L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"
Faïka Medjahed, psychanalyste et militante féministe
Publié dans Liberté le 08 - 03 - 2021

Invitée samedi après-midi à la librairie Multi-livre de Tizi Ouzou pour présenter son ouvrage Viols et filiations (Editions KOUKOU), coécrit avec Christiane Achour Chaulet, la psychanalyste et militante féministe Faïka Medjahed a animé, par la même occasion, un débat autour du féminicide, du viol et des droits des femmes en Algérie.
D'emblée, elle entame son intervention en expliquant que son livre est justement un ouvrage pour dire que nous avons, dans notre pays, une mémoire traumatique et que la violence a été quelque chose d'intrinsèque à tous les événements que nous avons vécus. "Nous avons vécu des événements qui nous ont tous traumatisés. Le fait aussi que le peuple n'a jamais eu accès à sa liberté a quelque chose de traumatique", a-t-elle estimé.
Abordant le féminicide, elle a expliqué que ce phénomène a toujours existé et qu'il est encore à l'ordre du jour, mais qu'actuellement, "nous avons la chance de pouvoir en parler". "Aujourd'hui, on parle de tout et pas seulement en Algérie, mais dans le monde entier, à l'exemple du phénomène #MeToo, où des actrices américaines ont révélé toutes les violences qu'elles ont subies pour avoir un rôle", a illustré Mme Medjahed.
"C'est pour vous dire que grâce notamment aux médias et aux réseaux sociaux, nous savons aujourd'hui que le féminicide existe et nous ne le tolérerons plus", a-t-elle poursuivi, soulignant que parmi les facteurs qui sont à l'origine de ce phénomène figure en bonne place le contexte mondial où on est sommé de réussir.
Une pression qui est exercée autant sur la femme que sur l'homme qui voit arriver la femme dans la vie professionnelle, a-t-elle estimé, citant l'exemple de la journaliste de TV4 Tinhinane Laceb, victime récemment d'un féminicide. "Elle a été assassinée parce que son mari ne supportait pas le fait qu'elle soit connue et reconnue et qu'elle soit actrice dans la société algérienne", a-t-elle expliqué.
"Il y a là un phénomène de violence et non pas de rivalité", a tenu à distinguer Mme Medjahed. Pour elle, cette violence s'explique aussi par le fait qu'avant, nos mères travaillaient aux champs du matin au soir, sans salaire et sans être reconnues, et même battues, alors qu'aujourd'hui, ces femmes veulent leur place dans la société.
"La place de la femme a beaucoup changé et ce, grâce, notamment, à l'école. Actuellement, elle occupe une place à tous les niveaux", a-t-elle affirmé. "Seulement, il y a toujours ce plafond de verre à ne pas dépasser, ce qui fait que son travail n'est pas reconnu à sa juste valeur", a ajouté cette psychanalyste et militante féministe, pour qui le patriarcat est le système le plus archaïque qu'il faut absolument abattre. Parlant du viol, Faïka Medjahed a indiqué que c'est la chose la plus terrible qui puisse arriver à une femme ou à un homme.
"Chez la femme, le viol a toujours été, notamment durant la Révolution, une monnaie de violence, d'échange et de torture contre les moudjahidine, et cela s'est perpétué durant la décennie noire, période pendant laquelle, on volait et on violait les femmes pour faire pression sur le pouvoir en place", a-t-elle soutenu. "Le corps de la femme a toujours été un moyen de pression", a-t-elle ajouté.

K. TIGHILT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.