Manchester City: Foden lance un message à Mbappé    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Un projet de décret exécutif sur la portabilité des numéros de téléphonie mobile examiné par le gouvernement    Soltana Khaya: ma lutte est celle de tous les Sahraouis    Coronavirus: 176 nouveaux cas, 116 guérisons et 4 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.961.387 morts dans le monde    Real : Une relation qui se complique entre Zidane et son président ?    Mali/assassinat du président de la CMA: vives condamnations, une enquête sera ouverte    Algérie Poste : Poursuite de la grève (3e jour)    Prison ferme pour l'ancien patron de l'Office du hadj    En attendant l'hydrogène bon marché    Les «ratés» de l'ancienne feuille de route    FAF... la mascarade continue    Les travaux auront lieu jeudi soir au Sheraton    Le Ghanéen Kwame Opoku passe la visite médicale    Liverpool et Dortmund prêts à surmonter leur handicap    «Nous n'allons pas applaudir tout ce que fera le système»    Prochaine création d'un centre de vaccinologie    Le Cnapeste maintient la pression    Tadjine el kemmoun    Their Algeria décroche le prix spécial du jury    Les étudiants continuent de marcher    L'espoir d'une reprise    Des journalistes reviennent en... autostop !    La marche de la communauté universitaire empêchée    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Démenti    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    Le complexe de l'automobile    Mortellement poignardée par son mari    Azra scintille à tigzirth    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    Zorc optimiste pour Haaland    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    Saidal fabriquera du Levothyrox    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nouveau geste de Macron
Il a Reconnu l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale
Publié dans Liberté le 04 - 03 - 2021

L'état français reconnaît enfin une vérité historique longtemps occultée. En assumant officiellement l'assassinat du célèbre avocat du FLN par l'armée coloniale, le président Macron fait un pas non négligeable dans l'apaisement des mémoires. dans l'apaisement des mémoires.
La reconnaissance, mardi dernier, par le président français, Emmanuel Macron, de la responsabilité de l'armée française dans l'assassinat, pendant la bataille d'Alger en 1957, du responsable et avocat du FLN, Ali Boumendjel, a été globalement accueillie avec satisfaction par les historiens et les militants anti-colonialistes, en France.
Dans une déclaration à Liberté, le président de l'Association Josette et Maurice-Audin a estimé qu'il s'agit d'un "acte très important pour les descendants d'Ali Boumendjel et pour les Algériens". Pierre Mansat estime, néanmoins, qu'il "faut aller plus loin, plus fort et plus vite". "Les disparitions forcées, les tortures, les assassinats et les exécutions sommaires par l'armée et la police concernent des dizaines de milliers de personnes qu'il faut reconnaître, du moins symboliquement", préconise-t-il.
Pierre Mansat déplore, par ailleurs, les restrictions administratives qui entravent la consultation des archives et la quête de la vérité autour des disparitions forcées. Il y a quelques semaines, l'Association Josette et Maurice-Audin, des historiens et des archivistes ont introduit un second recours auprès du Conseil d'Etat français pour dénoncer de nouveaux blocages. "Le communiqué de l'Elysée parle de l'ouverture des archives.
En 2018, Emmanuel Macron avait annoncé une dérogation générale à ce sujet. Or, ce n'est pas le cas, puisque des instructions gouvernementales empêchent l'accès aux archives. Il y a donc une contradiction qui devient insupportable entre les déclarations positives du président de la République et les dispositions de blocage prises par les ministres. Le chef de l'Etat doit donner des consignes à son gouvernement pour que ses déclarations soient suivies d'effet", souligne Pierre Mansat.
En outre, notre interlocuteur estime que la France doit s'engager davantage dans la reconnaissance de la colonisation et pas seulement des disparitions forcées. "Elle doit reconnaître toute la violence des crimes commis à l'égard du peuple algérien pendant toute la durée de la colonisation", précise-t-il, en recommandant une plus grande coopération entre la France et l'Algérie sur les questions de mémoire.
Fabrice Riceputi, enseignant d'histoire et co-fondateur du site 1000 Autres.org sur les disparus pendant la guerre de l'indépendance, se félicite également de la décision de Macron de rétablir la vérité autour de la disparition d'Ali Boumendjel. Le nom de l'avocat figure sur la liste des disparus, qu'il a dressée avec l'historienne Malika Rahal, à la suite de la reconnaissance par Macron de la responsabilité de l'Etat français dans la disparition de Maurice Audin.
Sur le site Histoire Coloniale.net, Fabrice Riceputi a d'ailleurs tenu à rappeler les similitudes entre les affaires Audin et Boumendjel, ainsi que la mobilisation qui a suivi leur disparition. "Mais si la disparition de Maurice Audin est devenue une affaire qui a vite défrayé les médias et scandalisé une partie croissante de l'opinion française, cela n'a pas été le cas pour Ali Boumendjel, bien que René Capitant, grand résistant et ministre du général De Gaulle, son professeur à la faculté de droit de Paris, a écrit aussitôt au ministre de l'Education nationale", observe l'enseignant d'histoire.
Outre Ali Boumendjel, plusieurs de ses proches ont également connu le même sort. Les petits-enfants de l'avocat ont, d'ailleurs, tenu à voir figurer leurs noms dans le communiqué de l'Elysée. Il s'agit de Belkacem Amrani, beau-père de l'avocat, d'André Amrani, son beau-frère, et de son ami Mohamed Selhi. Le document a également rendu hommage à Malika, la veuve du disparu, décédée récemment, sans connaître les circonstances exactes de l'assassinat de son mari.
"Elle voulait que la vérité soit connue et reconnue de tous, pour sa famille, pour l'Histoire, pour l'Algérie et pour la France où certains de ses enfants et petits-enfants construisaient leur vie", a souligné le communiqué de l'Elysée. Pour le militant anticolonialiste, Henri Pouillot, cette vérité est indispensable. Comme Pierre Mansat, il considère que l'Etat français doit "reconnaître et condamner l'ensemble des crimes dont la France porte la responsabilité durant la guerre de Libération nationale".
De son côté, le président Macron s'est engagé, devant les petits-enfants d'Ali Boumendjel, à poursuivre et à approfondir, dans "les prochains mois", le travail de mémoire. "Regarder l'Histoire en face, reconnaître la vérité des faits ne permettra pas de refermer des plaies toujours ouvertes, mais aidera à frayer le chemin de l'avenir.
La génération des petits-enfants d'Ali Boumendjel doit pouvoir construire son destin, loin des deux ornières que sont l'amnésie et le ressentiment. C'est pour eux, désormais, pour la jeunesse française et algérienne, qu'il nous faut avancer sur la voie de la vérité, la seule qui puisse conduire à la réconciliation des mémoires", a conclu le communiqué de l'Elysée.

Samia Lokmane-Khelil


- 24 mai 1919 : Naissance à Relizane au sein d'une famille originaire de Taourirt Menguellet, wilaya de Tizi Ouzou.
- 1946 : Membre dirigeant de l'Union démocratique du manifeste algérien fondée par Ferhat Abbas.
- 1955 : Il intègre les rangs du Front de libération nationale et devient l'un de ses avocats les plus en vue.
- 9 février 1957 : Arrêté pendant la bataille d'Alger, il est détenu dans divers lieux de la région d'Alger et torturé.
- 23 mars 1957 : Sur ordre de Paul Aussaresses, il est jeté du sixième étage d'un immeuble situé à El Biar.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.