Odej) de la wilaya de Béjaïa.
Selon les secrétaires généraux des sections Snapap de la DJS, Mme Tabchouche, et de l'Odej, Mme Yahia, la Direction de la jeunesse et des sports ne veut pas des deux sections syndicales comme partenaire social.
D'où l'appel à cette journée de protestation, ponctuée par un rassemblement devant le siège de la DJS. "Les cadres de la DJS et de l'Odej travaillent dans un climat des plus délétères et sous une pression permanente", ont déploré les deux responsables.
C'est la raison pour laquelle les deux sections ont réclamé de la tutelle — le ministère — l'envoi d'une commission d'enquête vu "la gravité de la situation" qui, selon elles, réclame "un assainissement" afin de "redonner confiance et espoir aux fonctionnaires et cadres du secteur de la wilaya de Béjaïa".
La demande a été formulée dans un courrier adressé à la tutelle le 18 février dernier et réitéré le 28 février dernier, envoyé au wali de Béjaïa en vue de prendre les dispositions réglementaires dans ce conflit qui risque, selon les deux sections, de dégénérer.
Les syndicalistes, entourés de cadres syndicaux et des grévistes, ont expliqué que la gestion de la DJS est caractérisée par "le non-respect du syndicat en tant que partenaire social et par de nombreux abus", suivis de "pressions, d'intimidations et de menaces, exercées sur les syndicalistes".
Selon Mme Tabchouche, l'administration menacerait même de passer ces syndicalistes (Yahia Kahina, Radji Abdelmalek, Tabchouche Linda et Takabaït Mabrouk) en conseil de discipline, alors qu'"ils n'ont fait que défendre les intérêts moraux et matériels des travailleurs".
Les protestataires ont évoqué des harcèlements judiciaires subis et regretté en même temps que certains de leurs collègues soient poursuivis en justice sans que l'administration leur vienne en aide.
En outre, les deux SG ont posé le problème des ouvriers professionnels (OP) de la DJS qui, contrairement à leurs collègues de l'Opow et de l'Odej, n'ont pas bénéficié de promotion en dépit de l'instruction de la Fonction publique. "Quelque 41 OP n'ont pas pu bénéficier de promotion car l'administration n'a pas fait son travail", a-t-on signalé.
Pour sa part, le directeur de la jeunesse et des sports, Abdelkrim Boutemine, a essayé de minimiser le mouvement de protestation suivi par les fonctionnaires de son secteur. "Ils ne sont qu'une vingtaine de personnes à organiser le sit-in et à faire grève sur les 530 fonctionnaires de la DJS et 800 fonctionnaires en tout, en comptant ceux de l'Odej Béjaïa."
"Il faut savoir aussi que la DJS n'a pas été destinataire du préavis de grève, mais dès lors qu'ils ont mis en copie le ministère de la Jeunesse et des Sports, nous leur avons accusé réception, il n'y a pas de problème", a-t-il ajouté.
Selon le DJS, le secrétariat général du Snapap à l'échelle de la wilaya s'est démarqué de cette action par écrit — une copie du courrier est en notre possession — et a indiqué que ladite organisation "n'a pas été destinataire du préavis de grève". "Dès que la section syndicale a été créée, l'administration a joué le jeu. On s'est réunis avec eux. Bien que je sois personnellement en convalescence, je suis venu avec des béquilles me réunir avec eux.
On a adopté une feuille de route", a-t-il expliqué, comme pour faire montre de la disponibilité de l'administration à s'asseoir autour d'une table avec les représentants des fonctionnaires. Qu'en est-il du recours au service d'un avocat par les deux sections syndicales ? "La DJS ne peut pas défendre des gens qui sont accusés de dilapidation de deniers publics.
Je ne peux pas les suivre sur ce terrain-là", a soutenu M. Boutemine. Et ce dernier de reconnaître que pour les OP, "l'administration n'a pas fait le nécessaire", avant de promettre : "On va se rattraper. Ils percevront leurs salaires avec effet rétroactif."

M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.