La BADR vulgarise ses produits    Le choix cornélien des membres du BF de la FAF    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Garcia encense (encore) Slimani    Les ménages à rude épreuve    Des brigades de l'APC et du commerce sur le qui-vive    La valorisation économique au menu    Le parcours du combattant des candidats indépendants    Des dossiers lourds en voie de finalisation    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Les Canaris en mode nocturne    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Boukadoum en visite de travail en Libye    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    6 ans de prison pour deux anciens DG    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    3 décès et 156 nouveaux cas    La Juventus récolte déjà les fruits du projet de Super Ligue    Les exigences de la CNCC    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Ghazaouet: Les eaux pluviales provoquent des éboulements    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    Profession: Auto-serveur    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Le sempiternel casse-tête du transport    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Intolérable gaspillage!    Conclave des opérateurs de l'Ouest    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelles chances pour Zetchi face à "l'accord de Rabat" ?
Elections pour le conseil de la FIFA
Publié dans Liberté le 07 - 03 - 2021

Dans un communiqué, la FAF a révélé vendredi soir que "le président de la Fédération algérienne de football (FAF), M. Khireddine Zetchi, a été réhabilité par le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne à l'issue du recours qu'il a introduit suite à l'invalidation de son dossier de candidature pour le conseil de la FIFA".
La fédération n'évoque pas explicitement la participation de Zetchi au scrutin pour le conseil de la FIFA, dans la mesure où la FIFA et la CAF n'ont pas encore réagi à la décision du TAS.
La fédération s'est juste contentée de rappeler dans un communiqué que "les élections du conseil de la FIFA se dérouleront en marge de l'assemblée générale élective (AGE) de la CAF le 12 mars 2021 à Rabat (Maroc)".
La FIFA et la CAF attendent sans doute la notification officielle (il en est de même pour le recours d'Ahmad Ahmad) pour rendre publique la liste définitive des candidats pour les élections (président CAF, comité exécutif de la CAF et conseil de la FIFA).
Cela devrait intervenir au plus tard le 10 mars, mais la FAF a eu des "assurances", dixit le secrétaire général Mohamed Saâd, que "la candidature algérienne sera bel et bien validée". Kheireddine Zetchi n'a d'ailleurs pas attendu le feu vert des deux instances pour confirmer sa participation aux élections.
"Dieu merci, mon recours déposé au niveau du TAS a été accepté et je suis de nouveau candidat pour un siège au conseil de la FIFA.Je regrette le temps perdu depuis le refus de mon dossier, qui aurait pu me permettre de réaliser un grand travail pour promouvoir ma candidature. Maintenant, je vais reprendre ma campagne, quitte à travailler 24 h/24, pour mettre tous les atouts de mon côté en vue de ces élections", a indiqué Zetchi.
Et d'ajouter : "J'avais entamé ma campagne en janvier au Cameroun lors du championnat d'Afrique des nations CHAN-2021, mais elle a été interrompue après le rejet de ma candidature.
Je vais reprendre contact avec les présidents de fédération au cours de la semaine. Je reste confiant même si la mission s'annonce d'ores et déjà difficile."
Le mot est lâché ; Zetchi sait très bien que la mission sera ardue face à deux adversaires qui ont déjà conclu des alliances en coulisse au niveau de la CAF.
Zetchi, candidat pour arracher l'un des deux sièges en compagnie de trois autres candidats, à savoir Fawzi Lekdjaâ (Maroc), Gustavo Ndong Edo (Guinée équatoriale) et Abo Rida (Egypte), semble pour le moment distancé notamment par le duo Lekdjaâ-Abo Rida.
Pourquoi ? Il faut savoir que sous l'égide du Maroc, de l'Egypte et de la FIFA un consensus autour du Sud-Africain Patrice Motsepe pour présider la Confédération africaine de football (CAF) a été conclu le 26 février dernier à Rabat.
Les deux candidats Augustin Senghor (Sénégal) et Jacques Anouma (Côte d'Ivoire) ont accepté la proposition de la FIFA. Ils ont d'ailleurs annoncé publiquement leur retrait de la course vendredi soir.
Le troisième, Ahmed Yahya (Mauritanie), l'a fait officiellement hier : "Après plusieurs réflexions, consultations et concertations, j'ai décidé de renoncer à ma candidature à l'élection à la présidence de la CAF.
Demain (hier, ndlr), nous allons parachever l'accord de Rabat à Nouakchott." "L'accord de Rabat", souhaité par la FIFA, consiste à choisir M. Motsepe par consensus, les trois autres candidats, M. Anouma, le Sénégalais Augustin Senghor et le Mauritanien Ahmed Yahya, renonçant à se présenter, en échange d'un poste de conseiller pour le premier et de vice-président pour les deux autres.
Il va sans dire que le Maroc qui a parrainé cet accord va en profiter à travers "le siège réservé" à Fawzi Lekdjaâ au conseil de la FIFA.
Idem pour l'Egypte avec le candidat Abo Rida. La FAF qui a soutenu dès le début le Sud-Africain Patrice Motsepe, sans vraiment monnayer sa voix dans les coulisses, comme l'ont si bien fait les Marocains et les Egyptiens, a-t-elle encore une chance de rattraper le coup ?

S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.