Ligue 1 : victoire l'ES Sétif devant la JS Kabylie (1-0)    [Vidéo]Grandiose manifestation malgré le jeûne et la pluie    Khenchela: décès du moudjahid Mohamed Tahar Bouchareb    Le MJS rassure les sportifs d'élite pour leur avenir professionnel, après la reconversion    Parution du roman d'épouvante "Fayla", de Abdelmoaiz Farhi    Maladies chroniques: appel au respect des recommandations médicales durant le Ramadhan    FAT: Décès de l'ancien DTN, Mohamed Bouchabou    Covid-19: au moins 2.987.891 morts dans le monde    Ligue 2 (12e j): le derby JSMB-MOB à l'affiche    Sétif: accélérer la cadence des travaux d'aménagement externes du pôle urbain de Tinar    Algérie-Liban: renforcer la coopération dans le domaine de l'enseignement supérieur    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'armée marocaine    La ligue arabe avertit contre les plans coloniaux qui menacent la Mosquée d'Al-Aqsa    L'UNESCO adopte une nouvelle résolution sur les mesures sionistes à El Qods    Des pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu'à samedi    Le CN prend part au lancement de la stratégie régionale de l'OIM pour la région MENA (2020-2024)    Le musée national des Beaux-arts célèbre le mois du patrimoine    L'AARC s'investit dans l'initiation des enfants aux arts    Real : l'avenir de Benzema serait lui aussi scellé    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coup dur pour le processus de paix d'Alger    Amara, un plébiscite et des promesses    Le gouvernement français «regrette»...    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tous les indicateurs sont en hausse    Tension persistante dans l'éducation    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Est-ce une nouvelle crise ?    La grève s'étend    Nomination des chefs de sûreté    Des partis à la recherche de candidats    Abu Rudeineh appelle la communauté internationale à agir    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen
À l'occasion d'une conférence organisée par le Citizen Inventory of Heritage
Publié dans Liberté le 04 - 03 - 2021

Des chercheurs, activistes et architectes du patrimoine ont apporté, à travers des aperçus historiques, des études et des analyses, de plus amples éclairages sur l'état actuel des trésors que recèlent les Aurès, notamment le tombeau d'Imedghassen, lors d'une conférence consacrée au patrimoine par le Citizen Inventory of Heritage.
À l'occasion du mois du Patrimoine, le collectif algérien Citizen Inventory of Heritage a dernièrement organisé une série de conférences en ligne de deux jours, consacrées au patrimoine historique des Aurès, dans la continuité de l'événement "Rêvons La Casbah". Chapeauté par Nahla Naïli-Bouhired, militante et entrepreneure culturelle, l'événement a pour but de "donner la parole à la société civile locale, ainsi qu'aux acteurs privés et associatifs qui œuvrent au rayonnement de la région".
Parmi eux, des experts, activistes, chercheurs, guides et architectes du patrimoine, comme Farès Khima, Walid Benattia, Azzedine Guerfi, Mohamed Boudiaf et bien d'autres, qui ont apporté, à travers des aperçus historiques, des études et des analyses, de plus amples éclairages sur l'état actuel des trésors que recèlent les Aurès, notamment le tombeau d'Imedghassen, le plus vieux monument berbère algérien, voire maghrébin.
Au lendemain d'une décision du ministère de la Culture portant restauration de ce monument, "qui sera supervisée par des spécialistes algériens en coordination avec des entreprises relevant du ministère de la Culture et de l'Association des Amis d'Imedghassen", les débats de la première journée ont permis de revenir longuement sur l'édification du monument et de lever le voile sur les zones d'ombre des projets plusieurs fois annoncés, mais jamais aboutis.
Farès Khima et Walid Benattia, architectes du patrimoine, ont fait savoir que la région des Aurès comporte "tout ce qui a fait l'origine de la nation à travers les traditions, les sites, les monuments. On arrive à lire l'histoire du pays dans la chair de cette région". Outre l'aspect technique et la particularité de sa construction qui date de la période préromaine, Khima a tenu à faire connaître d'autres aspects, moins connus ceux-là, d'Imedghassen.
Ce dernier, situé dans une nécropole, a été construit dans un but purement cultuel et funéraire, même si, a-t-il rappelé, aucun cadavre ni urnes funéraires n'ont été découverts. Pour mieux comprendre les origines et les secrets encore bien gardés du monument et, par là même, assurer sa survie, il est désormais temps d'élargir le champ des recherches, selon Walid Attia.
L'architecte du patrimoine est revenu sur les projets de restauration lancés ces dernières années. Il a insisté sur la nécessité de comprendre sa construction, afin de mener à bien tout projet de réhabilitation. "Avant d'arriver au stade des travaux, il faut des diagnostics précis, faits par des professionnels. Si on ne le fait pas, on ne peut pas prétendre à sa sauvegarde."
Par ailleurs, Farès Khima a insisté sur les compétences des chercheurs algériens, qui sont à même de prendre en charge son plan de restauration. "Nous avons les compétences qu'il faut, le génie existe et l'université algérienne produit énormément de gens qui sont passionnés. Ensuite, il faut faire appel à ces compétences. C'est une question de gestion et de décision", a-t-il martelé.
Yasmine AZZOUZ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.