Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    Haltérophilie : Ahmed Tarbi n'est plus    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La haine de la femme
54 féminicides enregistrés en 2020
Publié dans Liberté le 02 - 02 - 2021

Les féminicides ne sont que des actes ultimes d'un long processus de sévices moraux et physiques, infligés aux femmes derrière les portes fermées des foyers.
Le 7 janvier, Zahra, 80 ans, est retrouvée égorgée dans son domicile à Annaba. Le 24 du même mois à Tébessa, Warda Hafadh, 45 ans, succombe à plusieurs coups de couteau assénés par son mari, devant ses enfants.
Elle a été pendant 25 ans victime de violences conjugales. Deux jours plus tard, Tinhinane Laceb, journaliste de 39 ans, est assassinée, à Alger, par son époux. Ce sont là les trois victimes de féminicides recensés durant les 31 premiers jours de 2021. L'année précédente, cinquante-quatre femmes ont perdu la vie par arme à feu, par arme blanche, par strangulation ou immolées par le feu. Soixante-quatorze victimes ont été déplorées en 2019.
Les agresseurs sont généralement des parents proches, des conjoints ou des amoureux éconduits. Les crimes sont commis au domicile familial, quelquefois sur la voie publique au sortir d'une audience de divorce. Sur le site féminicides-dz.com, les portraits des femmes assassinées défilent sous le slogan "Nous n'oublions pas". Les administratrices du portail web, Narimane Mouaci Bahi et Wiame Awres, deux militantes des droits des femmes, tiennent, depuis deux ans, une comptabilité macabre, pour que "les femmes assassinées ne soient pas que des chiffres. Elles avaient des noms et des vies, parfois des enfants. Nous ne voulons pas qu'elles tombent dans l'oubli ni que leur assassinat soit un fait divers".
Les statistiques qu'elles livrent sont forcément sous-évaluées, puisqu'elles se basent sur les filets publiés dans la presse nationale. Elles contactent des membres de la famille des victimes, recoupent l'information, donnent de menus détails sur les circonstances du crime. "Nous avons constaté que dans la presse il n'y a pas assez de détails que nous jugeons nécessaires pour traiter ce sujet : âge, nom de la victime, si elle avait déjà été violentée, si elle avait déjà essayé de demander le divorce ou de déposer plainte, si elle avait des enfants, sa fonction, entre autres. Nous aspirons ainsi à comprendre et analyser les mécanismes qui mènent aux féminicides", expliquent-elles dans la rubrique : "Qui sommes-nous".
La démarche, entreprise par les deux jeunes femmes, a le mérite de rendre aux femmes assassinées leur visage, leur vie, leur statut de victimes, sans parvenir, néanmoins, à bousculer les consciences, à briser les tabous. Le crime passionnel reste soumis à la loi de l'omerta. Le parricide et les fratricides sont souvent justifiés par l'honneur de la famille. L'on essaie de trouver un mobile valable au meurtre, en jetant la suspicion sur le comportement de la victime, qui aurait attiré les foudres de son agresseur par un comportement, une attitude, une provocation intentionnelle.
Par des commentaires suggestifs sur des réseaux sociaux, l'on a tenté de justifier la mort de Chaïma Sadou, 19 ans, torturée et brûlée vive par un repris de justice qui l'avait violée en 2016 (1er octobre 2020) ou Asma, 25 ans égorgée par son mari, qui l'a éventrée et a tué aussi le fœtus de 8 mois qu'elle portait (août 2020). "C'est pour que le féminicide reste impuni ou être condamné à une peine légère, qu'on invoque l'honneur de famille et la transgression de normes sociales", relève Soumia Salhi, militante féministe. Les parents taisent leur douleur, livrent, parfois, une version des circonstances du drame plus édulcorée comme l'a fait le père de la journaliste Tinehinane Laceb.
Dalila Iamarène Djerbal donne une explication : "Les familles ne justifient pas le crime. Elles essaient de protéger la mémoire de leur fille, peut-être mal, mais c'est tout ce qu'elles ont trouvé pour un soutien qu'elles n'ont pas pu ou su lui offrir de son vivant." La sociologue relève que "les proches ne réalisent l'impact des violences que lorsque leur fille est morte". Ouarda, la quarantaine, a repris son destin en main après quinze années de vie conjugale tourmentée. "Le jour où j'ai annoncé à mes parents ma volonté de divorcer, ils m'en ont dissuadée, en me disant qu'il me tuerait avant. Si je les avais écoutés et si j'avais renoncé à la séparation, je serais probablement morte", nous révèle-t-elle.
Il est admis que les féminicides ne sont que les actes ultimes d'un long processus de sévices moraux et physiques infligés aux femmes derrière les portes fermées des foyers. "Nous sommes tous responsables de sa mort", a martelé l'imam dans son oraison funèbre à l'enterrement de Tinehinan Laceb, le 28 janvier au village Bouadma (wilaya de Tizi Ouzou). Sans retenue, il a dénoncé les violences faites aux femmes, aggravées par la duplicité de l'entourage et l'hypocrisie de la société. "Je l'ai dit à la mosquée, je n'ai aucun respect pour celui qui ose lever la main sur une femme. C'était une fille très bien éduquée, que tout père souhaiterait avoir. Elle était passionnée par son travail, et éduquait ses filles comme elle a été éduquée elle-même", a poursuivi l'homme de religion.
Souhila Hammadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.